La cho­co­la­te­rie Alex Oli­vier dé­truite par un in­cen­die

Le Courrier du Loiret - - La Une - AMBRE CHAUVANET ET CA­MILLE COELHO

Un in­cen­die s’est dé­cla­ré à la cho­co­la­te­rie Alex Oli­vier de Neu­ville­aux­bois, mar­di 25 dé­cembre, vers 6 heures du ma­tin. Le bâ­ti­ment dans le­quel se trou­ vait no­tam­ment la bou­tique a été to­ta­le­ment dé­truit par les flammes. Heu­reu­se­ment, au­cun bles­sé n’est à dé­plo­rer.

Mar­di 25 dé­cembre, vers 6 heures du ma­tin, un in­cen­die s’est dé­cla­ré dans un bâ­ti­ment de la cho­co­la­te­rie Alex Oli­vier, de Neu­villeaux-bois. Les dé­gâts, uni­que­ment ma­té­riels, sont im­por­tants.

◗ Le ré­veil a été dif­fi­cile en ce ma­tin de Noël, à Neu­ville­aux­bois. Un in­cen­die était en train de ra­va­ger l’un des bâ­ti­ments de la cho­co­la­te­rie Alex Oli­vier. En­vi­ron 500 m2 de l’en­tre­pôt his­to­rique sont par­tis en fu­mée, soit 1/10e de la sur­face de l’en­tre­prise. Une par­tie du site de pro­duc­tion, ce­lui dé­dié à la vente et des bu­reaux sont concer­nés. Sur place, une cin­quan­taine de sa­peurs­pom­piers, ve­nus de tout le dé­par­te­ment, se sont ac­ti­vés pour cir­cons­crire l’in­cen­die.

Un agent de sé­cu­ri­té a don­né l’alerte, à 6 heures du ma­tin. « Il est ar­ri­vé et nous a pré­ve­nus », a in­di­qué le com­man­dant des opé­ra­tions de se­cours. Ju­ lia Vap­pe­reau, 1re ad­jointe, et Mi­chel Mar­tin, le maire de Neu­ville­aux­bois, étaient aus­si sur place. « C’est la pre­mière fois qu’on a un pro­blème de cette am­pleur dans la zone d’ac­ti­vi­té », a sou­li­gné le maire.

Vers 10 heures, les pom­piers sont par­ve­nus à évi­ter que l’in­cen­die ne se pro­page aux autres bâ­ti­ments. Les gen­darmes de Neu­ville, eux, se sont char­gés de la sé­cu­ri­sa­tion des lieux, en at­ten­dant de pou­voir re­le­ver des élé­ments pour l’en­quête qui sui­vra. Une dé­via­tion de la rue de l’ar­doi­sière a été mise en place.

Vers mi­di, le feu était maî­tri­sé. Ne res­taient plus que les foyers ré­si­duels à éteindre. Les se­cours sont res­tés sur place jus­qu’à 21 heures pour sur­veiller le site. Du­rant la nuit, des dis­po­si­tifs de sé­cu­ri­té ont été mis en place et au pe­tit ma­tin, une ronde des pom­piers a per­mis de vé­ri­fier que le feu n’était pas re­par­ti. Pour la cen­taine de sa­la­riés, dif­fi­cile de sa­voir dans quelles condi­tions ils pour­ront re­prendre le tra­vail, après leurs congés de fin d’an­née. La pro­duc­tion doit re­prendre lun­di 7 jan­vier. La bou­tique, elle, a été fer­mée jus­qu’à cette date. En at­ten­dant, celle de Boi­gny­surBionne reste ou­verte, se­lon Ju­lia Vap­pe­reau.

Les gen­darmes de la com­mu­nau­té de bri­gades de Neu­ville­aux­bois sont char­gés de l’en­quête. Mer­ cre­di, des tech­ni­ciens en iden­ti­fi­ca­tion cri­mi­nelle de la gen­dar­me­rie ain­si que des ex­perts en re­cherche des causes et cir­cons­tances d’in­cen­die du Ser­vice dé­par­te­men­tal d’in­cen­die et de se­cours (Sdis) du Loi­ret se sont ren­dus sur place afin de ten­ter de dé­ter­mi­ner la cause du si­nistre. Au­cune piste n’est pour l’ins­tant pri­vi­lé­giée par les en­quê­teurs.

En­vi­ron 500 m2 du site ont été dé­truits par les flammes. Vers mi­di, les sa­peurs-pom­piers avaient réus­si à maî­tri­ser l’in­cen­die.

Le nuage de fu­mée qui s’échap­pait de la cho­co­la­te­rie était vi­sible bien au-de­là des fron­tières de la com­mune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.