Fêtes et fes­ti­vals, des ou­tils mar­ke­ting et éco­no­miques

La Tribune Hebdomadaire - - NOUVELLE-AQUITAINE -

CULTURE Pour sa 23e édi­tion, le nombre de fes­ti­va­liers at­ten­dus au festival de mu­sique Ga­ro­rock est en­core plus am­bi­tieux. La ville de Mar­mande compte 17!342 ha­bi­tants en 2019 et at­ten­drait « 165%000 à 180%000 fes­ti­va­liers, ça peut chan­ger se­lon la mé­téo » , af­firme le di­rec­teur du festival, Ludovic Lar­bo­die. Évé­ne­ment mu­si­cal at­ti­rant sur­tout un jeune pu­blic, il re­hausse ain­si l’image de cette ville ru­rale : « En termes d’iden­ti­té, Ga­ro­rock c’est le top ca­deau que la jeu­nesse pou­vait nous faire » , confirme le maire de Mar­mande, Da­niel Ben­quet. Ga­ro­rock a sur­tout des retombées éco­no­miques non né­gli­geables pour la com­mune : « Chaque fes­ti­va­lier dé­pense en moyenne 30 à 60 € que l’on peut mul­ti­plier par les 180%000 vi­si­teurs po­ten­tiels de cette an­née. Il s’agit d’un vrai le­vier de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique sur un sec­teur d’ac­ti­vi­té qui est en train de se dé­ve­lop­per », confie le maire de la com­mune. Ici, le festival mu­si­cal dé­tient une place cen­trale dans la vie éco­no­mique et tou­ris­tique de Mar­mande, qui a choi­si de dé­ve­lop­per une par­tie de ses ac­ti­vi­tés au­tour de lui.

Dans le cas des Fran­co­fo­lies, La Ro­chelle a ac­cueilli en 2018 plus du double de sa po­pu­la­tion ha­bi­tuelle, 75!691 ha­bi­tants, soit un to­tal de 155!000 fes­ti­va­liers. Ce pic tou­ris­tique pro­fite no­tam­ment au sec­teur de la res­tau­ra­tion, aux bars et aux hé­ber­ge­ments. Bien que le festival gé­nère des bé­né­fices pour l’image et l’éco­no­mie de la Ro­chelle, les autres ac­ti­vi­tés touristiqu­es du ter­ri­toire lui per­mettent de ne pas dé­pendre uni­que­ment de cet évé­ne­ment. Grâce à son em­pla­ce­ment géo­gra­phique en bord d’océan, sa fré­quen­ta­tion tou­ris­tique se suf­fit en fait à elle-même : « Même si Les Fran­co­fo­lies est un festival qui sait at­ti­rer son pu­blic, les hô­tels sont dé­jà com­plets du­rant la pé­riode de juin à sep­tembre » , ré­sume l’of­fice du tou­risme de la ville. À Bayonne, la fré­quen­ta­tion ex­plose lors des fêtes du même nom, passant de 53!528 ha­bi­tants à près d’un mil­lion de per­sonnes. C’est l’un des évè­ne­ments as­su­rant le plus d’af­fluence en France et il s’avère très pro­fi­table éco­no­mi­que­ment, en par­ti­cu­lier pour les sec­teurs de l’hé­ber­ge­ment, de la res­tau­ra­tion et même du prê­tà-porter. « Je suis convain­cu que plus de 70%% des bars et des res­tau­rants ont be­soin des fêtes de Bayonne dans leurs bi­lans. Néan­moins, tout est re­la­tif. Les com­merces plus tra­di­tion­nels souffrent, cer­tains se re­trouvent même obli­gés de fermer tem­po­rai­re­ment » compte te­nu de l’af­flux dif­fi­ci­le­ment maî­tri­sable et des dif­fi­cul­tés oc­ca­sion­nées, af­firme Yves Ugalde, ad­joint à la culture de la ville de Bayonne.

De manière gé­né­rale, ces évé­ne­ments cultu­rels res­tent des au­baines pour les ter­ri­toires concer­nés, sur le plan éco­no­mique et en termes d’at­trac­ti­vi­té. Dans le cas des com­munes qui ne dis­posent pas d’atouts touristiqu­es ma­jeurs, la te­nue d’évé­ne­ments cultu­rels de grande am­pleur per­met de valoriser leur image, no­tam­ment au­près du jeune pu­blic.

OPHÉ­LIE ARRAUD

n

[MA­THIEU PRAT/ VILLE DE BAYONNE]

Les villes de Bayonne, Dax, Mar­mande ou en­core La Ro­chelle connaissen­t chaque an­née des se­maines de forte fré­quen­ta­tion due aux évé­ne­ments cultu­rels qu’elles re­çoivent chaque été. Ces fêtes et fes­ti­vals at­tirent des mil­liers de tou­ristes, contri­buant à valoriser l’image et l’éco­no­mie lo­cale de ces zones ru­rales. Lors de ses fêtes, Bayonne passe de 53"528 ha­bi­tants à près d’un mil­lion de per­sonnes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.