“On est ga­gnant”

Le Bessin Libre - - Bayeux -

Temps, coût, confort : il a op­té pour le train.

De quelle fa­çon uti­li­sez­vous le train à Bayeux ? “J’uti­lise le train quo­ti­dien­ne­ment, entre mon do­mi­cile et mon lieu de tra­vail.

Je vais de chez moi à la gare en trot­ti­nette élec­trique et de la gare de Caen à la li­mite de Fleu­ry-surOrne, éga­le­ment en trot­ti­nette. Après avoir été abon­né du train, j’avais re­pris ma voi­ture car mes ho­raires étaient ir­ré­gu­liers mais j’ai re­pris un abon­ne­ment de­puis jan­vier 2018.

Il n’y a pas pho­to! On est ga­gnant en temps, en coût, confort et sé­cu­ri­té.”

Pre­nez-vous des In­ter­ci­tés ou des TER ?

“Vu mes ho­raires, je prends le TER, à l’al­ler et au re­tour.”

Ren­con­trez-vous des dif­fi­cul­tés de ré­gu­la­ri­té sur la ligne ?

“On est im­pac­té en cas de grève. Et à cer­tains mo­ments de l’an­née comme à l’au­tomne, avec les feuilles qui em­pêchent le train d’adhé­rer aux rails.” Etes-vous par­fois en re­tard au tra­vail à cause de re­tards du train ?

“Ça ar­rive ! On re­çoit un SMS qui in­dique le re­tard mais il est aus­si pos­sible que les dix mi­nutes se trans­forment au fi­nal en une de­mi-heure. Il faut être vi­gi­lant et an­ti­ci­per, sur­tout si les re­tards sont en cas­cade à l’heure de pointe. On est tout de même moins im­pac­té que pour les In­ter­ci­tés et j’ai vu qu’à par­tir de quatre re­tards suc­ces­sifs, la SNCF in­dem­ni­se­ra les abon­nés Tem­po. Dans ce contexte de Gi­lets jaunes, on ne peut qu’in­ci­ter les gens à prendre le train.”

Vincent Dous­si­nault, usa­ger du TER entre Bayeux et Caen.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.