ARTISANAT D'ART : A MONT­PEL­LIER, UN DI­NAN­DIER FAIT DE LA RESISTANCE

La Tribune - - TERRITOIRES - CECILE CHAI­GNEAU

La di­nan­de­rie est un mé­tier qui se fait ou­blier. À Mont­pel­lier, un ar­ti­san a créé son ate­lier il y a deux ans. Mais Fran­çois Ki­vig ne se contente pas de re­pro­duire les sa­voir-faire an­ces­traux de sa pro­fes­sion : il tente de la mo­der­ni­ser en in­té­grant des tech­niques in­no­vantes, comme le re­cours à l’im­pri­mante 3D. Le di­nan­dier est en quelque sorte un ar­ti­san d'art en voie de dis­pa­ri­tion... Mais qui sait au­jourd'hui ce qu'est la di­nan­de­rie ? Car c'est bien là le pro­blème de l'ar­ti­san mont­pel­lié­rain Fran­çois Ki­vig, qui dé­plore cette mé­con­nais­sance et l'in­vi­si­bi­li­té de la pro­fes­sion qui en ré­sulte. La di­nan­de­rie consiste à mettre en forme par mar­te­lage des feuilles de mé­taux comme le cuivre, le lai­ton, l'argent ou l'étain, après avoir éven­tuel­le­ment opé­ré des trai­te­ments ther­miques spé­ci­fiques afin de res­tau­rer l'ap­ti­tude du ma­té­riau à la dé­for­ma­tion. C'est en 2016 que Fran­çois Ki­vig, qui tra­vaillait jus­qu'alors dans le bâ­ti­ment, s'est dé­ci­dé à em­bras­ser la pro­fes­sion « par pas­sion » . Une pro­fes­sion qu'exer­çaient avant lui plu­sieurs de ses an­cêtres, son père et son grand-père lui ayant trans­mis les fon­da­men­taux. Il crée les Ate­liers F.K. et s'ins­talle sur le sec­teur de Ga­ro­sud à Mont­pel­lier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.