1918, NAIS­SANCE DU RECIT GEOPOLITIQUE DE LA « GUERRE A L'ECHELLE DU MONDE »

La Tribune - - OPINIONS - KAROLINE POSTEL-VI­NAY

« Grande guerre », ou « guerre mon­diale » ? Le dé­ca­lage de ter­mi­no­lo­gie chez les bel­li­gé­rants de 14-18 re­cou­vrait une dif­fé­rence de vi­sion géo­po­li­tique. Par Karoline Pos­telVi­nay, Sciences Po – USPC La guerre qui s'ache­va à l'au­tomne 1918 por­tait le nom de « grande guerre » en France et de « great war » en An­gle­terre. En Al­le­magne, elle n'était pas « grande » mais pla­né­taire, et s'ap­pe­lait « Welt­krieg » ou « guerre mon­diale ». De même aux États-Unis où, de­puis le prin­temps 1917, on la nom­mait « World War ». Ce dé­ca­lage de ter­mi­no­lo­gie re­cou­vrait une dif­fé­rence de vi­sion géo­po­li­tique. Le terme de « guerre mon­diale » et ce à quoi il fai­sait, et fait en­core, ré­fé­rence - c'est-à-dire un conflit pro­pre­ment pla­né­taire, en­glo­bant tous les pays - n'était pas en­core uni­ver­sel­le­ment re­con­nu. Le fait que par la suite ce terme se soit ins­tal­lé dans le vo­ca­bu­laire di­plo­ma­tique usuel et qu'il ait dé­ter­mi­né le nom of­fi­ciel de la guerre eu­ro­péenne de 1939-45, est une illustration de la puis­sance as­cen­dante des États-Unis au cours du XXe siècle. Ou plu­tôt une di­men­sion de la puis­sance amé­ri­caine, sa puis­sance nar­ra­tive, qui a en­gen­dré un ré­cit géo­po­li­tique do­mi­nant. Ce ré­cit a lar­ge­ment fa­çon­né notre lec­ture des conflits de la scène in­ter­na­tio­nale, sans vrai­ment être re­mis en cause par des contre-ré­cits qui existent par ailleurs.

UNE GUERRE QUI NE FUT PAS LIT­TÉ­RA­LE­MENT MON­DIALE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.