Le train pas­se­ra trois fois

Le Courrier du Loiret - - Au Pays - CA­MILLE COELHO

La su­cre­rie Cris­tal Union de Pithiviers-le-vieil a re­mis en état ses voies de che­min de fer pour trans­por­ter du sucre dans des trains. Les pre­miers wa­gons sont ar­ri­vés mer­cre­di 3 oc­tobre et sont re­par­tis le sa­me­di sui­vant. Des per­tur­ba­tions de cir­cu­la­tion sont à pré­voir jus­qu’à la fin de la cam­pagne.

Alors qu’une pluie fine tom­bait sur Pithiviers­leVieil ce ma­tin­là, un train de mar­chan­dises est en­tré, pour la pre­mière fois de­ puis dix ans, dans la su­cre­rie Cris­tal Union.

La mac­hine est bien ar­ri­vée à l’heure à Pithiviers mer­cre­di 3 oc­tobre, en pro­ve­nance de Fleu­ry­lesAu­brais. En re­vanche, pour le pas­sage des wa­gons sur la voie fer­rée de l’usine, la ma­noeuvre a pris un peu plus de temps que pré­vu. Mais loin de nous l’idée d’in­si­nuer qu’il y au­rait des re­tards à la SNCF…

Un dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té avait été mis en place : des agents de la su­cre­rie, de la SNCF, des gen­darmes, le po­li­cier mu­ni­ci­pal de Pithiviers­le­vieil, tous étaient pré­sents afin de vé­ri­fier que la ma­noeuvre se dé­roule cor­rec­te­ment. Mal­gré la si­gna­li­sa­tion du cô­té de la rue Etienne­ro­chette et rue De­cau­ville, cer­tains au­to­mo­bi­listes ont tout de même avan­cé jus­qu’à la voie au mo­ment où le train pas­sait. Il faut dire qu’on ne voit pas sou­vent pas­ser des trains à Pithiviers…

Peu de bou­chons tou­te­fois, les voi­tures étant im­mé­dia­te­ment dé­viées d’un cô­té comme de l’autre. La rue de la Belle­saintMar­tin, une pe­tite voie entre la su­cre­rie et la mal­te­rie, a été mise en sens unique pour per­mettre aux vé­hi­cules de s’échap­per en ar­ri­vant au pas­sage à ni­veau.

Tous les mer­cre­dis et sa­me­dis ma­tin, jus­qu’à la fin de la cam­pagne pré­vue le 26 dé­cembre, un train cir­cu­le­ra donc entre la gare et l’usine. Le mer­cre­di, il pé­nètre sur le site. Les wa­gons sont rem­plis de 1.300 tonnes de sucre les nuits sui­vantes puis, le sa­me­di, le convoi res­sort de la su­cre­rie pour re­joindre des si­los à Ces­tas, en Gi­ronde. Le sucre ira en­suite ali­men­ter le mar­ché es­pa­gnol.

Tous les wa­gons, 22 au to­tal, ne peuvent pas ar­ri­ver au com­plet sur le site, le convoi est sé­pa­ré en trois par­ties. La cir­cu­la­tion est donc cou­pée à chaque pas­sage. Mieux vaut donc évi­ter ce sec­teur ces ma­tins­là.

Le train est en­tré dans la su­cre­rie mer­cre­di 3 oc­tobre. Ce­la fai­sait plus de dix ans que ce­la n’était pas ar­ri­vé. Il s’agit d’un en­jeu im­por­tant pour le site de Cris­tal Union.

Pour les vé­hi­cules ve­nant de la rue Étienne-ro­chette (col­lège et ly­cée) ou de la rue De­cau­ville (Agro­pi­thi­viers), il n’y a pas de si­gna­li­sa­tion. Un stop a été mis en place rue Étienne-ro­chette et des agents de la su­cre­rie dé­vient la cir­cu­la­tion mais ce conduc­teur a tout de même ten­té de pas­ser.

Les vé­hi­cules ve­nant du rond-point de Pa­vi­sol se­ront ar­rê­tés par la bar­rière. Des feux cli­gno­tants sont aus­si vi­sibles de la rue De­cau­ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.