À To­lède, le Puy du Fou teste l’Es­pagne avant de conqué­rir le monde.

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - FRÉ­DÉ­RIC THUAL

Le Puy du Fou s’ex­porte. Qua­rante-deux ans après sa créa­tion, le parc à thèmes ven­déen, en­tré dans le top 5 mon­dial, vient de du­pli­quer son sa­voir-faire à To­lède où il met en scène l’his­toire es­pa­gnole. Comme une ré­pé­ti­tion gé­né­rale avant de se lan­cer à l’as­saut du monde. Ines­pé­ré"! 48 heures après l’inau­gu­ra­tion de son pre­mier spec­tacle, El sueño de To­le­do ( Le Songe de To­lède), en Es­pagne, le Puy du Fou Es­paña af­fiche com­plet. Face à l’en­thou­siasme ibé­rique, les or­ga­ni­sa­teurs viennent de dé­ci­der d’ac­cé­lé­rer le calendrier de la stra­té­gie de dé­ve­lop­pe­ment à l’in­ter­na­tio­nal (voir l’en­ca­dré page 23) et d’ajou­ter trois nou­velles dates à cette pre­mière sai­son, lan­cée le 30 août der­nier pour 15 re­pré­sen­ta­tions. Un spec­tacle noc­turne de 70 mi­nutes, haut en cou­leur.

UN MO­DÈLE SANS BÉ­NÉ­VOLES

Dans un dé­cor (châ­teau fort, ca­thé­drale, pont, ri­vière, ba­teau…) de 4"000 mètres car­rés, sor­ti de terre en huit mois, dé­filent 1"500 ans de l’his­toire es­pa­gnole, jouée par quelque 185 co­mé­diens en cos­tume in­car­nant 2"000 per­son­nages où se mêlent cas­cades, ef­fets spé­ciaux et nou­velles tech­no­lo­gies. Un « hui­tième art » re­ven­di­qué qui em­prunte les codes du cinéma, de l’opé­ra, du théâtre, de la danse, du pé­plum…

Il est loin le temps où Phi­lippe de Villiers, ex-pré­sident du con­seil gé­né­ral de Vendée, fon­da­teur du Puy du Fou, mo­bi­li­sait un ba­taillon de 600 « Puy­fo­lais » bé­né­voles pour ve­nir jouer l’his­toire de France vue par une fa­mille ven­déenne dans la cour du châ­teau, éclai­rée par des phares de voi­tures. Le bé­né­vo­lat, dé­crié et su­jet à de nom­breuses po­lé­miques, « ne concerne, au­jourd’hui, que le seul spec­tacle de la ci­nés­ce­nie, parce que c’est dans notre ADN. Il ne re­pré­sente au­jourd’hui que 7 % à 8 % du chiffre d’af­faires du Grand Parc. Ici, à To­lède, le mo­dèle clas­sique re­pose sur 100 re­pré­sen­ta­tions, ce se­rait im­pos­sible avec des bé­né­voles », in­dique Ni­co­las de Villiers, fils du fon­da­teur et pré­sident de l’as­so­cia­tion Puy du Fou, qui peau­fine un concept de­ve­nu ex­por­table. De fait, le pro­jet es­pa­gnol s’ap­puie ex­clu­si­ve­ment sur des co­mé­diens sa­la­riés, dont vingt-trois sont ve­nus se for­mer en Vendée.

Le sa­voir-faire ac­quis par le Puy du Fou, pen­dant quatre dé­cen­nies, a pris le re­lais des pe­tites mains. En­tré dans le top 5 mon­dial, au­réo­lé de nom­breuses dis­tinc­tions in­ter­na­tio­nales (Prix Tra­vel­lers’ Choice dé­cer­née par TripAd­vi­sor au cours de l’été 2019, Ap­plause Award…), le grand parc, de­ve­nu une vé­ri­table des­ti­na­tion tou­ris­tique, a, l’an der­nier, ac­cueilli 2,3 mil­lions de visiteurs. Avec des pointes à 25!000 per­sonnes par jour. La fré­quen­ta­tion quo­ti­dienne a pro­gres­sé de + 6!% et les sé­jours plus longs de + 15!%. À To­lède, 200 spé­cia­listes ven­déens s o nt v e nus é p a u l e r l’équipe es­pa­gnole pour dé­ployer des mé­thodes main­te­nant bien ro­dées.

