Un ca­bi­net den­taire sur roues pour al­ler au plus près des be­soins

De­puis quelques se­maines, une uni­té den­taire mo­bile sillonne les routes de l’ar­ron­dis­se­ment. Den­tistes et as­sis­tants se re­laient du lun­di au ven­dre­di au­près des ré­si­dents des mai­sons de re­traite.

Le Courrier de Fourmies - - SAMBRE-AVESNOIS - Mat­thias Dor­mi­gny

Se rendre chez le den­tiste lorsque l’on est une per­sonne âgée dé­pen­dante ré­si­dant en mai­son de re­traite, ce n’est pas tou­jours simple. Dif­fi­cile aus­si d’ima­gi­ner qu’un jour, tous les éta­blis­se­ments d’hé­ber­ge­ment dis­po­se­ront de leur ca­bi­net den­taire. Le pro­blème est pour­tant loin d’être anec­do­tique, lorsque l’on sait les consé­quences que peut pro­vo­quer une mau­vaise san­té buc­co-den­taire : dé­nu­tri­tion, pro­blèmes car­dio-vas­cu­laires et aug­men­ta­tion des af­fec­tions res­pi­ra­toires et pul­mo­naires, avec comme consé­quence une am­pli­fi­ca­tion de la dé­pen­dance et une ac­cen­tua­tion de l’iso­le­ment so­cial. Alors que faire ? En 2005, une ré­flexion a dé­bu­té au sein du centre hos­pi­ta­lier de Sambre-Aves­nois pour ten­ter de trou­ver une so­lu­tion. Elle s’est ra­pi­de­ment im­po­sée : il fal­lait faire ve­nir le ca­bi­net et le den­tiste di­rec­te­ment au pied des mai­sons de re­traite, grâce à un vé­hi­cule spé­cia­le­ment amé­na­gé. Mais entre l’idée de cette uni­té den­taire mo­bile et la mise en ser­vice de ce nou­vel équi­pe­ment, il s’est pas­sé plu­sieurs an­nées, du­rant les­quelles il a fal­lu trou­ver des par­te­naires pour por­ter le pro­jet. « Le centre hos­pi­ta­lier pro­po­sait de prendre

Plus de 500 consul­ta­tions ont été ef­fec­tuées de­puis le 1er oc­tobre

en charge le fonc­tion­ne­ment, mais l’in­ves­tis­se­ment ma­té­riel et pour la for­ma­tion des per­son­nels s’éle­vait à 250 000

eu­ros », ex­pli­quait le doc­teur Guy Har­lé, chef du ser­vice odon­to­lo­gie au CHSA, lors de la pré­sen­ta­tion of­fi­cielle qui se dé­rou­lait lun­di 3 fé­vrier à l’ins­ti­tut de for­ma­tion en soins in­fir­miers de Mau­beuge. Une dé­pense fi­nale- ment par­ta­gée à parts égales, soit 62 500 eu­ros, entre l’hô­pi­tal, l’Ag­glo­mé­ra­tion Mau­beuge- Val de Sambre, le Con­seil ré­gio­nal Nord Pas de Ca­lais et la mu­tuelle Apré­va.

Pour­quoi pas une deuxième uni­té ?

Le vé­hi­cule a été li­vré en août der­nier et a ac­cueilli ses pre­miers pa­tients le 1er oc­tobre. « A ce jour, nous avons ef­fec­tué plus de 500 consul­ta­tions dans 26 éta­blis­se­ments dif­fé­rents, sur tout le ter­ri­toire, de Cousolre à Le Ques­noy et de Ba­vay à Four

mies » , pour­suit le doc­teur Har­lé. Le dis­po­si­tif n’in­té­resse d’ailleurs pas uni­que­ment notre ter­ri­toire, puisque les centres hos­pi­ta­liers de Lens et de Ca­lais ont ma­ni­fes­té leur sou­hait de dis­po­ser d’un équi­pe­ment sem­blable après avoir dé­cou­vert ce­lui de l’éta­blis­se­ment de san­té mau­beu­geois. Quant au doc­teur Har­lé, étendre en­core le rayon d’ac­tion n’est pour lui pas in­en­vi­sa­geable, no­tam­ment en pro­po­sant des in­ter­ven­tions pour les par­ti­cu­liers dans les com­munes iso­lées. « Mais ce ne se­ra que dans un se­cond temps, car ce­la de­man­de­ra un nou­vel ef­fort fi­nan­cier im­por­tant », pour le­quel il a d’ores et dé­jà fait un ap­pel du pied aux par­te­naires de cette pre­mière uni­té den­taire mo­bile sam­brienne, la sep­tième en France.

Cécile Bour­don, conseillèr­e ré­gio­nale en charge de la san­té, n’a pas hé­si­té à tes­ter le ma­té­riel de l’uni­té den­taire mo­bile, avec le doc­teur Guy Har­lé, chef du ser­vice odon­to­lo­gie au centre hos­pi­ta­lier de Mau­beuge, et Jean-Mi­chel Dor­mi­gny,...

Le vé­hi­cule amé­na­gé dis­pose d’une rampe pour per­mettre aux per­sonnes âgées d’ac­cé­der au ca­bi­net den­taire en toute sé­cu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.