Trans­for­mer

Le Courrier de Fourmies - - Avesnois - Jean-Pierre de Ker­raoul

Pour chan­ger les choses, il faut d’abord les dire. Y com­pris par­fois un peu di­rec­te­ment. Pé­da­go­gie et en­ga­ge­ment, ain­si pour­rait-on ré­su­mer l’exer­cice té­lé­vi­sé d’Em­ma­nuel Ma­cron, di­manche soir der­nier. D’abord ex­pli­quer. Sans doute le pré­sident a-t-il sen­ti, cinq mois après son ac­ces­sion à l’Ely­sée, que pour faire ac­cep­ter les chan­ge­ments dé­jà en­ga­gés et ceux à ve­nir – as­su­rance chô­mage pour tous, for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, ap­pren­tis­sage, lo­ge­ment – il ne pou­vait se conten­ter d’une concer­ta­tion même ap­pro­fon­die et re­con­nue par les syn­di­cats et d’un vote à l’as­sem­blée. S’il vou­lait pour­suivre

son ac­tion « au même rythme et avec la même dé­ter­mi­na­tion », il lui fal­lait rap­pe­ler le cap et ex­pli­quer la né­ces­si­té de trans­for­mer en pro­fon­deur. Au­tre­ment dit, il ne s’agit pas que les Fran­çais to­lèrent en mau­gréant des ré­formes qu’on es­saie­ra de faire pas­ser entre les gouttes – au risque d’un orage, voire d’une tem­pête dé­vas­ta­trice – mais de les convaincre que les chan­ge­ments mis en oeuvre ont un sens et qu’ils visent à ré­duire vrai­ment les in­éga­li­tés et à plus de jus­tice. A titre d’exemple, mon­trer que l’APL ac­tuelle fonc­tionne comme une in­ci­ta­tion à la hausse des loyers et que construire plus se­rait beau­coup plus ef­fi­cace pour faire bais­ser les prix et lut­ter contre le mal lo­ge­ment. Ou que l’ISF ré­for­mé doit de­ve­nir un le­vier pour l’in­ves­tis­se­ment en France. C’est dans cette pé­da­go­gie dé­mul­ti­pliée, su­jet par su­jet, que ré­side la dif­fi­cul­té et qu’in­ter­vient l’en­ga­ge­ment. A des Fran­çais té­ta­ni­sés par la peur du chô­mage, la crainte du dé­clas­se­ment so­cial, le risque du ter­ro­risme, et vac­ci­nés contre les pro­messes po­li­tiques, il faut dire qu’on ne va pas les pro­té­ger contre les chan­ge­ments du monde mais es­sayer de les ar­mer pour y faire face et y trou­ver leur place. Il faut même leur avouer que ce­la va prendre for­cé­ment un peu de temps et que pour y par­ve­nir il ne faut pas y al­ler de main morte : « je suis là pour trans­for­mer le pays, pas pour le gé­rer, ni même le ré­for­mer » a dit le pré­sident de la ré­pu­blique. Et il est vrai qu’il agit ain­si confor­mé­ment à ses en­ga­ge­ments de cam­pagne. Mais pour ex­pli­quer ce que

trans­for­mer si­gni­fie, le pre­mier de cor­dée a du pain sur la planche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.