Les bonnes rai­sons d’y re­tour­ner

Le Courrier de Fourmies - - LA UNE - Hugues Cho­teau

Du 12 au 15 août s’est te­nu à Fé­ron le fes­ti­val des Fé­ron’Arts. Éclec­tisme et dé­cou­verte étaient les prin­ci­paux ob­jec­tifs de l’as­so­cia­tion. « L’édi­tion

2016 a été fan­tas­tique » , s’est d’ailleurs ré­jouie Ch­ris­tine Boc­ca­ren, di­rec­trice du fes­ti­val. Le Cour­rier de Four­mies s’est ren­du sur les lieux pour vous don­ner quelques bonnes rai­sons d’y al­ler lors de la pro­chaine édi­tion.

1 Ce­la ne se passe que tous les deux ans

Si vous ne con­nais­sez pas les Fé­ron’Arts, c’est dé­jà la pre­mière chose à sa­voir. L’or­ga­ni­sa­tion de ce fes­ti­val de­mande un tra­vail tel­le­ment énorme que les bé­né­voles ne peuvent pas se per­mettre de re­nou­ve­ler l’évé­ne­ment chaque an­née. Alors pour­quoi s’en pri­ver ? Pour­quoi ra­ter un fes­ti­val qui n’a lieu que tous les deux ans ?

2 Un fes­ti­val pour tous les bud­gets

Il est pos­sible de se rendre aux Fé­ron’Arts et ne rien dé­pen­ser. En ef­fet, vous pou­vez tout de même dé­cou­vrir pas mal d’ar­ti­sans ou as­sis­ter à des spec­tacles de rue pour pas un sou. Ce qui est plu­tôt co­ol. Par ailleurs, les spec­tacles payants ne dé­pas­saient pas la barre des trois eu­ros cette an­née. Là aus­si, ce­la reste ac­ces­sible. Après, vous pou­vez tout sim­ple­ment ar­pen­ter les rues ani­mées de Fé­ron, pro­fi­ter des nom­breuses chaises dé­co­rées mises à dis­po­si­tion et tailler une ba­vette avec votre voi­sin ( à l’ombre d’un arbre, ça c’est le top). Eh bien oui, comme on vous le rap­pelle, les Fé­ron’Arts sont faits pour prendre son temps, rien ne vous presse.

3

On y mange très bien Qui dit bud­get, dit nour­ri­ture. Et sa­chez qu’il y en a pour tous les goûts : ba­raque à frites, guin­guette et res­tau­rant. C’est à vous de choi­sir. Les bé­né­voles de la guin­guette pro­po­saient d’ailleurs un grand choix de planches com­po­sées de pro­duits du ter­roir ain­si que quelques bières ar­ti­sa­nales pour ac­com­pa­gner le tout. Sur­tout que l’am­biance en ter­rasse est vrai­ment bon en­fant : ça ba­varde, ça par­tage et par­fois ça se re­pose.

4 Du mal à mar­cher ? Pas de pro­blème…

Les or­ga­ni­sa­teurs ont pen­sé à tout ! Si vous n’ai­mez pas trop la marche ou que vous êtes un peu fa­ti­gué, au­cun sou­ci, il suf­fit d’ap­pe­ler un nu­mé­ro de por­table et quel­qu’un vient vous cher­cher à vé­lo. En­suite, vous pou­vez al­ler n’im­porte où sur le fes­ti­val.

5 Le plus im­por­tant : les spec­tacles

En plus de pou­voir re­faire toute la dé­co de la mai­son grâce aux nom­breux ar­ti­sans pré­sents sur place, vous pou­vez as­sis­ter à des spec­tacles très ori­gi­naux. Les ar­tistes sont choi­sis avec soin par l’as­so­cia­tion Fé­ron’Arts. Les or­ga­ni­sa­teurs at­tendent de vous une large ou­ver­ture d’es­prit. De plus, « cette an­née, le pu­blic était très at­ten­tif et ex­trê­me­ment cha­leu­reux » , sou­ligne Ch­ris­tine

Boc­ca­ren.

Plus de 9000 per­sonnes ont as­sis­té aux di­vers spec­tacles des Fé­ron’Arts

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.