KA­WAN­TECH CONCOIT DES LAM­PA­DAIRES IN­TEL­LI­GENTS

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - L'ANALYSE - ISRAA LIZATI

La star­tup tou­lou­saine Ka­wan­tech dé­ploie à grande échelle son sys­tème pour li­mi­ter la fac­ture éner­gé­tique de l’éclai­rage pu­blic. Un sys­tème ca­pable aus­si de dé­tec­ter les places de par­king dis­po­nibles.

Pour­quoi éclai­rer une rue la nuit alors que le pas­sage y est qua­si nul ? Face à ce constat, la star­tup tou­lou­saine Ka­wan­tech, fon­dée en 2011, a mis au point un cap­teur de mou­ve­ments ins­tal­lé dans les ré­ver­bères per­met­tant d'ajus­ter l'éclai­rage noc­turne. Lorsque la rue est dé­serte, le lam­pa­daire éclaire à 15 % seule­ment de sa puis­sance. À l'ar­ri­vée d'un pié­ton ou d'un vé­hi­cule, l'éclai­rage re­vient à 100%. Pré­cis, l'ou­til est ca­pable de dif­fé­ren­cier un pié­ton d'un ani­mal. Cette so­lu­tion per­met de bais­ser consi­dé­ra­ble­ment la fac­ture éner­gé­tique des zones.

"Par lam­pa­daire, 20 à 30 eu­ros sont éco­no­mi­sés par an. Les boî­tiers coûtent 200 eu­ros pièce donc le prix est vite amor­ti. Ce­la coûte moins cher qu'éteindre les lam­pa­daires. D'au­tant que les villes qui éteignent leurs éclai­rages ont vu le nombre de cam­brio­lages aug­men­ter", as­sure Yves Le He­naff, CEO de Ka­wan­tech.

Sol­li­ci­tée par Tou­louse Mé­tro­pole en 2013 pour un test, Ka­wan­tech équipe dé­sor­mais un peu plus de 600 lam­pa­daires dans la Ville rose, soit 24 km d'éclai­rages in­tel­li­gents. "Nous réa­li­sons 70% d'éco­no­mie d'éner­gie par lam­pa­daire", af­firme Emi­lion Es­nault, conseiller mu­ni­ci­pal de Tou­louse en charge de l'éclai­rage pu­blic. La ville équipe dé­sor­mais au­to­ma­ti­que­ment ses points lu­mi­neux de la tech­no­lo­gie en cas de re­nou­vel­le­ment.

27 VILLES FRAN­ÇAISES ÉQUI­PÉES DE LA TECH­NO­LO­GIE KA­WAN­TECH

Ces cap­teurs pro­duits à Tou­louse sont ven­dus aux fa­bri­cants de lam­pa­daires, tels que Phi­lips, Ecla­tec ou en­core Ge­ne­ral Elec­trics. "Notre ob­jec­tif de 50 000 ventes par an est lar­ge­ment at­teint", confie Yves Le He­naff. Au­jourd'hui, 27 villes sont équi­pées de la tech­no­lo­gie avec des grandes mé­tro­poles telles que Pa­ris, Lyon, Mar­seille, Lille, Bor­deaux, etc. La so­cié­té s'at­taque dé­sor­mais au mar­ché eu­ro­péen avec un contrat au Luxem­bourg.

Un évé­ne­ment sur­ve­nu cette an­née de­vrait consi­dé­ra­ble­ment faire dé­col­ler les com­mandes de l'en­tre­prise. En mars 2018, le Conseil d'État a condam­né le mi­nis­tère de la Tran­si­tion éco­lo­gique à prendre des ar­rê­tés contre la pol­lu­tion lu­mi­neuse. "L'en­semble des villes va de­voir mettre en place des ou­tils pour ré­duire l'illu­mi­na­tion des rues. Pour nous, c'est un ac­cé­lé­ra­teur", se ré­jouit le pa­tron de Ka­wan­tech.

Lire aus­si : Tou­louse face au dé­fi cli­ma­tique Outre l'éco­no­mie d'éner­gie, le dé­tec­teur Ka­wan­tech a des usages com­plé­men­taires. La star­tup ex­pé­ri­mente des so­lu­tions de sta­tion­ne­ment en temps réel no­tam­ment à Pa­ris. Lors­qu'une place de par­king se li­bère l'au­to­mo­bi­liste est in­for­mé via une ap­pli­ca­tion mo­bile. Elle tra­vaille éga­le­ment sur la ges­tion des feux tri­co­lores. "En fonc­tion du nombre de voi­tures, nous pour­rons adap­ter le temps d'at­tente au feu rouge et le temps de cir­cu­la­tion au feu vert". Et des em­bou­teillages.

"Nous dé­tec­tons les voi­tures en double file, les ca­mions de li­vrai­son ou pou­belles de sorte à don­ner des di­rec­tives aux autres vé­hi­cules afin d'évi­ter les em­bou­teillages", illustre Yves Le He­naff.

L'en­tre­prise qui em­ploie ac­tuel­le­ment 18 sa­la­riés compte re­cru­ter 7 nou­velles per­sonnes d'ici fé­vrier 2019. Une le­vée de fonds de 5 mil­lions d'eu­ros de­vrait être an­non­cée d'ici la fin d'an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.