RGPD : FA­CE­BOOK CERNE PAR PLU­SIEURS PLAINTES ET AC­TIONS EN JUS­TICE EN EU­ROPE

La Tribune - - L'ANALYSE - SYL­VAIN ROL­LAND

Après La Qua­dra­ture du Net et di­verses as­so­cia­tions eu­ro­péennes, l'ONG In­ter­net So­cie­ty France me­nace Fa­ce­book d'une ac­tion de groupe en jus­tice. L'or­ga­ni­sa­tion lui a en­voyé une mise en de­meure en lis­tant sept grands man­que­ments au Rè­gle­ment gé­né­ral sur la pro­tec­tion des don­nées (RGPD), qui en­traînent se­lon elle des "at­teintes ré­cur­rentes aux li­ber­tés et à la vie pri­vée". Elle es­time le pré­ju­dice su­bi par chaque in­ter­naute à 1.000 eu­ros. L'an­née noire de Fa­ce­book conti­nue. Après le dé­sastre Cam­bridge Ana­ly­ti­ca, après la ré­vé­la­tion de pra­tiques pu­bli­ci­taires dou­teuses et sa mise en cause sur la pro­li­fé­ra­tion des fausses nou­velles, après le pi­ra­tage mas­sif de 29 mil­lions de comptes fin sep­tembre, le ré­seau so­cial est dé­sor­mais sous le feux des cri­tiques au su­jet du Rè­gle­ment gé­né­ral sur la pro­tec­tion des don­nées (RGPD), qui im­pose de­puis le 25 mai de res­pec­ter cer­tains prin­cipes fon­da­men­taux pour pro­té­ger la vie pri­vée des in­ter­nautes. Or, même si Fa­ce­book af­firme qu'il s'est mis en confor­mi­té bien avant la date fa­ti­dique du 25 mai, les plaintes et les ac­tions en jus­tice pleuvent de­puis quelques mois, de la part d'as­so­cia­tions ci­toyennes qui lui re­prochent de ne pas res­pec­ter le rè­gle­ment. Der­nière en date : l'ONG fran­çaise In­ter­net So­cie­ty France a an­non­cé ce ven­dre­di 9 no­vembre avoir mis en de­meure Fa­ce­book. Il s'agit de la pre­mière étape vers une ac­tion de groupe en jus­tice. D'après l'ONG, les man­que­ments au RGPD de la firme de Mark Zu­cker­berg en­traînent des "at­teintes ré­cur­rentes aux li­ber­tés et à la vie pri­vée". Lire aus­si : Pi­ra­tage de Fa­ce­book : pre­mière en­quête ou­verte dans le cadre du RGPD

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.