Deux cam­brio­leurs ca­gou­lés dé­ter­mi­nés

Ins­tal­lée de­puis 31 ans à l’en­trée du ma­ga­sin Car­re­four, la bijouterie Di­va a été vic­time dans la nuit de lun­di à mar­di d’un cam­brio­lage à la voi­ture- bé­lier.

Le Courrier de Fourmies - - LA UNE - Oli­vier Hur­bin

Deux cam­brio­leurs, ca­gou­lés et dé­ter­mi­nés ont fait main basse cette se­maine sur 15 à 20 000 eu­ros de bi­joux chez Di­va. Une pre­mière en 31 ans d’ins­tal­la­tion.

Ins­tal­lée de­puis 31 ans à l’en­trée de la ga­le­rie mar­chande de Car­re­four à Fourmies, la bijouterie Di­va a été vic­time d’un cam­brio­lage bien or­ches­tré. Se­lon nos ren­sei­gne­ments, il n’au­ra fal­lu que 7 mi­nutes pour les cam­brio­leurs pour s’in­tro­duire dans la bijouterie. Le cam­brio­lage a eu lieu dans la nuit du lun­di 6 au mar­di 7 mars.

DEUX HOMMES CA­GOU­LÉS

D’après les pre­miers élé­ments de l’en­quête, la vi­déo­sur­veillance a per­mis de dé­mon­trer que deux hommes, vi­sage dis­si­mu­lé se sont in­tro­duits à l’in­té­rieur du sas du ma­ga­sin. Ils ont alors for­cé les vi­trines du com­merce pour mettre la main sur un stock d’al­liances, des pen­den­tifs pla­qués or mais aus­si de grandes marques de montres. « Fait étrange, ils n’ont pas tou­ché aux bi­joux en ar­gent. En 31 ans de ser­vice, c’est la pre­mière fois qu’un tel mode opé­ra­toire est mis en place ici, je pen­sais que mes vo­lets étaient

in­vio­lables » , ex­plique Marc Ca­gniot, le gé­rant de la bijouterie. Un élé­ment qui laisse d’ailleurs sup­po­ser que les au­teurs étaient bien ren­sei­gnés. Ces in­di­vi­dus ont fait preuve de dé­ter­mi­na­tion et ont opé­ré très mé­ti­cu­leu­se­ment, pré­cise l’em­ployée de la bou­tique. Au­pa­ra­vant, les cam­brio­leurs ont ten­té de s’in­tro­duire dans la bijouterie en dé­fon­çant la vi­trine du ma­ga­sin Mim don­nant sur l’ex­té­rieur. S’aper­ce­vant qu’il n’y avait pas d’ac­cès par là, ils n’ont pas hé­si­té à s’en prendre au sas d’en­trée du ma­ga­sin Car­re­four. Il ne res­tait plus alors qu’aux au­teurs de dé­ro­ber la ma­ni­velle de la bijouterie, elle- même mise dans un cais­son fer­mé à clé. C’est à l’aide d’un ex­tinc­teur comme l’a confir­mé l’em­ployée qu’ils ont pu for­cer cette pre­mière boîte.

LES AU­TEURS ÉTAIENT BIEN REN­SEI­GNÉS

Se­lon l’en­quête, il semble que les in­di­vi­dus ont sur­tout es­sayé de concen­trer leurs ef­forts sur les al­liances de la bijouterie se trou­vant dans une vi­trine. Plus d’une cen­taine d’al­liances ont été dé­ro­bées. Mais comme le sou­ligne

l’em­ployée : « ce bu­tin ne vaut rien, ce sont des al­liances que nous ex­po­sons pour pré­sen­ter à nos clients. Les vrais al­liances ne sont pas en stock, car nous les com­man­dons au coup par coup et à la taille de nos

clients » , pré­ci­sait l’em­ployée. Dès mar­di ma­tin, des tra­vaux de ré­pa­ra­tions du sas d’en­trée de Car­re­four, qui ve­nait d’être ré­no­vé il y a quelques mois, ont été en­tre­pris. Tou­te­fois l’un des sas n’était tou­jours pas mer­cre­di ma­tin re­mis en état. De son cô­té, l’en­seigne Car­re­four a pré­vu de ren­for­cer son dis­po­si­tif an­ti- in­tru­sion. Pour au­tant, le pré­ju­dice est tou­te­fois es­ti­mé entre 15 000 et 20 000 €. L’en­quête a été confiée à la com­pa­gnie de gen­dar­me­rie d’Avesnes- sur- Helpe et la bri­gade ter­ri­to­riale de Fourmies.

La bijouterie est ins­tal­lée à l’en­trée du ma­ga­sin Car­re­four de­puis près de 30 ans. C’est la pre­mière fois que celle- ci est vic­time d’un cam­brio­lage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.