Dans les coulisses de la French Tech Shan­ghai

La Tribune Hebdomadaire - - ANTICIPATI­ONS -

Le 23 sep­tembre, lors du pre­mier De­mo Day de la French Tech Shan­ghai, quatre star­tups fran­çaises ont pré­sen­té leurs pro­jets

de­vant les in­ves­tis­seurs, bu­si­ness an­gels et en­tre­pre­neurs. « Notre ob­jec­tif est d’ai­der les star­tups créées par les Fran­çais à Shan­ghai, en leur four­nis­sant, dès le dé­but, des aides et des conseils d’ex­perts » , ex­plique Gre­go­ry Prud­hom­meaux, co­pré­sident de La French Tech Shan­ghai et co­fon­da­teur de NextS­tepS­tu­dio. « Nous or­ga­ni­sons des ate­liers de tra­vail entre les res­pon­sables des star­tups, et des évé­ne­ments pu­blics ac­ces­sibles à toute notre com­mu­nau­té, qui re­groupe au­jourd’hui plus de 700 membres. » Le bu­reau, com­po­sé d’une di­zaine de vo­lon­taires, tra­vaille étroi­te­ment avec Bu­si­ness France, la CCI France Chine et le Con­su­lat de France à Shan­ghai. Son fi­nan­ce­ment ne pro­vient que de spon­sors comme Mi­che­lin, Per­nod-Ri­card, Vir­tuos, STMi­croe­lec­tro­nics. Ain­si ont été ac­com­pa­gnées 52 star­tups fran­çaises à Shan­ghai, dans des sec­teurs va­riés : food­tech, en­vi­ron­ne­ment, mé­di­ca­ments, san­té et bien-être, com­mu­ni­ca­tion…

Le mar­ché chi­nois, plus dif­fi­cile d’ac­cès qu’avant, offre tou­jours des op­por­tu­ni­tés in­té­res­santes aux star­tups fran­çaises

dans l’in­no­va­tion ou les high-techs. IT Con­sul­tis, une agence de tech­no­lo­gies di­gi­tales im­plan­tée en Chine de­puis 2011, en consti­tue un bon exemple. Son ob­jec­tif"? Ai­der les clients sur leurs stra­té­gies om­ni­ca­nal et de di­gi­ta­li­sa­tion, en se fo­ca­li­sant sur les ex­pé­riences uti­li­sa­teurs, à tra­vers la col­lecte de don­nées, la ges­tion de la re­la­tion client, les pro­grammes de fi­dé­li­té, etc. « WeC­hat est beau­coup uti­li­sée comme pla­te­forme d’ac­cès pour les cam­pagnes d’e-mar­ke­ting me­nées pour nos clients comme Swatch ou Porsche » , ra­conte Yoan Ri­gart-Le­ni­sa, qui di­rige la jeune en­tre­prise. « Pour y réus­sir, il faut as­su­rer la flui­di­té du de­si­gn et des in­ter­faces tech­niques, l’ex­clu­si­vi­té du pro­duit, l’ori­gi­na­li­té de la cam­pagne, l’en­ga­ge­ment des KOL (Key Opi­nion Lea­ders) avec les agences mar­ke­ting et la prise en compte des élé­ments cultu­rels. »

Ju­lie Cos­terg, quant à elle, a créé en 2018 Lin­wards, une pla­te­forme consa­crée aux com­mu­nau­tés ur­baines en quête d’un équi­libre corps et es­prit. Elle re­groupe 200 par­te­naires (res­tau­rants, salles de sport, ma­ga­sins bios…), et 5"000 membres qui par­ti­cipent ré­gu­liè­re­ment à leurs ac­ti­vi­tés de bien-être. « En Chine, les gens tra­vaillent de longues heures et se dé­placent beau­coup. À Shan­ghai, il y a main­te­nant un vrai be­soin pour prendre bien soin de soi, res­ter à la fois ac­tif et spor­tif, et avoir un style de vie plus souple face à la pres­sion so­ciale, no­tam­ment par­mi les mil­len­nials » , ana­lyse-t-elle. En re­vanche, quelques dé­fis se pré­sentent en­core pour les star­tups fran­çaises, liés à une forte concur­rence lo­cale, à la vi­tesse de dé­ve­lop­pe­ment et aux évo­lu­tions per­ma­nentes dans les high-techs, à l’ac­cès dif­fi­cile au fi­nan­ce­ment, à l’ap­proche fran­çaise plus pru­dente que l’ap­proche chi­noise ou amé­ri­caine dans l’im­plan­ta­tion sur un nou­veau mar­ché. « Il faut sa­voir s’adap­ter et res­ter très agile, s’en­tou­rer des ta­lents chi­nois, et trou­ver les moyens de fi­nan­ce­ment pour s’agran­dir ra­pi­de­ment » , conclut Gre­go­ry Prud­hom­meaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.