LE PHO­TO­VOL­TAIQUE S'IN­VITE SUR LES TOITS DES BA­TI­MENTS PUBLICS

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - L'ANALYSE - FLORINE GALERON

Mé­dia­thèque, écoles ou gym­nases de la Mé­tro­pole ac­cueillent sur leur toit des pan­neaux so­laires. Des pro­jets par­fois ini­tiés par de simples ci­toyens.

Au-de­là de ces pro­jets por­tés par la Ville rose, plu­sieurs col­lec­tifs de ci­toyens, à l'image de Ci­toy'enR ou Icea, veulent ac­cé­lé­rer la tran­si­tion éner­gé­tique en pro­po­sant aux ha­bi­tants de fi­nan­cer l'ins­tal­la­tion de pan­neaux sur les toits d'écoles ou de com­plexes spor­tifs. Les re­cettes gé­né­rées par la re­vente de l'élec­tri­ci­té ser­vi­ront à fi­nan­cer de nou­veaux parcs so­laires mais aus­si à ver­ser une ré­mu­né­ra­tion aux co­opé­ra­teurs sur le prin­cipe d'un ren­de­ment su­pé­rieur au Li­vret A.

"L'idée est que les ci­toyens re­prennent le contrôle de la tran­si­tion éner­gé­tique et com­prennent mieux les en­jeux der­rière leur consom­ma­tion d'élec­tri­ci­té", avance Au­rore Lo­pez, l'une des membres fon­da­trices de Ci­toy'enR. En ré­col­tant près de 100 000 eu­ros au­près de 300 so­cié­taires, cette co­opé­ra­tive a dé­jà équi­pé six toi­tures en 2018 : une école de Tour­ne­feuille, deux crèches à Mu­ret et Fon­sorbes et un gym­nase à l'Union. À chaque fois, il s'agit de pe­tites sur­faces, de 50 à 200 m2, les six pro­jets per­met­tant de gé­né­rer l'équi­valent de la consom­ma­tion élec­trique de 50 foyers. L'an­née pro­chaine, d'autres ins­tal­la­tions sont pré­vues sur des com­plexes scolaires et spor­tifs à Bla­gnac et Tou­louse.

UNE PRO­DUC­TION SO­LAIRE EN­CORE MI­NIME

"Ce­la reste en­core peu. Les co­opé­ra­tives d'éner­gie ci­toyennes pro­duisent une part mi­nime de l'élec­tri­ci­té en France. C'est le même constat si l'on rap­porte nos 300 so­cié­taires à l'échelle de l'en­semble de la po­pu­la­tion de Tou­louse Mé­tro­pole (en­vi­ron 750 000 ha­bi­tants, ndlr). Pour l'ins­tant, ceux qui in­ves­tissent sont sur­tout des ci­toyens en­ga­gés. Nous de­vons mon­ter en puis­sance", sou­lève Au­rore Lo­pez.

La gé­né­ra­li­sa­tion du pho­to­vol­taïque sur les toits des équi­pe­ments publics se heurte éga­le­ment à des contraintes tech­niques.

"Nous avons une ca­pa­ci­té li­mi­tée de bâ­ti­ments à équi­per, es­time Emil­lion Es­nault. L'orien­ta­tion du bâ­ti­ment doit être plein sud. La pente de la toi­ture a aus­si une in­ci­dence. Par exemple, la mé­dia­thèque Jo­sé Ca­ba­nis pré­sente l'avan­tage d'avoir un toit plat où nous pou­vons in­cli­ner à notre guise les pan­neaux. Le pro­blème de l'étan­chéi­té est éga­le­ment ma­jeur. Pour ins­tal­ler des pan­neaux, il faut per­cer dans le toit et ce­la peut mettre en pé­ril son étan­chéi­té, re­pré­sen­ter des coûts im­por­tants fai­sant perdre tout le bé­né­fice de l'ins­tal­la­tion".

Sans comp­ter que nombre de bâ­ti­ments publics de l'hy­per­centre sont clas­sés au pa­tri­moine, ce qui rend en­core plus dif­fi­cile ce type de dé­ploie­ment. L'es­sor du so­laire sur les bâ­ti­ments publics de­vrait donc se concen­trer dans un pre­mier temps sur les bâ­ti­ments ré­cents de la Ville rose.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.