Son sau­cis­son se­ra-t-il cham­pion du monde ?

FERME D’AN­GUS À TRÉLON Le sau­cis­son de Da­vid et Sté­pha­nie So­rin, au boeuf d’An­gus, par­ti­cipe ce week-end au concours mon­dial du sau­cis­son en Ar­dèche. L’An­gus n’a pas fi­ni d’égayer vos pa­pilles.

Le Courrier de Fourmies - - LA UNE -

Le sau­cis­son au boeuf d’An­gus de Da­vid et Sté­pha­nie a été sé­lec­tion­né pour le concours mon­dial du sau­cis­son. Ce sa­voir-faire unique aves­nois a dé­jà sé­duit le ju­ry.

Ils ont rai­son d’être fiers de leurs pro­duits ! Le sau­cis­son de Sté­pha­nie et Da­vid So­rin a été sé­lec­tion­né pour par­ti­ci­per au concours mon­dial du sau­cis­son qui a lieu en Ar­dèche. Sé­lec­tion­né par L’Aca­dé­mie ar­dé­choise des ama­teurs de sau­cis­son va avoir la chance de dé­gus­ter et d’éva­luer les meilleurs sau­cis­sons au monde. Il faut dire que le ren­dez­vous est in­édit. Car ef­fet, il s’agit là du pre­mier mon­dial du sau­cis­son. Lan­cé à l’ini­tia­tive de l’Aca­dé­mie Ar­dé­choise des Ama­teurs du Sau­cis­son (A3S), cette jour­née ré­com­pen­se­ra le meilleur sau­cis­son du monde. Les sau­cis­sons pour­ront concou­rir dans trois ca­té­go­ries : tra­di­tion­nel, pur porc et clas­sique. Après une dé­gus­ta­tion à l’aveugle, des mé­dailles d’or, d’ar­gent et de bronze se­ront dé­cer­nées. Des la­bels se­ront at­tri­bués à chaque sau­ci­flard qui au­ra été pro­duit se­lon un ca­hier des charges pré­cis. C’est dans la ca­té­go­rie « Autre » au mi­lieu des sau­cis­sons au kan­gou­rou, à l’au­truche et bien d’autres en­core que le sau­cis­son à l’An­gus fa­bri­qué sur nos terres aves­noise, se­ra pré­sent. «

Pour nous s’est dé­jà une chance de pou­voir concou­rir. Ce sau­cis­son nous l’avons ima­gi­né en fa­mille avec les en­fants. Pe­tit à pe­tit nous sommes par­ve­nu à créer un pro­duit unique, sa­vou­reux par­fait pour les pe­tits apé­ros en fa­mille. Nous avons la chance de faire une viande d’ex­cep­tion, nous vou­lions donc in­no­ver et le pa­ri est réus­si »,

ra­conte avec mo­des­tie Da­vid, éga­le­ment for­ma­teur au CFA de Sains­du-Nord. L’HIS­TOIRE D’UNE RE­CON­VER­SION RÉUS­SIE C’est en 2014 alors qu’il pos­sède avec ses pa­rents une ex­ploi­ta­tion lai­tière que Da­vid dé­cide de se lan­cer dans une nou­velle aven­ture. Il fait le pa­ri sur l’An­gus. Ra­pi­de­ment, il com­prend alors que le bo­cage aves­nois convient par­fai­te­ment à cette race : l’Aber­deen An­gus. Ce bo­vin se fond com­plè­te­ment dans ce bio­tope, car il a la fa­cul­té de s’éle­ver et de vivre ex­clu­si­ve­ment à l’herbe. Cette rus­ti­ci­té lui per­met éga­le­ment de pou­voir res­ter de­hors toute l’an­née et af­fron­ter les élé­ments. Toutes les qua­li­tés de cette race donnent une viande ex­cep­tion­nelle, un per­sillé propre à elle et un gout noi­sette in­éga­lable que l’on re­trouve dans le sau­cis­son. Ce gout du ter­roir ne peut qu’éveiller nos pa­pilles, avec la ga­ran­tie de qua­li­té, d’au­then­ti­ci­té, du man­ger lo­cal. Quant à la re­cette du sau­cis­son ? Da­vid et Sté­pha­nie la garde ja­lou­se­ment. « Notre ob­jec­tif est de va­lo­ri­ser notre ter­roir et le man­ger lo­cal. Ce concours, c’est un peu la ce­rise sur la gâ­teau. Notre fier­té c’est celle de nos clients qui re­viennent nous voir »,

ex­plique Da­vid. Si l’on peut re­trou­ver la viande et le sau­cis­son de Da­vid et Sté­pha­nie sur les mar­chés lo­caux, le couple or­ga­nise tous les mois une vente di­recte à la ferme : « Dé­sor­mais, il n’y a plus d’ in­ter­mé­diaires ». Ce week-end, même si Da­vid ne peut pas être pré­sent au concours, c’est tous les Aves­nois qui lui sou­haitent de dé­cro­cher un prix.

Oli­vier Hur­bin

Da­vid pos­sède un trou­peaux de 110 bêtes d’An­gus. Ex­ploi­tant agri­cole de­puis 2001, il a com­men­cé en 2014 une re­con­ver­sion en bio et s’est spé­cia­li­sé dans la viande An­gus .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.