L’Eu­rope de l’Est, ré­ser­voir de ren­ta­bi­li­té pour So­cié­té Gé­né­rale

BANQUE Après s’être désen­ga­gé de près d’une di­zaine de pays d’Eu­rope de l’Est, le groupe fran­çais s’est re­cen­tré sur trois mar­chés où il oc­cupe une po­si­tion stra­té­gique et af­fiche une crois­sance ren­table.

La Tribune Hebdomadaire - - FINANCE - JU­LIETTE RAYNAL À PRAGUE

De vastes open spaces et des murs jon­chés de Post-it de toutes les cou­leurs. Des cui­sines ou­vertes et des es­paces convi­viaux en guise de salles de réunion. Un bâ­ti­ment éco­nome en éner­gie et une di­zaine de ruches sur le toit. La vi­site du nou­veau siège de la banque Ko­merc­ni Ban­ka (KB), si­tué à Sto­dul­ky en pé­ri­phé­rie de Prague, tranche avec celle de son siège his­to­rique, qui abrite un dé­dale de cou­loirs, un hall Art dé­co et même un pa­ter-nos­ter, ces as­cen­seurs per­pé­tuels très ré­pan­dus au xixe siècle faits d’une chaîne de ca­bines ou­vertes dans les­quelles les pas­sa­gers montent ou des­cendent sans qu’ils ne s’ar­rêtent.

UN SUC­CÈS INDÉNIABLE

Le­bâ­ti­men­thy­per­mo­der­ne­qui ac­cueille chaque jour quelque 2#500 em­ployés est le vais­seau ami­ral de Ko­merc­ni Ban­ka, la troi­sième banque de la Ré­pu­blique tchèque avec près de 350 agences et 7#200 col­la­bo­ra­teurs, mais dont peu d’ha­bi­tants savent qu’elle est aux mains d’un grand groupe fran­çais. « So­cié­té Gé­né­rale a ac­quis 60 % du ca­pi­tal de KB en 2001. C’était à l’époque une banque pu­blique. C’était une banque old school. À la suite d’énormes ef­forts de trans­for­ma­tion, elle est de­ve­nue un exemple en termes de vé­lo­ci­té et d’agi­li­té. KB est le suc­cès le plus indéniable de notre stra­té­gie de dé­ve­lop­pe­ment à l’in­ter­na­tio­nal », vante Phi­lippe Heim di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué de So­cié­té Gé­né­rale, no­tam­ment char­gé des ac­ti­vi­tés de banque de dé­tail à l’in­ter­na­tio­nal. L’ac­qui­si­tion de KB en 2001 est le fruit d’une po­li­tique de crois­sance im­pul­sée par So­cié­té Gé­né­rale au dé­but des an­nées 2000. « Le groupe avait be­soin de gros­sir, nous étions trop pe­tits. C’était le res­sen­ti peu après l’OPA de BNP sur So­cié­té Gé­né­rale en 1999 », ra­conte Phi­lippe Heim. Com­mence alors une pé­riode d’ac­qui­si­tions fré­né­tiques pen­dant la­quelle la banque pousse ses pions en Eu­rope de l’Est. Mais cette stra­té­gie de crois­sance ex­terne se heurte à la crise fi­nan­cière de 2008, em­pê­chant So­cié­té Gé­né­rale d’ob­te­nir une taille cri­tique dans ces mar­chés. « Notre pré­sence est per­ti­nente lors­qu’on dé­tient au mi­ni­mum 7 à 8 % de parts de mar­ché », es­time Phi­lippe Heim. La banque de la Dé­fense mise alors sur le dé­ve­lop­pe­ment de sy­ner­gies entre les dif­fé­rents pays. C’était sans comp­ter la com­plexi­té bal­ka­nique. « Ce sont des pays qui ont trois re­li­gions dif­fé­rentes. Qui ont une langue com­mune, mais qui s’écrit dif­fé­rem­ment », rap­pelle Phi­lippe Heim.

