Le pro­jet du Ca­nal Seine Nord Eu­rope est re­lan­cé

TRANS­PORT Jeu­di der­nier 28 juin, lors de son dé­pla­ce­ment à Lille Edouard Phi­lippe a don­né le feu vert tant at­ten­du du gou­ver­ne­ment. Le ca­nal Seine Nord Eu­rope va en­fin pou­voir être lan­cé.

Le Courrier de Fourmies - - LA UNE -

Après des dé­cen­nies d’ater­moie­ments, de pro­messes et de re­ports mul­tiples, on peut en­fin y croire. Le fa­meux barreau flu­vial à grand ga­ba­rit re­liant le ré­seau Seine à L’Es­caut et au nord de l’Eu­rope est confir­mé. Con­crè­te­ment la société de pro­jet en charge du ca­nal était jus­qu’à pré­sent sous tu­telle de l’Etat. Comme l’a pro­po­sé Xa­vier Ber­trand, elle passe dé­sor­mais sous contrôle des collectivi­tés locales. Son exis­tence même se­ra ac­tée dans le pro­jet de loi d’orien­ta­tion sur les mo­bi­li­tés (LOM) pré­vue en fin de cette an­née 2018. « C’est fait, c’est ins­crit

dans la loi » a pu dé­cla­rer le pré­sident des Hauts-de-France, en­fin ras­su­ré. Il est vrai que Xa­vier Ber­trand n’a pas mé­na­gé ses ef­forts pour sau­ver le ca­nal. Il y a un an en­core, le nou­veau gou­ver­ne­ment pré­sen­tait ses prio­ri­tés et lais­sait peu de chances pour le ca­nal. Et c’est au­tour de Xa­vier Ber­trand que les pré­si­dents des conseils dé­par­te­men­taux et les par­le­men­taires de nos ter­ri­toires ont pro­po­sé de prendre eux-mêmes les choses en main.

QUI PAIE COM­BIEN ?

Le bud­get glo­bal s’élève à 4,5 mil­liards d’eu­ros. L’Eu­rope par­ti­ci­pe­ra à hau­teur de 1,8 mil­liard, l’Etat fran­çais, 1 mil­liard, les collectivi­tés locales 1 mil­liard dont la ré­gion Hauts-de-France 352,65 mil­lions, la ré­gion Ile-de-France 110 mil­lions, les dé­par­te­ments du Nord 200 mil­lions, du Pas-de-Ca­lais 130 mil­lions, de l’Oise 100 mil­lions, de la Somme 70 mil­lions, les autres collectivi­tés pour 50 mil­lions, le solde, soit en­vi­ron 700 mil­lions, étant fi­nan­cé par un em­prunt sous ré­serve de re­cette dé­diée pour ne pas sol­li­ci­ter en­core da­van­tage les contri­buables. Une fois la société de pro­jet mise en place, les pre­miers appels d’offres se­ront

lan­cés au dé­but de l’an­née pro­chaine.

DES MIL­LIERS D’EM­PLOIS À LA CLÉ

On peut es­pé­rer le lan­ce­ment de cet im­mense chan­tier au dé­but 2020. On es­time entre 5 000 et 8 000 le nombre d’em­plois di­rects créés du­rant les six à sept an­nées de chan­tier. Mais par la suite on es­père en­vi­ron 50 000 em­plois in­duits au­tour des quatre grandes pla­te­formes lo­gis­tiques ré­par­ties le long du ca­nal. Des ef­fets bien­ve­nus sur l’em­ploi bien sûr, mais aus­si un im­pact en­vi­ron­ne­men­tal ver­tueux puisque le ca­nal va per­mettre de désen­gor­ger des axes au­to­rou­tiers et rou­tiers dé­jà sa­tu­rés.

L’AIDE PRÉ­CIEUSE DE L’EU­ROPE

Etant dé­jà le pre­mier fi­nan­ceur du ca­nal, L’Eu­rope ac­cep­te­rait de pas­ser sa par­ti­ci­pa­tion de 40 % à 50 % du coût to­tal de l’opé­ra­tion. Ce­la ré­dui­rait le mon­tant de l’em­prunt en­vi­sa­gé. Force est de consta­ter, même pour les plus scep­tiques, que l’Eu­rope c’est aus­si des me­sures très concrètes et utiles aux ter­ri­toires. C’est un sa­cré gage sur toute l’im­por­tance du ca­nal qui ne peut que convaincre les in­ves­tis­seurs à re­joindre ce chan­tier.

Le tra­cé du Ca­nal Seine-Nord Eu­rope tel qu’il a été dé­ci­dé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.