Iso­le­ments

Le Courrier de Fourmies - - Avesnois - Jean-Pierre de Ker­raoul

En à peine plus d’un an, le Brexit a chan­gé le Royaume-Uni. Après que la livre ster­ling ait per­du 10 % de sa va­leur et que la place fi­nan­cière de Londres, in­con­tes­table lea­der en Eu­rope, se fut trou­vée me­na­cée par ses ri­vales conti­nen­tales de Franc­fort et Pa­ris, c’est l’at­trac­ti­vi­té du pays qui souffre. Les par­ti­sans du Brexit en es­pé­raient une bar­rière contre l’im­mi­gra­tion ? Inu­tile d’at­tendre la sor­tie ef­fec­tive de l’Union, les en­trées d’Eu­ro­péens ont dé­jà bais­sé de 30 % et la main d’oeuvre manque dans de nom­breux sec­teurs. L’An­gle­terre ne fait plus en­vie. Po­li­ti­que­ment, les ter­gi­ver­sa­tions de The­re­sa May ne font que l’af­fai­blir dans la né­go­cia­tion du di­vorce et pro­lon­ger un cli­mat d’in­cer­ti­tude très mal vé­cu. En Ca­ta­logne, il n’au­ra fal­lu qu’une se­maine après un ré­fé­ren­dum illé­gal et chao­tique pour voir de grandes banques et nombre d’en­tre­prises an­non­cer leur dé­mé­na­ge­ment. Là en­core, une vo­lon­té d’iso­le­ment – dont il n’est même pas clair qu’elle soit par­ta­gée par la ma­jo­ri­té de la po­pu­la­tion – conduit à une crise gra­vis­sime, avec des in­ci­dences éco­no­miques lourdes. Bien en­ten­du, on peut com­prendre les in­sa­tis­fac­tions des Ca­ta­lans, comme on pou­vait re­con­naître que toutes les cri­tiques bri­tan­niques sur le fonc­tion­ne­ment de l’U.E. n’étaient pas ir­re­ce­vables ; mais la ques­tion es­sen­tielle qui se pose aux uns et aux autres, comme à nous-mêmes, reste celle-ci : dans le monde réel du XXIème siècle, tel qu’il est com­po­sé, avec ses puis­sances, sa di­men­sion et ses règles, a-t-on la moindre chance de pe­ser sur quelque su­jet que ce soit – l’éco­no­mie, la sé­cu­ri­té, les mi­gra­tions…- en s’iso­lant ? Est-ce que la Ca­ta­logne in­dé­pen­dante exis­te­ra en Eu­rope et dans ce monde ? Et l’An­gle­terre, glo­rieuse maî­tresse des mers et du com­merce dans les siècles pas­sés, convo­que­ra-t-elle le sou­ve­nir de sa puis­sance pour s’im­po­ser à la pla­nète au­jourd’hui ? Face aux dif­fi­cul­tés, il est tou­jours plus simple d’ex­pli­quer qu’elles sont de la faute des autres ; il est pour­tant beau­coup plus réa­liste d’ad­mettre qu’on ne peut les ré­soudre qu’avec eux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.