Une nou­velle adresse pour ac­cueillir les ran­don­neurs

« La Vie Sau­vage » a ob­te­nu du Dé­par­te­ment son la­bel « Ca­fé ran­do Nord ». Il est le 12e éta­blis­se­ment la­bel­li­sé de l’Aves­nois, et un vrai pa­ra­dis pour les ama­teurs de ba­lades en na­ture.

Le Courrier de Fourmies - - LA UNE - An­toine Pi­sa­no

En­core une fois, le ca­fé-mé­dia « La Vie Sau­vage » fait par­ler de lui. Te­nu par Aurélie Sar­ra­zyn et Pierre Gi­nis de­puis juillet der­nier, l’éta­blis­se­ment a re­çu la vi­site d’une im­pres­sion­nante dé­lé­ga­tion d’élus, ven­dre­di 26 avril. Par­mi eux, le pré­sident du Con­seil dé­par­te­ment du Nord Jean-Re­né Le­cerf, son vice-pré­sident à la ru­ra­li­té Pa­trick Va­lois, sa vice-pré­si­dente en charge du tou­risme Bri­gitte As­truc-Dau­bresse, le pré­sident du Parc na­tu­rel ré­gio­nal de l’Aves­nois Guis­lain Cam­bier, Mi­ckaël Hi­raux en tant que conseiller dé­par­te­men­tal et bien sûr, la maire d’Eppe-Sau­vage Vi­viane Des­mar­che­lier. Pour­quoi au­tant de monde ? Tout sim­ple­ment car « La Vie Sau­vage » est de­ve­nu le dou­zième ca­fé du ré­seau « Ca­fé ran­do Nord » dans l’Aves­nois (il y en a 54 à l’échelle du dé­par­te­ment). Il est aus­si le tout pre­mier à y ren­trer de­puis le lif­ting du lo­go et le chan­ge­ment de bap­tême du ré­seau, au­pa­ra­vant ap­pe­lé « Ca­fé ran­do » tout court. Et nul doute que cette ini­tia­tive, née dans les Flandres, va conti­nuer à s’étendre dans le sud du Nord.

C’EST QUOI UN CA­FÉ RAN­DO ?

Mais alors, qu’est-ce qu’un ca­fé ran­do ? C’est un éta­blis­se­ment ré­pon­dant à plu­sieurs cri­tères. Tout d’abord, il doit ac­cep­ter les ran­don­neurs en te­nue (par­fois crot­tée). Ces der­niers sont au­to­ri­sés à y man­ger leur propre pique-nique et s’ils n’en ont pas, le ca­fé ran­do doit être en me­sure de leur pro­po­ser une pe­tite res­tau­ra­tion. En­fin, l’éta­blis­se­ment doit se trou­ver à moins d’1 km d’un che­min de ran­don­née. Et jus­te­ment, à proxi­mi­té de « La Vie Sau­vage », il y en a deux : ce­lui pro­po­sé par l’ap­pli­ca­tion pour smart­phone Ba­lad’Aves­nois au dé­part de la rue de la Mar­bre­rie, sur le­quel les élus se sont adon­nés à une ba­lade inau­gu­rale, et l’autre au dé­part de la mai­rie. L’idée est bien sûr, à tra­vers les ran­don­neurs, d’at­ti­rer une clien­tèle plus large et par­fois même des groupes en­tiers, fa­vo­ri­sant ain­si le dé­ve­lop­pe­ment tou­ris­tique et la sur­vie des pe­tits com­merces ru­raux. Evi­dem­ment, les ran­don­neurs lo­caux y sont aus­si les bien­ve­nus. Vi­viane Des­mar­che­lier, tout sou­rire, a dé­cla­ré : « Quelle belle ré­com­pense ce la­bel ! Ce lieu, on l’avait rê­vé et il au­ra presque fal­lu 5 ans pour y arriver. » Ce

n’est pas Pierre Gi­nis, gé­rant de l’éta­blis­se­ment avec Aurélie Sar­ra­zyn, qui di­ra

le contraire : « On était dé­jà un ca­fé de ran­don­née. On l’avait ins­crit dès le dé­part sur notre vi­trine et on re­çoit ré­gu­liè­re­ment des ran­don­neurs. Mais nous sommes contents que le Dé­par­te­ment nous ait choi­si. On es­père que ce la­bel nous don­ne­ra plus de vi­si­bi­li­té.

Nombre d’élus, dont le pré­sident du Dé­par­te­ment (à droite) étaient pré­sents.

Une im­por­tante dé­lé­ga­tion s’est ba­la­dée sur l’iti­né­raire de ran­don­née le plus proche, pro­po­sé par l’ap­pli­ca­tion Ba­lad’Aves­nois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.