Onze col­lé­giens bles­sés dans une ferme pé­da­go­gique

La sor­tie sco­laire d’une qua­ran­taine de col­lé­giens de Ber­lai­mont a vi­ré au drame, lors­qu’un si­lo d’en­sillage de maïs s’est ef­fon­dré sur plu­sieurs d’entre eux.

Le Courrier de Fourmies - - FAITS DIVERS - Fran­cart et R. Guille

Mer­cre­di 8 mars. Dé­but d’après- mi­di. Deux classes de 6e du col­lège Gilles de Chin (39 élèves) montent dans le bus, en­ca­drés par trois ac­com­pa­gna­teurs. Ils prennent la di­rec­tion de Pont­sur- Sambre. Ils ont ren­dez­vous au 85 route de Ba­vay, dans une ferme, pour une vi­site pé­da­go­gique ; ferme où les col­lé­giens ber­lai­mon­tois se rendent de­puis de nom­breuses an­nées. Divisés en deux groupes, ils ef­fec­tuent une vi­site gui­dée de l’ex­ploi­ta­tion. Vers 15 h, l’un des deux groupes s’ap­proche des si­los où est en­tre­po­sé le maïs en­sillé. C’est là que la vi­site tourne court. Comme le rap­porte le sous-pré­fet, Vir­gi­nie Klès, « les en­fants ont pris de la pulpe de maïs pour dé­cou­vrir la tex­ture, l’odeur… » . Alors qu’ils étaient à cô­té du si­lo, une par­tie de la pulpe se se­rait ef­fon­drée sur plu­sieurs d’entre eux. Une pulpe semble-t-il gor­gée d’eau et par consé­quent très lourde. Très vite les se­cours ar­rivent sur l’ex­ploi­ta­tion. Ils dé­gagent onze jeunes vic­times. Trois sont dans un état grave : l’un était en dé­tresse car­dio-res­pi­ra­toire ; un autre en­fant a un trau­ma­tisme crâ­nien et un troi­sième a été bles­sé au ni­veau du fé­mur. Deux d’entre eux sont ra­pi­de­ment hé­li­por­tés au centre hos­pi­ta­lier de Lille, le troi­sième à Va­len­ciennes. Huit autres en­fants, bles­sés plus lé­gè­re­ment, sont trans­por­tés au centre hos­pi­ta­lier de Mau­beuge. Là-bas, un plan blanc est dé­clen­ché en même temps, sans sa­voir l’am­pleur des dé­gâts. Au len­de­main de l’ac­ci­dent, le pro­nos­tic vi­tal était en­core en­ga­gé pour l’un d’eux. Pour les élèves lé­gè­re­ment bles­sés, tous sont res­sor­tis de l’hô­pi­tal. Sur place, les col­lé­giens, cho­qués, sont pris en charge par leurs en­ca­drants, dans le bus qui les avaient conduit à la ferme. Une cel­lule psy­cho­lo­gique est de suite mise en place.

La sous-pré­fète Vir­gi­nie Klès, le maire de Pont-sur-Sambre, Mi­chel De­trait ain­si que le prin­ci­pal du col­lège de Ber­lai­mont, Alain Mo­reels, se sont ren­dus sur les lieux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.