L’an­née 2013 a connu une baisse des cam­brio­lages et des bra­quages

Le bi­lan 2013 de la dé­lin­quance a été pré­sen­té par les forces de l’ordre et la sous- pré­fec­ture. Il est ap­pa­ru que les cam­brio­lages et les bra­quages ont di­mi­nué. Mais il reste d’autres points à par­faire.

Le Courrier de Fourmies - - SAMBRE-AVESNOIS - Guillaume Wa­teaux

C omme à chaque dé­but d’an­née, gen­darmes, po­li­ciers et un re­pré­sen­tant du mi­nis­tère de la jus­tice ( Bru­no Sau­vage, le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique avait un em­pê­che­ment ven­dre­di der­nier) se réunissent à la sous- pré­fec­ture d’Avesnes- sur- Helpe pour évo­quer le bi­lan de la dé­lin­quance. Ven­dre­di 7 fé­vrier, Phi­lippe Cu­ré avait le sou­rire lors­qu’il s’est lan­cé dans la pré­sen­ta­tion des chiffres. Même si les faits consta­tés ont aug­men­té en trois ans (+ 4,63 % entre 2011 et 2013, de 8924 faits à 9338 ; + 378 faits en 2013 soit + 4,21%), il se sa­tis­fait, lo­gi­que­ment, du taux d’élu­ci­da­tion qui est à 44,89 %. « C’est une an­née sa­tis­fai­sante de ce cô­té- là pour nous. On a mar­qué le coup sur plu­sieurs faits sen­sibles comme les vols à main ar­mée. L’ac­tion re­mar­quable des gen­darmes et des po­li­ciers a contri­bué à cette baisse. Il faut rap­pe­ler que ce sont des faits où il est dif­fi­cile d’in­ter­pel­ler le ou les au­teur ( s). Il y a aus­si les cam­brio­lages qui ont bais­sé alors qu’ils sont en aug­men­ta­tion sur le dé­par­te­ment et en France » , ré­sume Phi­lippe Cu­ré. Ex­pli­ca­tions sur ces deux baisses aus­si bien du cô­té de la gen­dar­me­rie que de la po­lice.

Sur la zone gen­dar­me­rie

Le lieu­te­nant- co­lo­nel Lemonnier de la gen­dar­me­rie

« Il y a beau­coup de vols de pièces de voi­ture. Par exemple, un siège de Re­nault Es­pace vaut 1000€ en oc­ca­sion. » AL­BIN JO­LY COM­MIS­SAIRE DE PO­LICE

d’Avesnes- sur- Helpe a dres­sé un bi­lan po­si­tif sur les cam­brio­lages et les vols à main ar­mée. Ses hommes ont ef­fec­tué un long travail sur ces deux points. No­tam­ment dans le Quer­ci­tain. « On peut se sa­tis­faire de la si­tua­tion ac­tuelle (- 6,88% en 2013, + 16,79% en élu­ci­da­tion sur l’an­née 2013 sur le to­tal des faits consta­tés et 50% comme taux d’élu­ci­da­tion). Mais rien n’est ac­quis. Nous avons dé­man­te­lé une fi­lière ser­bo- croate qui sé­vis­sait dans le coin. On s‘ est aper­çu aus­si que le Quer­ci­tain était très im­pac­té. Nous avons fait un grand travail au­près des ci­toyens. Il faut conti­nuer » , as­sure- t- il. Même son de cloche pour les vols à main ar­mée. Un seul fait a été consta­té l’an­née der­nière contre quatre en 2012. Bref, un bi­lan lar­ge­ment po­si­tif pour les gen­darmes. Et ce n’est pas l’aug­men­ta­tion en trompe l’oeil des vols à la tire qui fe­ra de l’ombre à ce­lui- ci (+ 75% de 2011 à 2013 ; + 26,09% en 2013, soit 58 faits consta­tés). « Sur les 58 faits consta­tés, 37 ne font pas par­tie de notre com­pé­tence. Par exemple, j’ai une per­sonne qui a eu son por­table vo­lé sur Lille et qui a dé­po­sé la plainte à Avesnes... » , pré­vient le lieu­te­nant- co­lo­nel Lemonnier.

Sur la zone po­lice

En 2012, les vols à main ar­mée avaient ex­plo­sé sur la zone po­lice ( 25 contre 12 en 2011). En 2013, la baisse des vols à main ar­mée a été ful­gu­rante (- 60% !). En tout, 10 vols à main ar­mée ont été re­cen­sés. Un bon point donc pour la po­lice na­tio­nale qui a dû faire face à une hausse des cam­brio­lages (+ 15,71 % dans les ha­bi­ta­tions contre - 47,79% dans les lo­caux in­dus­triels et com­mer­ciaux). Le com­mis­saire Jo­ly ex­plique que « les voleurs pré­fèrent vo­ler de très pe­tits bu­tins chez leurs voi­sins » . « Sur Mau­beuge, dans cer­tains quar­tiers pauvres, les gens n’hé­sitent pas à se vo­ler entre eux. Tout ça pour de l’al­cool, de la nour­ri­ture etc. » , com­mente le nu­mé­ro un de la po­lice na­tio­nale mau­beu­geoise. Ce der­nier a aus­si consta­té une hausse des vols à la rou­lotte (+ 15,86%), des vols à la tire (+ 35,29%) et des vols liés à l’au­to­mo­bile (+ 10,52%). « Il y a beau­coup de vols de pièces de voi­ture. Ces vols ali­mentent des fi­lières qui visent à dé­ga­ger un bé­né­fice. Par exemple, un siège de Re­nault Es­pace vaut 1 000 eu­ros en oc­ca­sion. Il ne fait au­cun doute que des fi­lières de re­cel si­tuées en Bel­gique sont ali­men­tées de cette ma­nière » , ter­mine le com­mis­saire Jo­ly qui met­tra tout en oeuvre pour ré­soudre ce pro­blème.

Le sous- pré­fet, Phi­lippe Cu­ré, le com­mis­saire Jo­ly et le lieu­te­nant- co­lo­nel Lemonnier ont dé­cor­ti­qué les chiffres 2013 de la dé­lin­quance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.