Do­mi­nique Cé­sar a an­non­cé sa can­di­da­ture aux élec­tions

Après une longue pé­riode de doute et de ré­flexion, le maire sor­tant a dé­ci­dé de re­par­tir à la conquête de la mai­rie. Elle ré­pond à nos ques­tions.

Le Courrier de Fourmies - - MUNICIPALE­S 2014 - So­phie Ra­bot

Elle a me­né une longue ré­flexion avant d’an­non­cer sa can­di­da­ture aux pro­chaines élec­tions mu­ni­ci­pales. Pe­sé le pour et le contre. Et puis, après un man­dat au cours du­quel la sé­ré­ni­té a par­fois été dif­fi­cile à re­trou­ver, Do­mi­nique Cé­sar, le maire sor­tant, a fi­na­le­ment dé­ci­dé de pré­sen­ter sa can­di­da­ture aux élec­tions. Le Cour­rier de Four­mies : qu’est-ce qui a mo­ti­vé votre dé­ci­sion ? Do­mi­nique Cé­sar : c’est de voir la plu­part des femmes de ce ter­ri­toire je­ter l’éponge après un man­dat. Quand j’ai vu ce qui est ar­ri­vé à Mar­tine Roux et à Joëlle Bout­te­feux, je me suis dit que je ne se­rai pas la troi­sième. C’est vrai que lorsque j’ai pré­pa­ré ma cé­ré­mo­nie de voeux, je suis al­lée dans la com­mune faire des pho­tos des dif­fé­rentes réa­li­sa­tions du man­dat et je me suis dit qu’il y avait des choses qui avaient été faites, que pour quel­qu’un qui ne connais­sait rien, je n’avais pas de quoi rou­gir. Et ce­la m’a confor­té. Car lorsque l’on fait tou­jours l’ob­jet d’at­taques, on fi­nit par dou­ter. Le Cour­rier de Four­mies : re­par­tez-vous avec les élus qui vous sont res­tés fi­dèles ou une nou­velle équipe ? Do­mi­nique Cé­sar : en fait, on re­part avec un tiers de l’équipe et deux tiers de nou­veaux. Comme je suis res­tée long­temps dans le doute, les membres de l’équipe avaient dé­jà pré­pa­ré. Au­jourd’hui la liste est prête. Ce se­ra une équipe de per­sonnes is­sues du monde as­so­cia­tif, de la créa­tion d’en­tre­prises et du monde ca­ri­ta­tif. Le Cour­rier de Four­mies quels sont vos ob­jec­tifs ? Do­mi­nique Cé­sar : pour l’ins­tant, je vais tra­vailler jusque la fin du man­dat et

: en­suite, avec le nou­velle équipe, nous tra­vaille­rons sur de nou­velles pro­po­si­tions, qui s’ins­crivent dans la conti­nui­té de ce que nous avons en­tre­pris. Le Cour­rier de Four­mies : vous avez eu une dé­lé­ga­tion as­sez res­treinte au sein de la com­mu­nau­té de com­munes Ac­tion Four­mies et en­vi­rons. Comp­tez-vous de­man­der plus de res­pon­sa­bi­li­tés ? Do­mi­nique Cé­sar : il est vrai que cette dé­lé­ga­tion était ar­ri­vée à l’is­su d’une pé­riode dif­fi­cile, no­tam­ment au ni­veau de la pré­si­dence. Je pense main­te­nant qu’en six ans, j’ai mon­tré que j’ai ap­pris ma fonc­tion d’élue et que je suis en ca­pa­ci­té d’exer­cer de nou­velles com­pé­tences. D’ailleurs, elles sont dé­jà re­con­nues car de­puis la fu­sion d’Ac­tion Four­mies et en­vi­rons et du Guide du pays de Tré­lon, j’ai ob­te­nu plus de res­pon­sa­bi­li­tés puisque l’on ma char­gé de la com­mu­ni­ca­tion. On di­ra que du temps d’Ac­tion Four­mies et en­vi­rons, j’avais le stra­pon­tin. Avec le Sud Aves­nois, j’ai en­fin un vrai siège. Le Cour­rier de Four­mies : il a souvent été évo­qué les dif­fi­cul­tés de gé­rer une vie pro­fes­sion­nelle et une fonc­tion d’élue. Avez-vous au­jourd’hui trou­vé votre rythme de croi­sière ? Do­mi­nique Cé­sar : J’ai vrai­ment trou­vé mes marques de­puis 2013 après m’être as­so­ciée à mon ca­bi­net mé­di­cal. Par rap­port au dé­but, où j’étais seule, là, j’ai trou­vé une nou­velle or­ga­ni­sa­tion qui me per­met dé­sor­mais d’abor­der se­rei­ne­ment l’ave­nir. Et puis, je n’ai plus cet ap­pren­tis­sage qu’il a fal­lu faire au dé­but. Je pense que je suis ar­ri­vée à une cer­taine ma­tu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.