À Tou­louse, l’ex­plo­sion d’AZF ef­fa­cée du pay­sage

La Tribune Hebdomadaire - - L’ENQUÊTE -

En sep­tembre 2001, l’ag­glo­mé­ra­tion tou­lou­saine est se­couée, puis trau­ma­ti­sée, par l’ex­plo­sion de l’usine d’en­grais, clas­sée Se­ve­so seuil haut. De­puis, le site pol­lué fait l’ob­jet d’une trans­for­ma­tion.

Quand une forte dé­fla­gra­tion ré­sonne sur l’ag­glo­mé­ra­tion tou­lou­saine, le 21 sep­tembre 2001, la po­pu­la­tion pense à un at­ten­tat... Fi­na­le­ment, la plus grande ca­tas­trophe in­dus­trielle de l’his­toire en France vient de se dé­rou­ler sur le site de l’usine AZF, clas­sée Se­ve­so seuil haut. En cause, l’ex­plo­sion d’un stock de ni­trate d’am­mo­nium. L’usine ap­par­te­nant à l’en­tre­prise Grande Pa­roisse, elle-même pro­prié­té du groupe To­tal, pro­dui­sait en grande par­tie des am­mo­ni­trates agri­coles et des ni­trates d’am­mo­nium in­dus­triels.

Le bi­lan est lourd pour la Ville rose où l’on dé­nombre 31 vic­times et 2&500 bles­sés. « Il au­rait pu être bien plus im­por­tant, car, à cô­té de l’usine AZF, se trouve en­core au­jourd’hui un site d’Aria­neG­roup, l’an­cien site in­dus­triel de la So­cié­té na­tio­nale des poudres et ex­plo­sifs où sont pro­duits les prin­ci­paux com­po­sants du pro­per­gol, le car­bu­rant pour les lan­ceurs Ariane », pré­cise Jean-Luc Mou­denc, le maire de Tou­louse et ad­joint à l’ur­ba­nisme au mo­ment des faits.

AU COEUR DE L’AG­GLO­MÉ­RA­TION

Au­tre­fois, ces deux sites étaient à l’écart des ha­bi­ta­tions, mais l’éta­le­ment ur­bain les a, au fil des an­nées, en­glo­bés au coeur de l’ag­glo­mé­ra­tion. Après cette ca­tas­trophe, aux dé­gâts ma­té­riels éva­lués à 2 mil­liards d’eu­ros, il a éga­le­ment fal­lu gé­rer le de­ve­nir des 459 sa­la­riés du site. Cer­tains d’entre eux ont été re­clas­sés en in­terne dans le groupe To­tal, d’autres ont fait l’ob­jet d’un re­clas­se­ment ex­terne au sein d’en­tre­prises ba­sées à Tou­louse comme Air­bus, Sa­no­fi et Syn­thé­la­bo. Et près de 200 ont été mis en pré­re­traite. Après le « dé­dom­ma­ge­ment » de ces sa­la­riés une fois l’ar­rêt de l’ac­ti­vi­té ac­té, il a été ques­tion de ce­lui du ter­ri­toire. « To­tal a ven­du à la Mé­tro­pole le ter­rain de 110 hec­tares pour un eu­ro sym­bo­lique et le groupe a fait un don de 10 mil­lions d’eu­ros à la Fon­da­tion Tou­louse Can­cer San­té, créée après la ca­tas­trophe et qui a pour but de fi­nan­cer des pro­jets de re­cherche au­tour du can­cer », rap­pelle Jean-Luc Mou­denc. La créa­tion de cette fon­da­tion se­ra sui­vie par l’inau­gu­ra­tion en 2014 de l’Ins­ti­tut uni­ver­si­taire du can­cer de Tou­louse On­co­pole et du Centre de re­cherche en can­cé­ro­lo­gie de Tou­louse. Deux ins­tal­la­tions qui se­ront com­plé­tées en 2021 par un bâ­ti­ment de 12&000 mètres car­rés de­vant ac­cueillir le pro­jet Ins­pire, mê­lant soins et re­cherches au­tour de la pro­blé­ma­tique du « mieux vieillir ».

MIEUX RELIER LA ZONE AU RESTE DE LA VILLE

Dé­sor­mais, tout l’en­jeu est de mieux relier cette zone, où tra­vaillent 5&000 per­sonnes, au reste de la ville. Ain­si, le plus grand té­lé­phé­rique ur­bain de France qui se­ra mis en ser­vice à Tou­louse fin 2020 (coût es­ti­mé à 82 mil­lions d’eu­ros) connec­te­ra ce quar­tier au CHU de Ran­gueil et à l’uni­ver­si­té Paul-Sa­ba­tier, deux équi­pe­ments des­ser­vis par le mé­tro. Par ailleurs, l’an­cien site in­dus­triel doit ac­cueillir dans les se­maines à ve­nir la plus grande cen­trale pho­to­vol­taïque ur­baine de France, qui s’éten­dra sur 25 hec­tares. « On es­père une pro­duc­tion an­nuelle de 19"350 MWh, soit l’équi­valent de la consom­ma­tion an­nuelle de 4"100 foyers », éva­lue Sté­pha­nie An­drieu, di­rec­trice gé­né­rale d’Ur­ba­so­lar, la so­cié­té hé­raul­taise choi­sie pour ex­ploi­ter le site. Pour l’anec­dote, les pan­neaux so­laires ont dû être sur­éle­vés en rai­son de la forte pol­lu­tion des sols liée à la ca­tas­trophe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.