Comment Val­go est en­tré dans l’ère de l’après-pé­trole

La Tribune Hebdomadaire - - ENTREPRISE­S -

ROUEN

Sur une an­cienne raf­fi­ne­rie dans la mé­tro­pole rouen­naise, le groupe fon­dé à Tou­louse après l’ex­plo­sion d’AZF va­lide, à grande échelle, son mo­dèle de re­con­ver­sion de friches in­dus­trielles.

Au nord, une co­quette zone d’ac­ti­vi­té a dé­jà rem­pla­cé les cuves de la raf­fi­ne­rie fer­mée en 2013 par le suisse Pe­tro­plus au terme d’un bras de fer ho­mé­rique avec les syn­di­cats. Au sud, des mon­ceaux de fer­raille et de bé­ton donnent à l’en­droit des airs de dé­cor de film ca­tas­trophe, fa­çon The Day Af­ter. On est à quelques ki­lo­mètres des flèches de la ca­thé­drale de Rouen, dans la zone in­dus­tria­lo-por­tuaire. Bien­ve­nue sur l’une des plus grandes friches in­dus­trielles de France!: 240 hec­tares ra­che­tés en 2014 à la barre du tri­bu­nal « sur un pa­ri » par Fran­çois Bou­ché, PDG et fon­da­teur du groupe Val­go qui, dans la fou­lée, y a trans­fé­ré son siège. Cinq ans plus tard, l’in­gé­nieur fait vo­lon­tiers vi­si­ter le site, re­bap­ti­sé Pôle d’in­no­va­tion des Cou­ronnes qu’il pré­sente comme un dé­mons­tra­teur à grande échelle du sa­voir-faire de son en­tre­prise. « Dans le mé­tier nou­veau que nous exer­çons, la com­mu­ni­ca­tion se fait par la preuve » in­siste-t-il.

De fait, dif­fi­cile pour un « étran­ger » d’ima­gi­ner que se dres­sait là la fo­rêt de che­mi­nées de la « Mé­mé », comme l’ap­pe­laient ses voi­sins. La mé­thode qu’on ap­pelle ici la « val­go­ri­sa­tion » a trou­vé son cas d’école. Et vite.

MAÎTRISER TOUS LES MÉ­TIERS

Ses prin­cipes!? Une maî­trise de tous les mé­tiers, du pom­page au désa­mian­tage en pas­sant par la dé­cons­truc­tion et la vente de ter­rains et sur­tout une ap­proche glo­bale de re­vi­ta­li­sa­tion des sites vi­sant à les rendre éco­no­mi­que­ment ac­cep­tables par le mar­ché. « In­no­ver dans nos spé­cia­li­tés, c’est ga­gner du temps pour per­mettre aux in­ves­tis­seurs de se po­si­tion­ner très ra­pi­de­ment » , théo­rise Fran­çois Bou­ché. Les in­ves­tis­seurs, jus­te­ment, sont au ren­dez-vous. Outre la dou­zaine de PME dé­jà ins­tal­lées, Bol­lo­ré et To­tal ont re­pris le dé­pôt d’hy­dro­car­bures. Quant au pro­mo­teur Ga­ze­ley, il y a ré­ser­vé un ter­rain pour construire 120!000 mètres car­rés d’en­tre­pôts. Le pro­prié­taire des lieux table sur l’im­plan­ta­tion d’une ving­taine d’autres en­tre­prises et la créa­tion d’un mil­lier d’em­plois à l’ho­ri­zon 2023. De quoi ca­pi­ta­li­ser sur une re­con­ver­sion mo­dèle à la veille d’ou­vrir un bu­reau en Chine, où les friches in­dus­trielles se comptent par mil­liers.

NA­THA­LIE JOURDAN

[DR]

Le site de Pe­tro­plus, l’une des plus grandes friches de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.