Le Festival Ra­dio France rayonne mal­gré l’in­cer­ti­tude

La Tribune Hebdomadaire - - OCCITANIE -

MONT­PEL­LIER En dé­pit d’une sub­ven­tion en baisse, l’em­blé­ma­tique festival de mu­sique veut am­pli­fier une dy­na­mique qui l’a por­té au-de­là des 100!000 spec­ta­teurs en 2018. CÉ­CILE CHAIGNEAU ET AN­THO­NY REY

Le ma­laise pal­pable à Ra­dio France, qui s’est dé­jà tra­duit par une grève très sui­vie le 18 juin, s’étend à ses par­te­naires. Contraint par un plan d’éco­no­mies de 60 mil­lions d’eu­ros à réa­li­ser d’ici à 2020, le groupe ra­dio­pho­nique taille dans ses charges ex­ternes et, en jan­vier 2019, a ré­duit de moi­tié sa sub­ven­tion au Festival Ra­dio France de Mont­pel­lier, qui passe à 150"000 eu­ros, sur un bud­get glo­bal de 3,8 mil­lions d’eu­ros. « C’est une nou­velle fois un choix fait à Paris sans considérat­ion pour les ter­ri­toires. J’ai dit mes regrets à Si­byle Veil (ex-di­rec­trice des fi­nances, et dé­sor­mais pré­si­dente de Ra­dio France, ndlr). Mal­gré ce désen­ga­ge­ment, la Ré­gion va continuer à faire vivre le festival », dé­clare Ca­role Del­ga, pré­si­dente du Conseil ré­gio­nal Oc­ci­ta­nie, dont la par­ti­ci­pa­tion s’élève à 2,4 mil­lions d’eu­ros, tan­dis que la Ville et la Mé­tro­pole de Mont­pel­lier contri­buent à hau­teur de 450"000 eu­ros.

UN RAYON­NE­MENT NA­TIO­NAL

Il est vrai que le Festival Ra­dio France re­pose sur un pro­fond an­crage ré­gio­nal. Il est or­ga­ni­sé dans 50 villes et pas moins de 70 salles si­tuées en Oc­ci­ta­nie. Près de 75 % des concerts sont gra­tuits, dans des re­gistres larges, de la mu­sique clas­sique aux mu­siques du monde en pas­sant par le jazz. En 2018, confir­mant une pro­gres­sion an­nuelle d’en­vi­ron 10 %, le festival a pas­sé pour la pre­mière fois le cap des 100"000 spec­ta­teurs, avec un pic de fré­quen­ta­tion à 104"000 per­sonnes. Les re­tom­bées éco­no­miques au­près des pu­blics concer­nés sont loin d’être né­gli­geables": elles s’éle­vaient à 2016 nui­tées d’hô­tels pour les or­chestres et les choeurs, et 1"702 pour les so­listes, les jour­na­listes et les étu­diants.

POUR AMA­TEURS DE RARETÉS

Le rayon­ne­ment de l’évé­ne­ment est bien sûr as­su­ré par Ra­dio France, qui a dif­fu­sé 58 des 173 concerts sur ses an­tennes l’an pas­sé. La dé­ci­sion prise en jan­vier par le groupe ra­dio­pho­nique est in­dif­fé­rente, se­lon le di­rec­teur du festival Jean-Pierre Rous­seau, car « la pro­gram­ma­tion avait dé­jà été fixée » . Un me­nu que ce der­nier écrit sur la base d’un prin­cipe im­muable – « je ne pro­gramme que ce que j’ai en­vie d’en­tendre » – sans pour au­tant don­ner à croire qu’il ou­blie­rait les goûts et attentes du pu­blic": « Le pu­blic vrai­ment mélomane, très connais­seur, est très mi­no­ri­taire au concert comme à l’opé­ra, et il est plu­tôt curieux, ou­vert, ama­teur de dé­cou­vertes et de raretés. Fri­leux sû­re­ment pas!! » Cette 35e édi­tion, axée sur la thé­ma­tique « So­leil de Nuit », se­ra consa­crée aux lé­gen­daires mu­siques du nord de l’Europe, mo­bi­li­sant quelque 920 ar­tistes, 11 or­chestres, 6 choeurs, 220 so­listes et 700 mu­si­ciens. Preuve que le Festival Ra­dio France reste stra­té­gique en Oc­ci­ta­nie, pre­mière ré­gion en termes de fes­ti­vals avec 400 ma­ni­fes­ta­tions par an.

Festival Ra­dio France, du 10 au 26 juillet.

[DR]

« So­leil de Nuit », thé­ma­tique de la 35e édi­tion du Festival Ra­dio France, met à l’hon­neur les mu­siques d’Europe du Nord.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.