Le groupe ban­caire se ré­signe et cherche des re­pre­neurs. De­puis deux ans, So­cié­té Gé­né­rale est sor­tie d’une di­zaine de pays (Po­logne, Ser­bie, Slo­vé­nie, Ma­cé­doine, Bul­ga­rie…) pour concen­trer ses ef­forts sur trois mar­chés por­teurs où elle oc­cupe une po­si­tion stra­té­gique : la Ré­pu­blique tchèque avec KB, la Rou­ma­nie avec BRD et la Rus­sie avec Ros­bank. En Ré­pu­blique tchèque, par exemple, Ko­merc­ni Ban­ka compte 1,6 mil­lion de clients dans un pays qui dé­nombre à peine plus de 10 mil­lions d’ha­bi­tants, sou­ligne Jan Ju­chel­ka, son di­rec­teur gé­né­ral. KB, qui s’ap­prête à cé­lé­brer sa tren­tième an­née d’exis­tence, est une banque uni­ver­selle et dé­tient 18 % de parts de mar­ché au­près des par­ti­cu­liers et 30 % au­près des en­tre­prises. Elle af­fiche une san­té in­so­lente avec des re­ve­nus en hausse de 4,4 % et une ren­ta­bi­li­té de 25 %, contre 12 % pour la banque de dé­tail en France.

Plus lar­ge­ment, « les ac­ti­vi­tés de So­cié­té Gé­né­rale en Eu­rope de l’Est ont contri­bué à hau­teur de 19 % au ré­sul­tat du groupe en 2018, soit 838 mil­lions d’eu­ros, contre seule­ment 280 mil­lions quatre ans au­pa­ra­vant », sou­ligne Gio­van­ni-Lu­ca So­ma, di­rec­teur des ré­seaux ban­caires in­ter­na­tio­naux pour l’Eu­rope et pa­tron des ac­ti­vi­tés de Soc Gen en Rus­sie.

Si cette ré­gion consti­tue un vé­ri­table ré­ser­voir de crois­sance et de ren­ta­bi­li­té pour So­cié­té Gé­né­rale, c’est no­tam­ment parce que son contexte mo­né­taire et éco­no­mique n’a rien à voir avec ce­lui de la zone eu­ro. Alors qu’en France, la banque ne bé­né­fi­cie pas des ef­fets de vo­lumes sur les cré­dits en rai­son des taux bas (di­rec­te­ment liés à la po­li­tique mo­né­taire ac­com­mo­dante que pour­suit la Banque cen­trale eu­ro­péenne), c’est tout le contraire en Ré­pu­blique tchèque où les re­ve­nus de marge d’in­té­rêt (c’est-à-dire la dif­fé­rence entre le taux au­quel la banque prête et le taux au­quel elle se re­fi­nance) sont en nette pro­gres­sion.

LE VI­RAGE DIGITAL

Pour ren­for­cer sa pré­sence en patch­work à l’Est, où elle ne dis­pose dé­sor­mais que de quelques îlots de re­lais de crois­sance ren­table in­dé­pen­dants les uns des autres, So­cié­té Gé­né­rale n’en­vi­sage pas de nou­velles ac­qui­si­tions. « Elles s’ac­com­pa­gne­raient de trop lourdes trans­for­ma­tions », juge Phi­lippe Heim. En re­vanche, Soc Gen mise sur le digital et ré­duit, en pa­ral­lèle, la voi­lure de son ré­seau phy­sique, comme en France. Chaque an­née, de­puis 2018, KB ferme ain­si une ving­taine d’agences. « Chez KB, plus de 90 % des in­ter­ac­tions réa­li­sées par les clients avec la banque se font en ligne. Le nombre d’uti­li­sa­teurs mo­biles a grim­pé de 35 % en un an et notre ap­pli ban­caire compte dé­sor­mais 704#000 uti­li­sa­teurs », se fé­li­cite Jan Ju­chel­ka.

Pour ga­gner du ter­rain et ré­pondre au mieux aux be­soins des clients, la fi­liale tchèque a aus­si adop­té une nou­velle or­ga­ni­sa­tion du tra­vail. 1#500 col­la­bo­ra­teurs (soit 40 % du nou­veau siège) tra­vaillent en « tri­bus ». Il s’agit de cas­ser les ni­veaux hié­rar­chiques pour ga­gner en agi­li­té et lan­cer ra­pi­de­ment de nou­veaux pro­duits sur le mar­ché. L’en­jeu consiste aus­si à sé­duire et re­te­nir les sa­la­riés dans un pays de plein-em­ploi, avec un taux de chô­mage in­fé­rieur à 2 %, et où les sa­laires ont aug­men­té en moyenne de 9 % l’an der­nier.

« Chez KB, le nombre d’uti­li­sa­teurs mo­biles a grim­pé de 35 % en un an et notre ap­pli ban­caire compte 704%000 uti­li­sa­teurs »

JAN JU­CHEL­KA,

DI­REC­TEUR GÉ­NÉ­RAL DE KB

[PETR SOLAR]

Le siège de la Ko­merc­ni Ban­ka, près de Prague. La banque, aux mains de la SocGen, af­fiche une ren­ta­bi­li­té de 25 %.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.