Le “grand dé­bat na­tio­nal” : où, quand, com­ment… et pour quoi

Le Bessin Libre - - France-monde -

A la veille de l’ou­ver­ture du “grand dé­bat”, la re­mon­tée de la co­lère so­ciale dans la rue dé­con­certe l’Ely­sée.

Plus de 50 000 “Gi­lets jaunes” dans les rues le 5 jan­vier : 20 000 de plus que le 29 dé­cembre. A Bor­deaux leur nombre a dou­blé. En Ven­dée, ils ont édi­fié un mur bar­rant l’en­trée du ga­rage d’une dé­pu­tée ma­cro­niste. Dans plu­sieurs villes, les cor­tèges sont de­ve­nus des marches de femmes en gi­let jaune, pa­ci­fiques mais ré­so­lues, sur des thèmes plus spé­ci­fiques… A Pa­ris, la vio­lence a pris un tour qua­siin­sur­rec­tion­nel avec l’af­faire de la rue de Gre­nelle : des Gi­lets jaunes se sont em­pa­rés d’un en­gin de chan­tier pour en­fon­cer le por­tail du se­cré­ta­riat d’Etat de Ben­ja­min Gri­veaux, porte-pa­role du gou­ver­ne­ment ; ce der­nier, dé­ran­gé en pleine in­ter­view avec le ma­ga­zine du Monde, a dû s’échap­per par la porte de der­rière et se ré­fu­gier à l’hô­tel Ma­ti­gnon…

Ma­cron joue la fer­me­té

Ce brusque re­gain de la co­lère so­ciale tombe mal, au mo­ment où l’Ely­sée mise tout sur le “grand dé­bat na­tio­nal” qui doit com­men­cer à la mi-jan­vier. Ce dé­bat a deux ob­jec­tifs : cal­mer les es­prits par des dis­cus­sions dé­cen­tra­li­sées, et di­vi­ser les Gi­lets jaunes entre “mo­dé­rés ca­pables de dia­logue” et “fac­tieux en­ne­mis de la Ré­pu­blique”.

Pris de court cette se­maine par la re­mon­tée des ma­ni­fes­ta­tions, Em- ma­nuel Ma­cron se trouve pous­sé à ren­ché­rir dans le re­gistre uti­li­sé lors de ses voeux du 31 dé­cembre, ce­lui de la fer­me­té me­na­çante : “Une fois en­core, une ex­trême vio­lence est ve­nue at­ta­quer la Ré­pu­blique, ses gar­diens, ses re­pré­sen­tants, ses sym­boles… Jus­tice se­ra faite… Cha­cun doit se res­sai­sir pour faire ad­ve­nir le dé­bat et le dia­logue !”

Buts du dé­bat

Sur quoi ce dé­bat-dia­logue doit-il por­ter, et com­ment se­ra-t-il or­ga­ni­sé ?

Il se­ra “par­tout en France”, ex­plique le gou­ver­ne­ment. C’est-à-dire dans les mai­ries, dans les lo­caux as­so­cia­tifs, et sur le site de la Com­mis­sion na­tio­nale du dé­bat pu­blic – CNDP – qui ou­vri­ra le 15 jan­vier une “pla­te­forme nu­mé­rique dé­diée”. Quant aux thèmes du dé­bat, Ma­ti­gnon en in­dique quatre : la tran­si­tion éco­lo­gique, la fis­ca­li­té, la dé­mo­cra­tie-ci­toyen­ne­té, et la ré­forme de l’Etat. Mais il pré­cise que l’on ne de­vra sou­le­ver ni la ques­tion de l’ISF, ni la ques­tion de l’im­mi­gra­tion.

Par ailleurs, des membres du gou­ver­ne­ment – dont Edouard Phi­lippe lui-même – font sa­voir aux mé­dias qu’ils ne croient guère à ce dé­bat. Pour Gé­rald Dar­ma­nin, “on ne s’en sor­ti­ra pas si on laisse mettre en cause la fis­ca­li­té”. Et pour Bru­no Le Maire, le dé­bat qui va com­men­cer “ne doit mo­di­fier en rien les lignes de force du quin­quen­nat”… Les rares membres du gou­ver- ne­ment qui parlent en fa­veur du dé­bat, ne comptent pas par­mi les mi­nistres ou se­cré­taires d’Etat de pre­mière ligne : il s’agit de Fran­çois de Ru­gy ou de Mar­lène Schiap­pa. La­quelle a d’ailleurs gaf­fé en af­fir­mant : “Les Gi­lets jaunes sont un peu les jus­qu’au­bou­tistes d’En marche”, for­mule qui a été per­çue comme une ten­ta­tive de ré­cu­pé­ra­tion pré­somp­tueuse.

D’où la ré­ac­tion ex­trê­me­ment ir­ri­tée d’une par­tie des Gi­lets jaunes, ju­geant in­ac­cep­table “que le gou­ver­ne­ment en­cadre le dé­bat”. D’où éga­le­ment le scep­ti­cisme des Fran- çais en gé­né­ral : se­lon le son­dage Har­ris In­te­rac­tive pu­blié le 2 jan­vier, un ci­toyen sur deux pense que le gou­ver­ne­ment ne tien­dra “pas du tout” compte des avis ex­pri­més au cours du dé­bat.

Consciente de ce pro­blème, Chan­tal Jouan­no, pré­si­dente de la Com- mis­sion na­tio­nale du dé­bat pu­blic or­ga­ni­sant le dé­bat, fait sa­voir qu’elle ne compte pas le “li­mi­ter” aux thèmes cir­cons­crits par le gou­ver­ne­ment. En pre­nant la di­rec­tion de la CNDP, Mme Jouan­no a re­non­cé à sa car­rière po­li­tique ; mais elle ve­nait de l’UDI.

Dans les rues de La Ro­chelle, sa­me­di 5 jan­vier. Le re­gain de la co­lère so­ciale tombe mal, au mo­ment où l’Ely­sée mise tout sur le “grand dé­bat na­tio­nal“. Lun­di, Edouard Phi­lippe, ap­pli­quant la di­rec­tive don­née par le pré­sident quelques heures plus tôt, a an­non­cé des me­sures sup­plé­men­taires de fer­me­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.