UN DES JOYAUX DE L’ES­PAGNE

Dans cette ré­gion aride du centre de l’Es­pagne, échau­dée par de nom­breux ra­tés éco­no­miques, il a d’abord fal­lu mon­trer patte blanche. « Ça a com­men­cé par un gros scep­ti­cisme », re­con­naissent Ni­co­las de Villiers et le di­rec­teur de Puy du Fou Es­paña, Er­wan de la Villéon, co­au­teurs du scé­na­rio d’El sueño de To­le­do qui s’at­ta­quaient à un des joyaux de l’Es­pagne, ins­crit au pa­tri­moine mon­dial de l’humanité. La ville, qui concentre des chefs-d’oeuvre du ju­daïsme, du chris­tia­nisme et de l’is­lam, at­tire chaque an­née plus de trois mil­lions de tou­ristes. « Nous avons Ver­sailles, eux To­lède!! » ré­sume Er­wan de la Villéon. Alors, lorsque le pré­sident de la Ré­gion de Cas­tilla-la-Man­cha a an­non­cé, lors de la pre­mière confé­rence de presse, qu’il sou­te­nait le pro­jet, « de nom­breux doutes ont été le­vés », confie Ni­co­las de Villiers. « Cette an­nonce a mis en ordre de marche les ad­mi­nis­tra­tions et les en­tre­prises. En­suite, on a bos­sé pour que les gens sortent émus du spec­tacle », ajoute Er­wan de la Villéon.

1!500 ANS D’HIS­TOIRE EN 70 MI­NUTES

Du­rant trois ans et de­mi, le duo de scé­na­ristes s’est im­mer­gé dans la culture lo­cale, l’his­toire d’un pays, pour en com­prendre les codes… « On a ren­con­tré des his­to­riens, des spé­cia­listes, des jour­na­listes…, avons tes­té nos idées au­près d’ex­perts comme les pré­si­dents du Théâtre royal de Ma­drid et de la Fon­da­tion royale de To­lède. On ne vou­lait pas que les gens se disent : c’est le show des Fran­çais qui font leur truc. On veut être to­lè­dan, à To­lède!! » Jus­qu’à s’ar­ra­cher les che­veux pour abor­der l’épi­neuse ques­tion de la guerre ci­vile qui a di­vi­sé le pays… Et les Es­pa­gnols ont ap­pré­cié le trai­te­ment de la contro­ver­sée épo­pée de Na­po­léon, moins com­pli­quée à écrire pour les Ven­déens, même si 1!500 ans d’his­toire en 70 mi­nutes obligent à quelques rac­cour­cis. « Comme dans un ro­man adap­té au cinéma », jus­ti­fient les scé­na­ristes. Les di­ri­geants du Puy du Fou avaient aus­si dans leur car­ton la créa­tion de 87 em­plois di­rects dès 2019, et dix fois plus à l’ho­ri­zon 2028. Près de 3!000 em­plois in­di­rects pour­raient ac­com­pa­gner la mon­tée en puis­sance de Puy du Fou Es­paña au cours des dix pro­chaines an­nées.

LE PLUS GRAND PARC À THÈME DU PAYS

Si­tué à 55 mi­nutes de Ma­drid, le chantier a at­ti­ré 1!600 ou­vriers pour amé­na­ger, tam­bour bat­tant, cinq des trente hec­tares ac­quis par l’as­so­cia­tion le Puy du Fou et im­plan­ter sa pre­mière fi­liale à l’in­ter­na­tio­nal. Sans in­ter­ven­tion pu­blique, à

[PUY DU FOU]

El sueño de To­le­do (Le Songe de To­lède) : 1!500 ans de l’his­toire es­pa­gnole, jouée par 185 co­mé­diens en cos­tume.

[IRÈNE PALOMINO]

La pre­mière a ac­cueilli Emi­lia­no García Page, pré­sident de la Ré­gion de Cas­tilla­la-Man­cha ; Reyes Ma­ro­to, mi­nistre de l’In­dus­trie, du Com­merce et du Tou­risme ; Juan Jo­sé Gonzá­lez Ri­vas, pré­sident de la Cour consti­tu­tion­nelle ; Mi­la­gros Tolón, maire de To­lède ; Isa­bel María Oli­ver, se­cré­taire d’État au Tou­risme ; Pa­blo Ca­sa­do, pré­sident du Par­ti po­pu­laire...

[IRÈNE PALOMINO]

El Sueño de To­le­do ra­conte un voyage dans l’His­toire es­pa­gnole d’une jeune la­van­dière, Ma­ria, et du vieil Aza­can.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.