COM­MENT PA­RIS SE PREPARE A "L'ACTE IV" DES "GI­LETS JAUNES"

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - L'EVENEMENT -

"Quelques mil­liers de per­sonnes" sont at­ten­dues dans la ca­pi­tale sa­me­di 8 dé­cembre se­lon Chris­tophe Cas­ta­ner, mi­nistre de l'In­té­rieur. 8.000 po­li­ciers et gen­darmes se­ront dé­ployés ain­si qu'une dou­zaine de vé­hi­cules blin­dés. La maire de Pa­ris, Anne Hi­dal­go a pour sa part an­non­cé le re­trait de 2.000 élé­ments de mo­bi­liers ur­bains, pou­vant ser­vir de pro­jec­tiles et "d'armes", et la fer­me­ture de di­zaines de bâ­ti­ments mu­ni­ci­paux et d'ins­ti­tu­tions cul­tu­relles.

À la veille d'un qua­trième sa­me­di de mo­bi­li­sa­tion des "gi­lets jaunes", les équipes de la ville de Pa­ris tra­vaillent "d'ar­rache-pied pour pré­ve­nir au maxi­mum les dé­gra­da­tions", a as­su­ré ce ma­tin Anne Hi­dal­go. 2.000 élé­ments de mo­bi­lier ur­bain dans "les zones les plus à risques" ont ain­si été re­ti­rés des es­paces pu­blics pour évi­ter toute trans­for­ma­tion en "armes par les cas­seurs". Grilles d'arbres, bar­rières de chan­tier, co­lonnes à verre, tout a été re­ti­ré.

PA­RIS, VILLE MORTE

Nom­breux bâ­ti­ments mu­ni­ci­paux n'ou­vri­ront pas leurs portes de­main : des centres cultu­rels, so­ciaux, des gym­nases, des stades, etc.

"La liste com­plète des équi­pe­ments et des évé­ne­ments im­pac­tés" est dé­jà en ligne sur pa­ris.fr, "com­plé­tée en temps réel, au­jourd'hui et de­main", a pré­ci­sé la maire de Pa­ris.

Un match de foot­ball au parc des Princes a ain­si été an­nu­lé de même que 158 sta­tions Vé­lib se­ront in­ac­tives "à titre pré­ven­tif".

Les mo­nu­ments his­to­riques sont éga­le­ment concer­nés, à com­men­cer par l'Arc de Triomphe sac­ca­gé sa­me­di der­nier, les ca­ta­combes, la Cha­pelle ex­pia­toire, la Con­cier­ge­rie, le Pa­lais Royal, le Pan­théon, la Sainte-Cha­pelle, la tour Eif­fel et les tours de Notre-Dame. Sans ou­blier les ins­ti­tu­tions cul­tu­relles : le Louvre, le Centre Pom­pi­dou, la Fon­da­tion Louis Vuit­ton, le Grand Pa­lais, la Mai­son de la ra­dio, les mu­sées d'art mo­derne de la Ville, d'Or­say, Mar­mot­tan et du quai Bran­ly et les opé­ras Bas­tille et Gar­nier. Aux­quels s'ajoutent la Phil­har­mo­nie de Pa­ris, les théâtres des ChampsÉ­ly­sées, de l'Odéon, Ma­ri­gny ou en­core la Co­mé­die-Fran­çaise.

"Ma­ni­fes­ter n'est en au­cun cas le droit de vio­len­ter et de cas­ser. Les vio­lences et les dé­gra­da­tions ne peuvent pas et ne doivent pas se re­pro­duire", a pré­ve­nu Anne Hi­dal­go.

"C'est une tris­tesse im­mense que de voir de­main notre ville en par­tie à l'ar­rêt, mais votre sé­cu­ri­té est la prio­ri­té ab­so­lue."

LE TÉ­LÉ­THON IMPACTÉ

La maire de la ca­pi­tale, qui di­sait lun­di der­nier avoir dé­cou­vert à la té­lé­vi­sion le dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té et le pé­ri­mètre de la der­nière ma­ni­fes­ta­tion, ac­ti­ve­ra de­main la cel­lule de crise de la Ville qui sui­vra "en temps réel et en lien étroit" avec la pré­fec­ture de po­lice l'évo­lu­tion de la si­tua­tion. La marche pour le cli­mat, qui de­vait re­lier la place du Tro­ca­dé­ro vers le Champ-de-Mars, par­ti­ra fi­na­le­ment de la place de la Na­tion pour se ter­mi­ner place de la Ré­pu­blique. En re­vanche, la "Marche des ma­la­dies rares" pré­vue au jar­din du Luxem­bourg dans le cadre du Té­lé­thon a été an­nu­lée "par pré­cau­tion".

Tou­jours ce ma­tin, Chris­tophe Cas­ta­ner a es­ti­mé que seuls "quelques mil­liers de per­sonnes" étaient at­ten­dues à Pa­ris, par­mi les­quelles "des élé­ments ra­di­caux, des fac­tieux vont ten­ter à nou­veau de se mo­bi­li­ser". Anne Hi­dal­go qui ap­pelle cha­cun à la "pru­dence", à la "sé­ré­ni­té" et au "sang-froid", le mi­nistre de l'In­té­rieur pro­met un dis­po­si­tif de "grande en­ver­gure" axé sur "une plus grande mo­bi­li­té" et "une plus grande ré­ac­ti­vi­té" pour "ré­pondre plus ef­fi­ca­ce­ment à la stra­té­gie de dis­per­sion et de mou­ve­ment" des cas­seurs.

Sur les 89.000 po­li­ciers et gen­darmes mo­bi­li­sés, 8.000 se­ront pré­sents dans la Ville, ac­com­pa­gnés d'une dou­zaine de vé­hi­cules blin­dés.

"Ce n'est pas l'ar­mée, ce ne sont pas les chars, ce sont des moyens spé­cia­li­sés de la gen­dar­me­rie na­tio­nale qui per­mettent no­tam­ment de dé­ga­ger les bar­ri­cades", a ajou­té Chris­tophe Cas­ta­ner. Dans le même temps, il re­doute la pré­sence de "gi­lets jaunes" ve­nus d'Eu­rope et d'ailleurs, rap­por­tant que "des per­son­nels de l'Arc de Triomphe disent avoir vu un Al­le­mand et un Por­tu­gais cas­ser".

LE TOU­RISME PÉ­NA­LI­SÉ

Les com­mer­çants, vic­times de vi­trines bri­sées voire de pillages sa­me­di der­nier, sont par ailleurs par­ti­cu­liè­re­ment choyés tant par la maire de Pa­ris que par le mi­nistre de l'In­té­rieur. Il en va en ef­fet de l'at­trac­ti­vi­té de la ca­pi­tale sur la scène in­ter­na­tio­nale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.