Où en est l’Al­le­magne ?

Le Fana de l'Aviation - - Le Réarmement Français -

Lorsque Vic­tor De­nain suc­cède à Pierre Cot en fé­vrier 1934, la Luft­waffe n’existe que sur le pa­pier. Elle se­ra of­fi ciel­le­ment créée un an plus tard avec moins de 1 800 avions de guerre de va­leurs in­égales à com­pa­rer aux quelque 3200, en ligne ou en stock, dans l’ar­mée de l’Air et l’Aé­ro­nau­tique ma­ri­time au­to­nome. C’est loin d’être en­core la pre­mière puis­sance aé­rienne qu’elle de­vien­dra en 1939. Pour l’heure, ses ap­pa­reils sont en­core ma­jo­ri­tai­re­ment des bi­plans et des ses­qui­plans que n’ont pas à en­vier les réa­li­sa­tions françaises ou bri­tan­niques. Son pre­mier chas­seur, l’Ara­do 65, est une ma­chine re­la­ti­ve­ment mé­diocre en place d’être rem­pla­cée par le Hein­kel 51, su­pé­rieur mais dont la vi­tesse n’ex­cède pas 330 km/ h. Ses pre­miers avions de co­opé­ra­tion He 46 n’en­tre­ront en ser­vice qu’au prin­temps 1936 et son unique bom­bar­dier lourd Dor­nier 19 res­te­ra à l’état de pro­to­types. Si le gé­né­ral De­nain exa­gère alors la puis­sance de l’Al­le­magne, sa vi­sion alar­miste n’en est pas moins clair­voyante. Avec 14 usines aé­ro­nau­tiques ( cel­lules et mo­teurs) le potentiel in­dus­triel est énorme et les cré­dits gé­né­reu­se­ment ré­par­tis entre un ou­til de pro­duc­tion mo­derne et des bu­reaux d’études ta­len­tueux. Le tri­mo­teur Jun­kers 52/ 3m, ar­ri­vé en 1933 dans la Luf­than­sa, en est un ré­vé­la­teur. Près de 850 avions de guerre se­ront pro­duits outre- Rhin en 1934 et 1800 en 1935 ! Au­tour d’une nou­velle gé­né­ra­tion d’avions de com­bat se construi­sait une force aé­rienne re­dou­table au ser­vice d’une doc­trine of­fen­sive que la guerre d’Es­pagne ré­vé­le­ra deux ans plus tard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.