« Le spa­tial, ça com­mence ici »

Le Courrier du Loiret - - Thoomas Pesquet En Star A Pithiviers - CA­MILLE COELHO

Tho­mas Pes­quet, dixième Fran­çais à être al­lé dans l’es­pace, était à Pi­thi­viers, ven­dre­di 8 juin, pour inau­gu­rer la salle qui porte son nom au ly­cée pro­fes­sion­nel Jean-de-la-taille.

◗ « Vous avez dit Mon­sieur le pro­vi­seur que vous étiez ho­no­rés de ma vi­site et bien moi, je suis très ho­no­ré que vous ayez choi­si de don­ner mon nom à cet es­pace », a dé­cla­ré, en toute simplicité, l’as­tro­naute Tho­mas Pes­quet, après avoir inau­gu­ré la salle po­ly­va­lente du ly­cée pro­fes­sion­nel Jean­de­laTaille. « C’est un rêve de­ve­nu réa­li­té », a com­men­té Fran­çois Nay­rac, le pro­vi­seur du ly­cée qui en a pro­fi­té pour re­mer­cier Ma­rianne Du­bois, dé­pu­tée ; Lio­nel Su­chet, directeur gé­né­ral dé­lé­gué du Centre na­tio­nal d’études spa­tiales (Cnes), et Sé­bas­tien Barde, res­pon­sable du Centre d’aide au dé­ve­lop­pe­ment des ac­ti­vi­tés en mi­cro­pe­san­teur et des opé­ra­tions spa­tiales (Cad­mos) : « J’es­père ne pas vous avoir trop har­ce­lés », leur a­t­il de­man­dé. Quoi qu’il en soit, les ef­forts de l’éta­blis­se­ment ont été payants. Tho­mas Pes­quet est ve­nu pas­ser une jour­née à Pi­thi­viers, te­nant un dis­cours po­si­tif et ins­pi­rant.

« Mon aven­ture spa­tiale n’a pas com­men­cé l’an­née der­nière, elle n’a pas com­men­cé quand j’ai été re­cru­té par l’agence spa­tiale eu­ro­péenne, elle a com­men­cé dans un en­droit qui res­semble beau­coup à ce­lui­ci. Je viens d’un en­droit en Nor­man­die qui a énor­mé­ment de points com­muns avec Pi­thi­viers. De pas­ser dans ces rues, ça me rap­pelle ma jeu­nesse, mon ado­les­cence », at­il ra­con­té. L’as­tro­naute a évo­qué la prin­ci­pale rai­son de sa ve­nue à Pi­thi­viers : « Je suis ici parce que c’est un lieu d’édu­ca­ tion et ça, pour moi, ça a un sens très im­por­tant ». « La rai­son pour la­quelle je suis de­ve­nu as­tro­naute, c’est l’école. Un en­droit comme ça, c’est un ou­til qui est fait pour vous pro­pul­ser dans la vie et pour vous faire réa­li­ser vos rêves », a­t­il pour­sui­vi.

De­vant les élèves, il a rap­pe­lé l’im­por­tance de croire en ses rêves. « Le spa­tial, ça ne se passe pas à Pa­ris, ça ne se passe pas à Kou­rou, le spa­tial, ça com­mence ici, ça com­mence avec la pas­sion, à l’école. Il y a de la place pour tout le monde ». Pour l’as­tro­naute, la prin­ci­pale cause d’échec, c’est l’au­to­cen­sure : « Il ne faut pas s’in­ter­dire de rêver ».

« Un mo­dèle, c’est peut-être un peu fort »

« Vous êtes un mo­dèle. Oui, c’est pos­sible, je peux y ar­ri­ver, je vais y ar­ri­ver, vous êtes ce mo­dèle­là », a dé­cla­ré le pro­vi­seur. « Un mo­dèle, c’est peut­être un peu fort mais d’être al­lé dans l’es­pace, ce­la donne quelques res­pon­sa­bi­li­tés, mer­ci au­jourd’hui de me les rap­pe­ler », a­t­il ré­pon­du hum­ble­ment. Rap­pel. Le ly­cée Jean-de-la-taille a par­ti­ci­pé au pro­jet au­tour de la mis­sion Proxi­ma, comme une di­zaine d’autres éta­blis­se­ments en France. Il était le seul ly­cée pro­fes­sion­nel. (Voir notre édi­tion du 24 mai)

Une ar­ri­vée de star pour l’as­tro­naute Tho­mas Pes­quet qui a été ap­plau­di par les élèves et les en­sei­gnants du ly­cée. Il a été ac­com­pa­gné jus­qu’à l’es­pace qui porte son nom par le pro­vi­seur, Fran­çois Nay­rac.

Tho­mas Pes­quet et Lio­nel Su­chet ont re­çu la mé­daille de l’as­sem­blée na­tio­nale des mains de Ma­rianne Du­bois, dé­pu­tée de la 5e cir­cons­crip­tion du Loi­ret.

L’as­tro­naute a dé­voi­lé la plaque de la salle qui porte son nom : l’es­pace Tho­mas Pes­quet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.