CRIS­TA­LINE: UN NOU­VEAU BOU­CHON MOINS PER­NI­CIEUX POUR LES ANI­MAUX?

La Tribune - - L'ENQUETE - GIULIETTA GAMBERINI

La marque d'eau de source lance dans 27 dé­par­te­ments un bou­chon so­li­daire de la bou­teille. L'en­tre­prise sou­haite ain­si ré­duire le nombre de bou­chons dis­per­sés dans la na­ture et ava­lés par la faune, mais aus­si ré­duire le poids de ses em­bal­lages. Un ob­jet du quo­ti­dien est sur le point de chan­ger de vi­sage. La marque d'eau de source Cris­ta­line, lea­der du mar­ché d'eaux plates en grosses et moyennes sur­faces, vient de lan­cer une nou­velle bou­teille de 50 cl. Toute l'innovation ré­side en réa­li­té dans le bou­chon: jus­qu'à pré­sent dé­vis­sable, il de­vient so­li­daire de la bou­teille. Plus court et moins large que l'an­cien, il est aus­si deux fois moins lourd. Ini­tia­le­ment tes­tée dans deux usines pi­lotes, Cham­bon-la-Fo­rêt (Loi­ret) et Gen­rouet (Loi­reAt­lan­tique), la nou­velle bou­teille est pour le mo­ment dis­tri­buée dans 27 dé­par­te­ments à proximité de ces deux sites. Si l'ex­pé­rience de­vait s'avé­rer po­si­tive, en termes de res­pect de la ca­dence de pro­duc­tion (56.000 bou­teilles par heure à Cham­bon-la-Fo­rêt) comme d'ac­cueil de la part des consom­ma­teurs (grâce à une cam­pagne d'af­fi­chage pré­vue en août), "le nou­veau bou­chon pour­rait être dé­ployé sur les bou­teilles de 50 cl au ni­veau na­tio­nal dès 2017", af­firme le res­pon­sable in­dus­triel du groupe Lu­do­vic Viel. Les 15 lignes de pro­duc­tion de pe­tits for­mats de l'Hexa­gone de­vraient alors être équi­pées et adap­tées comme l'ont été celles des deux sites pi­lotes. Cris­ta­line n'ex­clut d'ailleurs pas, à plus long terme, une ex­ten­sion du nou­veau bou­chon à d'autres types de bou­teilles.

UNE INNOVATION CEN­SÉE FA­CI­LI­TER LE TRI

À l'ori­gine du chan­ge­ment, se­lon le groupe, la sou­daine prise de conscience par le pa­tron Pierre Pa­pillaud des dé­gâts cau­sés par les bou­chons de bou­teilles dis­per­sés dans la na­ture, sou­vent ava­lés par la faune sau­vage. En 2015, l'ONG de protection des mi­lieux aqua­tiques Sur­fri­der en a comp­ta­bi­li­sé 14.744, col­lec­tés dans l'en­vi­ron­ne­ment ma­rin et flu­vial eu­ro­péens, s'ajou­tant à 10.385 bou­teilles de 50 cl et à 10.988 autres fla­cons. Dé­sor­mais, pro­met Cris­ta­line sur son site, "la bou­teille em­porte avec elle le bou­chon au re­cy­clage". "Des bou­chons 'so­li­daires' comme ceux pro­po­sés par Cris­ta­line pour­ront ef­fec­ti­ve­ment être plus fa­ci­le­ment triés", re­con­naît An­ti­dia Ci­tores, res­pon­sable du lob­bying et du conten­tieux chez Sur­fri­der, qui ajoute ne pou­voir "qu'en­cou­ra­ger le sec­teur des bois­sons à in­no­ver afin de trou­ver des so­lu­tions moins pol­luantes". Une telle innovation "pour­ra en ef­fet contri­buer à une amé­lio­ra­tion de la col­lecte, dé­marche in­con­tour­nable afin d'aug­men­ter le taux de re­cy­clage en France et at­teindre l'ob­jec­tif de 75% fixé lors du Gre­nelle de l'en­vi­ron­ne­ment", es­time éga­le­ment Phi­lippe Maillard, di­rec­teur gé­né­ral re­cy­clage et va­lo­ri­sa­tion France chez Suez. "À cette fin d'ailleurs, le plas­tique -dont moins de 27% est re­cy­clé à ce jour, contre 67% pour l'en­semble des dé­chets­cons­ti­tue un le­vier fon­da­men­tal", ajoute-t-il. La nou­veau­té ne de­vrait d'ailleurs pas com­pli­quer ul­té­rieu­re­ment le pro­ces­sus in­dus­triel de tri. "Même si le plas­tique dont sont faits les bou­chons est dif­fé­rent de ce­lui des bou­teilles, au­jourd'hui leur re­cy­clage ne pose pas de pro­blème, car nous sommes ca­pables de sé­pa­rer ces dif­fé­rentes ma­tières. Cette sé­pa­ra­tion ayant lieu après broyage, par flot­ta­tion, l'in­tro­duc­tion de bou­chons so­li­daires n'au­ra pas d'im­pact sur le pro­ces­sus", ex­plique Phi­lippe Maillard,

UN IM­PACT LI­MI­TÉ SUR LE TAUX DE RE­CY­CLAGE

Ce­pen­dant, même si toute l'in­dus­trie des bois­sons adop­tait le nou­veau mo­dèle, "les bou­chons re­pré­sentent une par­tie faible du ton­nage glo­bal", ob­serve le di­rec­teur de Suez. Amé­lio­rer réel­le­ment le re­cy­clage du plas­tique de­mande donc d'al­ler bien au-de­là de ce genre d'in­no­va­tions ci­blées, en in­té­grant "plu­sieurs dé­marches: re­cherche sur les ma­tières par l'in­dus­trie du re­cy­clage, uti­li­sa­tion de plas­tique re­cy­clé par le pro­duc­teur, mise en place par les po­li­tiques d'un prix du car­bone, qui don­ne­ra une meilleure vi­si­bi­li­té aux ef­forts ac­com­plis", es­time Phi­lippe Maillard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.