Cer­ti­fié car­bone neutre, l’aé­ro­port Nice Côte d’Azur struc­ture sa po­li­tique du­rable : ré­duc­tion des émis­sions de CO2, élec­tri­ci­té verte…

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - LAU­RENCE BOTTERO

NICE

Cer­ti­fiée car­bone neutre, la pla­te­forme azu­réenne s’est en­ga­gée très tôt dans un po­li­tique du­rable à plu­sieurs en­trées : ré­duc­tion des émis­sions de gaz à ef­fet de serre, élec­tri­ci­té verte, cer­ti­fi­ca­tion…

Le 26 juin 2019 res­te­ra à tout ja­mais dans les an­nales de l’aé­ro­port Nice Côte d’Azur. Ce jour-là, l’A321­neo d’AirT­ran­sat fait son bap­tême sur le tar­mac azu­réen quand, en même temps, à Chypre, Do­mi­nique Thil­laud, le pré­sident du di­rec­toire, prend l’en­ga­ge­ment – aux cô­tés de 38 autres ges­tion­naires d’aé­ro­ports eu­ro­péens – d’at­teindre à horizon 2050 le seuil de zé­ro émis­sion de CO2 pour les ac­ti­vi­tés de ges­tion­naire. Un té­lé­sco­page si­gni­fi­ca­tif de la po­li­tique en­vi­ron­ne­men­tale de la pla­te­forme azu­réenne.

Une po­li­tique en­ga­gée… en 1991, lorsque naît un ser­vice en­vi­ron­ne­ment. Il est alors ques­tion de trai­ter la pro­blé­ma­tique du bruit et des nui­sances so­nores su­bies par les ri­ve­rains. L’une des pre­mières consé­quences se­ra l’en­trée en vi­gueur d’une nou­velle procédure d’ap­proche par les avions. Et lorsque l’Ademe dé­cide de ne plus in­dem­ni­ser l’in­so­no­ri­sa­tion des ha­bi­ta­tions ri­ve­raines, c’est l’aé­ro­port qui met la main à la poche.

100 % RE­NOU­VE­LABLE

Un peu contraint et for­cé à prendre en compte son im­pact en­vi­ron­ne­men­tal, l’aé­ro­port ni­çois va ti­rer par­ti de la si­tua­tion pour af­fir­mer sa dif­fé­ren­cia­tion. Il de­vient ain­si le pre­mier, dès 2016, à pou­voir re­ven­di­quer une cer­ti­fi­ca­tion neutre car­bone, aban­donne la cer­ti­fi­ca­tion Iso 14!001 et conti­nue de s’adap­ter aux contrainte­s, comme lors­qu’en 2013 il faut équi­per le par­king de l’avia­tion d’af­faires de systèmes élec­triques, afin d’évi­ter le dé­mar­rage in­tem­pes­tif des moteurs, pratiqué en vue de la pré­pa­ra­tion au dé­col­lage mais au dé­tri­ment des ri­ve­rains. Une pre­mière – en­core une – au ni­veau eu­ro­péen en avia­tion d’af­faires. « Tout re­pose sur un tra­vail d’équipe afin de trou­ver la so­lu­tion ef­fi­cace à un coût rai­son­nable », in­siste Isabelle Van­drot, chef du dé­par­te­ment dé­ve­lop­pe­ment du­rable et en­vi­ron­ne­ment du groupe Aé­ro­ports de la Côte d’Azur ( q u i c o mprend é g a l e ment Saint-Tro­pe­zetCannes-Man­de­lieu). En 2015, le par­te­na­riat avec EDF per­met à l’aé­ro­port d’uti­li­ser une élec­tri­ci­té 100 % re­nou­ve­lable. Et de ré­duire en même temps de plus de 50 % les émis­sions de gaz à ef­fet de serre. « Nous sommes là pour im­pul­ser les pro­cé­dures en­vi­ron­ne­men­tales », sou­ligne Isabelle Van­drot, qui prône le dia­logue comme ver­tu car­di­nale. L’équi­libre, aus­si. « Nos ins­tances de concer­ta­tion sont com­po­sées d’un tiers d’as­so­cia­tions, un tiers de col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et un tiers de pro­fes­sion­nels de l’aé­ro­nau­tique. » En 2018, c’est l’en­semble du groupe Aé­ro­ports de la Côte d’Azur qui de­vient car­bone neutre. Un si­gnal fort en­voyé au sec­teur aé­rien.

Tout ce­la au mo­ment même ou le shame to fly (« honte de prendre l’avion »] est à son pa­roxysme ( La Tri­bune du 24 mai et du 14 juin). Dans les pays du Nord, on ré­flé­chit bio­fuel, par exemple. « Une vraie conscience émerge. Il faut avoir une évo­lu­tion la plus ver­tueuse pos­sible. Ce­pen­dant, il va éga­le­ment fal­loir struc­tu­rer les coûts », pré­vient Isabelle Van­drot. Ne pas ou­blier qu’un aé­ro­port est un ou­til de dé­ve­lop­pe­ment ter­ri­to­rial. Et d’at­trac­ti­vi­té.

[DR]

La po­li­tique en­vi­ron­ne­men­tale de la pla­te­forme a été lan­cée dès 1991 pour trai­ter la ques­tion des nui­sances so­nores.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.