MARiUS mi­tonne un dé­ve­lop­pe­ment plus épi­cé

La Tribune Hebdomadaire - - ENTREPRISE­S - LAU­RENCE BOTTERO

BOUCHES-DU-RHÔNE

Jus­qu’ici dis­tri­bués sous trois marques dif­fé­rentes, les pro­duits Marius Ber­nard se ras­semblent sous une seule iden­ti­té. Manière de sor­tir d’un po­si­tion­ne­ment trop pro­ven­çal pour adop­ter les codes de l’épi­ce­rie fine.

L’an­cienne conser­ve­rie née en 1958 à SaintC­ha­mas, près de Salon-de-Pro­vence, inau­gure sa nou­velle iden­ti­té. Fi­ni, Marius Ber­nard, Bap­tis­tinFé­rau­det­laCom­pa­gnie­desÉ­pices,les­trois marques qui dis­tri­buaient les pro­duits sa­lés et su­crés fa­bri­qués par la PME de 75 per­sonnes. C’est sous le seul pré­nom de MARiUS qu’est dé­sor­mais com­mer­cia­li­sée l’en­semble de la gamme, soit 216 ré­fé­rences dont 24 nou­veau­tés. « Le mar­ché des pro­duits pro­ven­çaux n’est pas très structuré, constate Pa­trick Baillet, PDG de l’en­tre­prise, qu’il a re­prise en 2001. Il était im­pos­sible de trou­ver nos pro­duits hors de la ré­gion Pro­vence-Al­pesCôte d’Azur. En re­gar­dant ce qui se passait du cô­té de l’épi­ce­rie du monde, nous avons dé­ci­dé de chan­ger de po­si­tion­ne­ment. » Sur­tout, l’ex­pé­rience avec la marque Le Pa­nier du Pê­cheur, re­prise en 2013 et qui a été dis­tri­buée au ni­veau na­tio­nal, dans les rayons ma­rée des grandes et moyennes sur­faces (GMS), a confir­mé son in­tui­tion. « Nous de­vons pas­ser d’un po­si­tion­ne­ment de pro­duc­teur de pro­duits ré­gio­naux à ce­lui de marque d’épi­ce­rie fine. Nous avons donc gar­dé Marius et li­cen­cié Ber­nard », plai­sante le PDG. La re­fonte a été pen­sée avec sa fille, Mar­gaux Baillet, di­rec­trice mar­ke­ting et dé­ve­lop­pe­ment. Il a éga­le­ment fallu créer une éti­quette plus sobre avec, pour chaque pro­duit, « une pe­tite phrase qui ajoute un sup­plé­ment d’âme à la marque ».

Dis­tri­bués via le site e-com­merce, en épi­ce­rie fine et en GMS, les lemon c urd, p e p e r o nci ni de Ca­labre,ket­chu­pau­mar­sa­la et autre crème de cèpes sont pré­sents dans 200 points de vente. « Nous avons ré­ac­ti­vé Mo­no­prix, an­nonce Mar­gaux Baillet, une en­seigne es­sen­tielle car nous parlons à la même cible. » Quinze nou­velles ré­fé­rences de­vraient être com­mer­cia­li­sées d’ici à la fin de l’an­née. Et, pour ren­for­cer le lien avec le ter­ri­toire et les pro­duc­teurs, la PME, ouvre cet au­tomne l’Ate­lier MARiUS dans un an­cien mou­lin à huile. On pour­ra y mettre la main à la pâte et dé­gus­ter les pro­duits mai­son. Une re­cette pas vrai­ment nou­velle mais qui de­vrait contri­buer à aug­men­ter le chiffre d’af­faires, de 15 mil­lions d’eu­ros pour le der­nier exer­cice. Objectif : 25 mil­lions d’eu­ros dans cinq ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.