La connec­ti­vi­té, planche de sa­lut pour les construc­teurs!?

La Tribune Hebdomadaire - - L’ENQUÊTE -

Les Gafa vont-ils faire main basse surl’au­to­mo­bile!? L’ar­ri­vée de la connec­ti­vi­té dans l’uni­ver­sau­to­mo­bi­lein­quiète les construc­teurs, obli­gés de s’al­lier avec ces géants du nu­mé­rique et de la da­ta. L’émer­gence de tout un éco­sys­tème de ser­vices dans l’au­to­mo­bile pour­rait sé­rieu­se­ment re­dis­tri­buer la chaîne de va­leur de l’au­to­mo­bile. Si l’élec­tri­fi­ca­tion est le dé­fi des cinq pro­chaines an­nées, elle se fe­ra sur­tout sous la pres­sion de l’opinion pu­blique et des ré­gle­men­ta­tions. La connec­ti­vi­té, elle, re­pré­sente un en­jeu plus stra­té­gique. Qui des Gafa (en­ten­du au sens large, c’est-àdire toutes les so­cié­tés nu­mé­riques liées aux conte­nus tels que Net­flix, Spo­ti­fy, ou d’autres four­nis­seurs de ser­vices In­ter­net) ou des construc­teurs s’im­po­se­ra dans ce domaine.

UN ÉCO­SYS­TÈME PRESQUE UTOPIQUE

Pour l’heure, les pre­miers ont mar­qué plu­sieurs points. Goo­gleetAp­pleont­dé­jà­con­quis l’in­ter­face de la plu­part des construc­teurs à tra­vers An­droid Au­to pour le pre­mier et CarP­lay pour le se­cond. À tra­vers cette in­ter­face, les deux géants de l’in­for­ma­tique et de l’In­ter­net ont fait de l’au­to­mo­bile le pro­lon­ge­ment na­tu­rel de leur smart­phone (ou de leur sys­tème d’ex­ploi­ta­tion dans le cas de Google). Ré­per­toire té­lé­pho­nique, mu­sique, mes­sa­ge­rie, car­to­gra­phie… Chez cer­tains construc­teurs, on re­trouve même des assistants vo­caux comme chez BMW où Alexa d’Ama­zon est dé­sor­mais in­té­gré dans cer­taines gammes. Dès lors, les Gafa ont po­sé les fon­da­tions d’un éco­sys­tème de ser­vices de connec­ti­vi­té dans Le temps pas­sé par les Fran­çais au vo­lant de­vrait être consacré à consom­mer des ser­vices si la voi­ture de­ve­nait to­ta­le­ment au­to­nome. les vé­hi­cules du fu­tur. Pour beau­coup, cet éco­sys­tème pour­rait de­ve­nir la pre­mière source de va­leur de la voi­ture de de­main. Et si les Gafa rem­portent la guerre, ils risquent de re­lé­guer les construc­teurs à la condi­tion de simples as­sem­bleurs à l’image de Fox­conn, le fa­bri­cant taï­wa­nais d’iP­hone pour le compte d’Apple. Dans ce der­nier exemple, c’est bien Apple qui dé­gage de la va­leur, et pas Fox­conn…

Les Gafa qui avaient ten­té de ré­in­ven­ter eux-mêmes l’au­to­mo­bile en pré­pa­rant les plans d’une Google Car ou d’une Apple CarP­lay se sont vite ren­dus compte que le pro­cess in­dus­triel d’une voi­ture est in­fi­ni­ment plus com­plexe que ce­lui d’un té­lé­phone, et qu’ils ne dis­posent pas de cette ex­per­tise. En réa­li­té, l’éco­sys­tème de ser­vices ima­gi­né par les Gafa est très am­bi­tieux, presque utopique. Les cher­cheurs de la Si­li­con Val­ley veulent mettre la main sur le temps pas­sé dans une voi­ture pour vendre des conte­nus. Ils pa­rient sur l’émer­gence de la voi­ture au­to­nome pour faire de la voi­ture le ré­cep­tacle de tous leurs conte­nus. Regarder une sé­rie, en­voyer des mails, une vi­sio­con­fé­rence. Tous ces ser­vices pour­raient être « consom­més » du­rant un tra­jet en voi­ture : plus de sept heures par se­maine en France, se­lon une étude Ip­sos/ Bos­ton Con­sul­ting Group pu­bliée en avril 2017. Mais pour ré­cu­pé­rer ce pré­cieux temps de tra­jet, il faut pas­ser en mode to­ta­le­ment au­to­nome…

Or, de plus en plus d’ac­teurs s’in­ter­rogent sur la réa­li­té d’un tel scé­na­rio. En avril der­nier, Anne-Marie Idrac, haute re­pré­sen­tan­te­pour­le­dé­ve­lop­pe­ment des vé­hi­cules au­to­nomes, avait aver­ti dans nos co­lonnes : « l’hy­po­thèse d’une voi­ture to­ta­le­ment au­to­nome, en toutes cir­cons­tances, par tous les temps, ne ver­ra pro­ba­ble­ment ja­mais le jour [...] Ar­rê­tons de rê­ver de tech­no­lo­gies hors-sol » ( La Tri­bune du 26 avril). Du coup, les Gafa pour­raient être net­te­ment moins in­té­res­sés… Mais il reste en­core toute la par­tie da­ta à pré­emp­ter, et là aus­si, c’est la course folle. Les construc­teurs tentent de se po­si­tion­ner sur ce seg­ment. Ils ont in­ven­té des ser­vices dé­diés et es­pèrent mo­né­ti­ser cette précieuse res­source, no­tam­ment à tra­vers des ser­vices non pas de conte­nus cette fois, mais de mo­bi­li­tés. BMW et Daim­ler semblent avoir pris une l on­gueur d’avance en fu­sion­nant leurs fi­liales res­pec­tives consa­crées aux mo­bi­li­tés. Chez PSA, on cherche aus­si la bonne for­mule à tra­vers Free2Move qui s’est dé­sor­mais ins­tal­lé dans la voi­ture en libre-ser­vice dans plu­sieurs grosses ag­glo­mé­ra­tions comme Paris, Wu­han ou même Washington. De son cô­té, Re­nault tente de s’imposer dans les VTC avec plu­sieurs solutions. Mais le mo­dèle semble en­core pré­caire, se­lon les ob­ser­va­teurs, tant il semble en­core dif­fi­cile de ga­gner de l’ar­gent sur ces ser­vices. « Si quelqu’un a la ré­ponse du mo­dèle de de­main, je veux bien le rencontrer », dé­cla­rait, il y a peu en­core, un grand in­dus­triel au­to­mo­bile...

« Si quelqu’un a la ré­ponse du mo­dèle de de­main, je veux bien le rencontrer »

UN GRAND IN­DUS­TRIEL AU­TO­MO­BILE NA­BIL BOURASSI « Ber­nard Favre : “La voi­ture au­to­nome n’ar­ri­ve­ra pas avant 2040” »

« Voi­ture au­to­nome : la stra­té­gie de la France tient-elle la route ? »

« Anne-Marie Idrac : “Ar­rê­tons de rê­ver de tech­no­lo­gies hors-sol” »

« Re­charge par in­duc­tion, l’ave­nir de la voi­ture élec­trique ? »

« Avec AEX, Re­nault pré­pare la ri­poste aux Gafa sur les conte­nus em­bar­qués »

n

[DR]

SEPT HEURES PAR SE­MAINE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.