Le Fana de l'Aviation

Klagenfurt KLF 255

1/32, Special Hoben

-

Dopés au u phosphore et à l’iode sur leur base secrète de Peenemunde, les ingénieurs allemands ne manquèrent jamais d’une imaginatio­n occupée parfois à leur éviter un transfert sur le front de l’Est mais qui permit souvent le développem­ent de concepts avant- gardistes pour inspirer nombre de réalisatio­ns ayant marqué la décennie suivante. Cette vitalité et une certaine fascinatio­n, acceptable uniquement lorsqu’elle ne reste que technique, ont motivé la production de nombreuses maquettes aux “petites” échelles mais jamais au 1/ 32. Un tout jeune fabriquant prend le risque de combler ce vide abyssal, choisissan­t le KLF 255 et son iconique aileron dorsal, machine connue surtout pour son mode de lancement sur rail courbe la protégeant des mitraillag­es incessants des “Mustang”. La gravure des surfaces est parfaite, très simple sur la voilure construite en bois donc très lisse, au point qu’un rapport du RLM hélas disparu semblait indiquer l’utilisatio­n d’une peinture rugueuse pour bénéfi cier de l’effet aérodynami­que “peau de requin” redécouver­t 40 ans plus tard. Sous sa longue verrière moulée en deux éléments, le cockpit bénéfi cie de surprenant­s détails, comme le système ingénieux de contrepoid­s orientant la banquette du pilote pour annuler les effets perturbant­s de la force centrifuge lors du lancement. Le propulseur principal, identique à celui du Me 163, ressemble fortement à celui de la maquette Hasegawa dudit Messerschm­itt… Les propulseur­s à poudre fi xés autour du fuselage et le lourd chariot de décollage sont bien détaillés, malgré la rareté des documents disponible­s ; restons donc prudents quand à l’exactitude. Peut- être les sortes d’ouïes latérales correspond­ent- elles au parachute censé ramener au sol le valeureux pilote dans sa pointe avant blindée telle le crâne de l’espadon. Côté décoration­s les décalcoman­ies, à tremper dans l’aquarium pour une meilleure adhérence, incluent les instrument­s de bord et offrent deux options : le prototype au destin tragique camoufl é des tons 81 et 82 classiques, mais avec sans doute

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France