Pour amé­lio­rer sa dé­marche RSE, Roche Diag­nos­tics im­plante quatre ruches sur son site de Mey­lan.

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE -

ISÈRE

La fi­liale com­mer­ciale du groupe suisse Roche a choi­si de par­ti­ci­per à la sau­ve­garde de la bio­di­ver­si­té. Un exemple concret de sa po­li­tique de res­pon­sa­bi­li­té so­cié­tale.

De­puis quelques mois, quatre ruches trônent dans les jar­dins du siège de Roche Diag­nos­tics, à Mey­lan, près de Gre­noble. Une ini­tia­tive qui illustre les am­bi­tions que sou­haite dé­ployer le groupe en ma­tière de RSE (Res­pon­sa­bi­li­té so­cié­tale des en­tre­prises). Un pro­jet né de l’idée d’un col­la­bo­ra­teur, api­cul­teur à ses heures per­dues, qui avait re­mar­qué les ser­vices pro­po­sés par la so­cié­té Bee Abeille. En échange d’une en­ve­loppe de 6"000 eu­ros par an, Bee Abeille s’oc­cupe de tout : ins­tal­la­tion, entretien et mise en pot du miel, sen­si­bi­li­sa­tion à des­ti­na­tion des sa­la­riés com­prise. « À cha­cune de ses vi­sites, de pe­tits groupes de col­la­bo­ra­teurs peuvent suivre l’entretien des ruches. Ce­la a même sus­ci­té des vo­ca­tions », s’amuse So­phie De Lei­ris, di­rec­trice com­mu­ni­ca­tion et RSE de Roche Diag­nos­tics France. Avec, comme ob­jec­tif fi­nal, la re­vente des pre­miers pots de miel cou­rant sep­tembre. Une pro­duc­tion de 40 ki­los est at­ten­due pour cette an­née, et se­ra re­ven­due à l’en­semble des col­la­bo­ra­teurs pour un ta­rif pré­fé­ren­tiel de 2 eu­ros par pot. Les bé­né­fices se­ront en­suite re­ver­sés à une as­so­cia­tion qui reste à sé­lec­tion­ner.

FAIRE DE LA RSE UN ÉLÉ­MENT STRA­TÉ­GIQUE

L’ar­ri­vée en 2017 de son pré­sident Ber­nard Co­lom­bo – au­jourd’hui rat­ta­ché à la ré­gion Eu­rope, Middle East, Afrique et Amé­rique La­tine –, a ser­vi d’élé­ment dé­clen­cheur. « Il vou­lait ac­cor­der plus d’im­por­tance à la RSE et en faire quelque chose de vi­sible, se sou­vient So­phie De Lei­ris. Nous avons donc re­cen­sé toutes les ac­tions qui pou­vaient être réa­li­sées, autour de quatre pi­liers que sont les pa­tients, les col­la­bo­ra­teurs, ain­si que la so­cié­té et l’en­vi­ron­ne­ment » . Avec, par­mi elles, le sou­tien fi­nan­cier à des associatio­ns de pa­tients, telles que l’as­so­cia­tion Lo­co­mo­tive, qui s’oc­cupe des en­fants hos­pi­ta­li­sés en on­co­lo­gie ou en­core son en­ga­ge­ment au­près de ses col­la­bo­ra­teurs lors d’évé­ne­ments spor­tifs ou d’ac­tions de sen­si­bi­li­sa­tion en in­terne. La so­cié­té s’im­plique aus­si en Afrique sub­sa­ha­rienne, où elle met à dis­po­si­tion des tests de diag­nos­tic du Si­da « à des tarifs com­pa­tibles avec les moyens fi­nan­ciers des pays concer­nés ».

Roche Diag­nos­tics fait dé­sor­mais ap­pel à la so­cié­té cham­bé­rienne Ni­co­mak pour l’ac­com­pa­gner dans la for­ma­li­sa­tion de sa dé­marche RSE, tan­dis qu’un co­mi­té de pi­lo­tage in­terne, ras­sem­blant des re­pré­sen­tants des sa­la­riés, est char­gé d’éta­blir un ou­til pour hié­rar­chi­ser ses en­jeux RSE. « Ses pré­co­ni­sa­tions se­ront pré­sen­tées au co­mi­té de di­rec­tion, avant qu’un plan ne soit plus for­mel­le­ment adop­té à comp­ter de 2020. » Avec dé­jà des am­bi­tions : « La RSE ne doit pas être consi­dé­rée comme un élé­ment tran­si­toire, car nous fai­sons ce­la pour as­su­rer la pé­ren­ni­té de l’en­tre­prise, et donc, l’em­ploi de nos col­la­bo­ra­teurs à long terme. » Avec 307,6 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires, Roche Diag­nos­tics em­ploie près de 600 col­la­bo­ra­teurs, dont 250 sont ba­sés sur son siège his­to­rique de Mey­lan.

[DR]

Les sa­la­riés et col­la­bo­ra­teurs de l’en­tre­prise sont invités à suivre l’entretien des ruches.

[DR]

Roche Diag­nos­tics, fi­liale du géant phar­ma­ceu­tique suisse, fait dé­sor­mais ap­pel à la so­cié­té Ni­co­mak pour l’ai­der dans sa dé­marche RSE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.