Le Bessin Libre : 2018-12-08

Tv Magazine : 196 : 72

Tv Magazine

SANTÉ forme d’aérosol pour entrer en contact avec les muqueuses des voies respiratoires moyennes et profondes. Diminuer l’inflammation Les soins prodigués, en général au nombre de six par jour, visent dans un premier temps à diminuer l’inflammation et à faire en sorte que les patients aient moins besoin d’avoir recours aux antibiotiques : les voies respiratoires sont à la fois purifiées et localement soignées. Dans le cadre d’une prise en charge thérapeutique globale, les soins ORL à base d’eau thermale sont utilisés de manière préventive (pour éviter les récidives) et curative en cas de rhinites (infectieuses aiguës à répétition ou non allergiques), de sinusites chroniques et/ou récidivantes, de polyposes nasales, de pharyngites chroniques, d’angines, d’otites, de laryngites ou de rhinopharyngites à répétition. Le thermalisme, en cures spécifiques (avec rééducation respiratoire), est également indiqué en cas d’asthme chez l’enfant et de bronchite chronique chez l’adulte. Certaines cures proposent des soins adaptés, par exemple, à la très fréquente BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive). À noter, le soufre, dont certaines eaux thermales sont riches, est idéal aussi pour les soins de la peau (en cas d’eczéma, psoriasis, etc.) et pour soulager les articulations douloureuses. Il existe donc des cures aux indications multiples. du soufre quand on en souffre B composition minérale. Pour les infections ORL, les sources le plus souvent préconisées sont celles qui apportent du soufre, anti-infectieux très efficace sur les muqueuses. che, à l’arrière de la fosse nasale), ou encore une désinfection des fosses nasales en faisant pénétrer l’eau thermale dans les sinus Et on ajoute à cela des inhalations qui permettent de traiter l’ensemble de la muqueuse respiratoire. Pour effectuer ces traitements à visée ORL, l’eau thermale est nébulisée (transformée en une sorte de brouillard constitué de minigouttelettes), chargée en ions négatifs, puis dispersée sous ronchite chronique, sinusite, rhinite, asthme… Le système respiratoire peut être victime d’infections à répétition, surtout durant les saisons froides, mais parfois toute l’année. Enfants comme adultes sont touchés. Pour renforcer localement les défenses immunitaires, agir de manière prév e nt i v e et diminuer la fréquence des infections, le recours au thermalisme peut se révéler salutaire. Les eaux thermales proviennent de sources naturelles, et leur composition leur confère des propriétés spécifiques, des caractéristiques physiques et chimiques qui diffèrent de l’une à l’autre. C’est le cas de leur thermalité, c’est-à-dire la température à laquelle elles émergent, mais aussi de leur (voir encadré). La cure en pratique De longue durée (18 jours) dans le cadre d’une prescription médicale ou plus courte (une semaine), la cure thermale associe plusieurs types de soins. D’abord des soins locaux où l’eau thermale est mise en contact avec la muqueuse respiratoire lésée. On pratique des gargarismes, des pulvérisations, des douches du pharynx, ou bien on effectue certains gestes plus techniques, comme des insufflations tubotympaniques (avec une sonde, le médecin fait venir le gaz thermal à l’entrée de la trompe d’Eusta- ○ SOPHIE LACOSTE 72 TV MAGAZINE 09/12/18 PRINTED AND DISTRIBUTED BY PRESSREADER PressReader.com +1 604 278 4604 ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY COPYRIGHT AND PROTECTED BY APPLICABLE LAW

© PressReader. All rights reserved.