« La laï­ci­té, belle ré­veillée »

Un dé­bat pu­blic sur « Laï­ci­té et Ré­pu­blique » se te­nait hier

Le Berry Républicain - - Cher Actualités - Va­lé­rie Ma­ze­rolle va­le­rie.ma­ze­[email protected]­ter­farnce.com

À l’oc­ca­sion de l’an­ni­ver­saire de la loi de 1905 ins­tau­rant la sé­pa­ra­tion des Églises et de l’État, l’as­so­cia­tion Laï­ci­té 18 or­ga­ni­sait hier un dé­bat pu­blic sur le thème « Laï­ci­té et Ré­pu­blique » à Bourges.

Il y a un an, jour pour jour, le dé­pu­té La Ré­pu­blique en marche Fran­çois Cor­mier­Bou­li­geon co­si­gnait une tri­bune pu­bliée dans le Monde pour in­vi­ter à « res­ter fermes et vi­gi­lants face aux dé­voie­ments et dé­bor­de­ments que su­bit au­jourd’hui le prin­cipe [de laï­ci­té] qui de­vrait nous ras­sem­bler ». Il ex­pri­mait ain­si son in­quié­tude face aux me­naces pe­sant sur la laï­ci­té, ré­sul­tat « des mu­ta­tions en pro­fon­deur de la so­cié­té fran­çaise » et « des ma­ni­pu­la­tions aux­quelles se livrent à leur pro­pos cer­tains ac­teurs po­li­tiques ou de la so­cié­té ci­vile ».

« Le mythe d’une laï­ci­té ra­di­ca­li­sée »

Hier, à l’oc­ca­sion du dé­bat pu­blic or­ga­ni­sé par Laï­ci­té 18 dans le cadre du 113e an­ni­ver­saire de la loi de 1905 ins­tau­rant la sé­ pa­ra­tion des Églises et de l’État, le par­le­men­taire du Cher (*) est re­ve­nu sur les « dé­tour­ne­ments » et « ins­tru­men­ta­li­sa­tions » dont fait l’ob­jet ce prin­cipe fon­da­teur de la Ré­pu­blique, qui as­sure la li­ber­té de conscience et ga­ran­tit le libre exer­cice du culte. Évo­quant une laï­ci­té, « long­temps belle en­dor­mie », de­ve­nue « belle as­sié­gée » et, au­jourd’hui, « belle ré­veillée ».

Ap­pe­lant à lut­ter contre cer­tains « mythes », no­tam­ment ce­lui d’une laï­ci­té « ra­di­ca­li­sée », le dé­pu­ té, in­vi­té par l’ani­ma­teur de la soi­rée, Charles Aram­bou­rou, res­pon­sable laï­ci­té à l’Union na­tio­nale des fa­milles laïques, a ex­plo­ré les en­jeux contem­po­rains au­tour de la loi de 1905, au pre­mier rang des­quels le pro­jet de ré­vi­sion par­tielle du texte.

Le mi­nistre de l’In­té­rieur, Chris­tophe Cas­ta­ner, ayant as­su­ré le mois der­nier, après avoir rap­pe­lé que la loi avait été « mo­di­fiée dix­sept fois », que « l’ob­jec­tif est que les Fran­çais de confes­sion mu­sul­mane puissent vivre pai­si­ble­ment leur foi ».

« Je consi­dère que nous de­vons ap­por­ter des so­lu­tions pour que la Ré­pu­blique tienne sa pro­messe éga­li­taire pour l’en­semble des ci­toyens. Nous de­vons ain­si faire en sorte que cha­cun puisse exer­cer sa re­li­gion dans de bonnes condi­tions. Pour au­tant, je pense que mo­di­fier la loi de 1905, qui n’est certes pas un texte sa­cré, sur la ques­tion du fi­nan­ce­ment et de l’or­ga­ni­sa­tion du culte re­vient à tou­cher à sa na­ture pro­fonde », a avan­cé le dé­pu­té de la ma­jo­ri­té.

« Mo­di­fier la loi re­vient à tou­cher à sa na­ture »

Et le par­le­men­taire de s’in­quié­ter, sou­cieux de conser­ver le ca­rac­tère pa­ci­fi­ca­teur qu’a pu re­vê­tir ce prin­cipe de­puis plus d’un siècle, des consé­quences d’une telle ré­vi­sion dans un « mo­ment où nous avons be­soin de res­sem­bler notre pays ».

(*) Les dé­pu­tés Na­dia Es­sayan (Mo­Dem) et Loïc Ker­vran (LREM) ont dé­cli­né l’in­vi­ta­tion, car ils par­ti­ci­paient à des tra­vaux en com­mis­sion par­le­men­taire.

DÉ­BAT. À l’En­sa de Bourges, hier, Fran­çois Cor­mier-Bou­li­geon et Pas­cal Jar­din, qui est in­ter­ve­nu sur la laï­ci­té et l’école.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.