Une pre­mière pour res­tau­rer la grange de l’ab­baye

HIS­TO­RIQUE On pour­rait presque dire que c’est par ha­sard que cette bro­cante a été lan­cée. Mais la sauce a ra­pi­de­ment pris et au­jourd’hui c’est de­ve­nu un vé­ri­table évè­ne­ment sur le ter­ri­toire.

Le Courrier de Fourmies - - ÉVÉNEMENT - So­phie Ra­bot

C’est en 1980 qu’a eu lieu la pre­mière bro­cante de Maroilles. Cette an­née là avait été dé­cla­rée an­née du pa­tri­moine. L’idée à l’époque était de pro­mou­voir des ma­ni­fes­ta­tions cultu­relles au Mou­lin.

RES­TAU­RER LA GRANGE DE L’AB­BAYE

Or, à l’époque, la toi­ture de la grange Di­mière de l’an­cienne ab­baye s’était ef­fon­drée il y avait une vieille grange à l’aban­don dont la toi­ture s’était ef­fon­drée. La DRAC (di­rec­tion ré­gio­nale des af­faires cultu­relles) avait de­man­dé à la com­mune de faire quelque chose pour la res­tau­ra­tion. C’est ain­si qu’a été lan­cée l’opération Une ar­doise pour la grange. Dif­fé­rentes ani­ma­tions ont été or­ga­ni­sées par des as­so­cia­tions qui se sont en­ga­gées à re­ver­ser une par­tie de leur bé­né­fice pour res­tau­rer cette toi­ture.

UNE IDÉE QUI GERMAIT DANS L’ES­PRIT DES MEMBRES DU SYN­DI­CAT D’INI­TIA­TIVE

Par­mi les membres du Syn­di­cat d’ini­tia­tive, l’idée de lan­cer une bro­cante trot­tait de­puis un mo­ment dans les es­prits. Ils ont pro­fi­té de cette oc­ca­sion pour pro­po­ser aux com­mer­çants de se réu­nir pour lan­cer la bro­cante. L’as­so­cia­tion cultu­relle et ar­tis­tique de Maroilles (ACAM), pré­si­dée à l’époque par Jean-Ma­rie Scul­fort, a été créée à cette oc­ca­sion et s’est jointe à l’organisati­on. C’est ain­si que la bro­cante de Maroilles a vu le jour. L’ACAM en a en­suite re­pris l’organisati­on en 1981.

EX­PO­SANTS, M DE TROT­TOIR LA PRE­MIÈRE AN­NÉE

Pour cette pre­mière édi­tion, 62 ex­po­sants s’étaient ins­tal­lés sur 450 m de trot­toir. Un dé­but mo­deste mais la sauce a ra­pi­de­ment pris et la bro­cante a pris de l’am­pleur. En 1989-1990, elle fai­sait dé­jà le plein. « Il a fal­lu ré­cu­pé­rer des mé­trages un peu par­tout pour ins­tal­ler tous les ex­po­sants », se sou­vient Claude Bau­dens, pré­sident de la bro­cante de Maroilles de 1983 à 2000.

DES BÉ­NÉ­VOLES TRÈS IN­VES­TIS DÈS LE DÉ­BUT

Pa­ral­lè­le­ment, l’ACAM avait lan­cé une ex­po­si­tion ar­ti­sa­nale, qui de­puis s’ins­talle tou­jours dans des lieux em­blé­ma­tiques de la com­mune. « Notre ob­jec­tif a tou­jours été de faire connaître Maroilles, d’at­ti­rer des vi­si­teurs et de les fi­dé­li­ser », ex­plique Claude Bau­dens. Et si les ex­po­sants ont ra­pi­de­ment adhé­ré à la ma­ni­fes­ta­tion, les bé­né­voles aus­si. Chaque an­née, ce sont près de 200 per­sonnes qui se mo­bi­lisent pour te­nir les dif­fé­rents postes, tra­ceurs, te­nue de la bu­vette, res­tau­ra­tion, pla­ceurs, ...

Par­fois même, pour ga­gner de la place, les ha­bi­tants ont ou­vert leurs ga­rages aux ex­po­sants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.