L’ar­mée de terre re­crute, il est temps de pos­tu­ler

AVES­NOIS Du sol­dat qui part au front au tech­ni­cien, mé­ca­ni­cien, cui­si­nier, .... l’ar­mée vous pro­pose 400 mé­tiers.

Le Courrier de Fourmies - - LA UNE - Plus d’in­for­ma­tions sur le site sen­ga­ger.fr

Alors que la ré­gion est très tou­chée par le chô­mage, cer­tains sec­teurs sont en plein re­cru­te­ment. A l’ins­tar de l’ar­mée de terre qui re­crute ac­tuel­le­ment 15 000 per­sonnes. « Nous cher­chons des jeunes, car on veut pré­ser­ver une ar­mée jeune, mo­ti­vée, avec des gens qui sont mo­biles, ont en­vie d’aven­ture, de chan­ger de vie », ex­plique l’ad­ju­dant-chef Meh­di Boui­beb, ad­joint au chef de centre et conseiller en re­cru­te­ment. Il faut aus­si avoir le dé­sir de por­ter les armes et dé­fendre la pa­trie.

● PAS BE­SOIN DE DI­PLÔME

Ce re­cru­te­ment s’adresse à tous, hommes, femmes, à par­tir de 17 ans et de­mi jusque 32 ans. Au­cun di­plôme n’est né­ces­saire. « On re­crute du ni­veau 3e jus­qu’au Mas­ter voire plus », pour­suit l’ad­ju­dant­chef. La sé­lec­tion se fait en­suite lors des dif­fé­rents tests phy­siques, mé­di­caux, cog­ni­tifs (épreuve de ma­thé­ma­tiques et de fran­çais) et le test de per­son­na­li­té. En­suite, « on dé­ter­mine le poste qui cor­res­pond le mieux au pro­fil ».

● DES MÉ­TIERS SPÉ­CI­FIQUES

L’ar­mée, ce n’est pas seule­ment al­ler au front. « Au­jourd’hui, ma­jo­ri­tai­re­ment, on ren­contre beau­coup de jeunes qui jouent à Call of du­ty et qui ont le fan­tasme d’être com­bat­tant en pre­mière ligne ». Il faut re­ve­nir à la réa­li­té. « Ils ne voient pas ce que peut pro­cu­rer le sou­tien des ar­mées ». Se­lon le pro­fil et les com­pé­tences donc, les can­di­dats peuvent être orien­tés vers d’autres mé­tiers spé­ci­fiques, plus tech­niques dans l’ar­mée. Et ils sont nom­breux : cui­si­nier, ma­ga­si­nier, mé­ca­ni­cien, ges­tion­naire des res­sources hu­maines, in­for­ma­ti­cien, cy­ber­dé­fense ... du mi­li­taire du rang à l’of­fi­cier, du blin­dé à l’in­fan­te­rie, du ti­reur de pré­ci­sion au maître chien, l’ar­mée pro­pose 400 spé­cia­li­tés. A sa­voir que ces mé­tiers tech­niques sont aus­si ame­nés à par­tir sur le ter­rain des opé­ra­tions, en sou­tien des hommes en pre­mière ligne.

L’ar­mée, « c’est une pro­po­si­tion al­ter­na­tive à l’em­ploi et c’est le meilleur as­cen­seur so­cial. Car l’ar­mée forme aux mé­tiers et les sol­dats évo­luent de grade du­rant leur car­rière ».

● COMMENT POS­TU­LER ?

Pour pos­tu­ler, il suf­fit de vous rap­pro­cher d’un centre de re­cru­te­ment (CIR­FA- voir en­ca­dré). Pas be­soin de prendre ren­dez-vous. Les can­di­dats ont un en­tre­tien d’une heure puis sont en­suite en­voyés à Nan­cy pen­dant trois jours où ils font des tests. Lors du deuxième en­tre­tien, les can­di­dats peuvent for­mu­ler leur dé­sir. Des pro­po­si­tions leur se­ront faites. Il est pos­sible dans un pre­mier temps si­gner un contrat d’un an. Le pro­ces­sus n’est donc pas ir­ré­ver­sible. Au bout de cette an­née, il s’en­gage ou non.

● DES MI­LI­TAIRES AVANT TOUT

Et l’ad­ju­dant-chef Meh­di Boui­beb de conclure : « Il n’y a pas de plan­qué dans l’ar­mée. Tous les mi­li­taires ont vo­ca­tion à par­tir à l’étran­ger, à être ex­po­sé au dan­ger et la lo­gis­tique le se­ra da­van­tage parce que l’en­ne­mi a ten­dance à se ren­sei­gner sur cette cible po­ten­tielle. Tout le monde bé­né­fi­cie d’une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et nous sommes tous des mi­li­taires avant tout ».

Les mi­li­taires du CIR­FA peuvent re­ce­voir les can­di­dats sans ren­dez-vous.

L’ar­mée cherche à re­cru­ter tous les pro­fils.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.