Ca­bi­net de cu­rio­si­tés à ciel ou­vert

Tous les ans, vers la fin du mois de juillet, l’aé­ro­port d’Osh­kosh, dans le Wis­con­sin, concentre un nombre in­croyable de bi­zar­re­ries et tré­sors aé­ro­nau­tiques.

Le Fana de l'Aviation - - Reportage - Par Xa­vier Méal

Air­ven­ture 2018, qui s’est te­nu fin juillet à Osh­kosh, dans le Wis­con­sin, pour­rait se ré­su­mer à des chiffres… ahu­ris­sants : 600 000 vi­si­teurs – dont 3 000 étran­gers ve­nus de 87 pays – sur une se­maine, presque un mil­lier de re­pré­sen­tants des médias, et, sur le seul aé­ro­port Wit­man Re­gio­nal, 19 588 mou­ve­ments d’avions sur la pé­riode du 20 au 30 juillet, soit ap­proxi­ma­ti­ve­ment 134 dé­col­lages/ at­ter­ris­sages par heure ! Chaque fin juillet, l’aé­ro­port d’Osh­kosh se targue d’avoir la plus forte den­si­té de tra­fic au monde… Cette an­née, l’Ex­pe­ri­men­tal Air­craft As­so­cia­tion, qui or­ga­nise de­puis 1954 ce qui est de­ve­nu la grande messe mon­diale de l’avia­tion de loi­sir, a dé­nom­bré 2 979 avions ex­po­sés : 1 160 de construc­tion ama­teur, 1 094 dits “vin­tage”, 377 war­birds, 185 ULM et LSA (Light Sport Air­craft), 75 hy­dra­vions, 22 hé­li­co­ptères, 52 avions de vol­tige, et 14 mont­gol­fières. Pour ceux qui ont des goûts éten­dus en avia­tion, les sept jours que dure cet évé­ne­ment suf­fisent à peine. Entre as­sis­ter à un ate­lier de sou­dure ou d’en­toi­lage, écou­ter Dick Cole, le

der­nier membre d’équi­page survivant du fa­meux raid des 16 B-25 de Doo­lit­tle sur To­kyo en avril 1942, ou en­core as­sis­ter à une confé­rence sur l’em­ploi d’es­sence sans plomb dans les mo­teurs d’avions an­ciens, le choix est par­fois cor­né­lien…

Flâ­ner en épi­cu­rien

Chaque ma­tin, la consul­ta­tion du long, très long programme des ré­jouis­sances de la jour­née est un qua­si- must, qui en­gendre pour les plus for­ce­nés la ré­dac­tion d’un em­ploi du temps… ser­ré. L’autre so­lu­tion consiste à se lais­ser por­ter par les vents pour flâ­ner en épi­cu­rien, en s’af­fran­chis­sant des contraintes

Par­ti­ci­per à un ate­lier sou­dure ou écou­ter Dick Cole évo­quer le raid de Doo­lit­tle ?”

du “je veux tout voir, je veux tout faire”. Car il faut s’y ré­soudre : il est im­pos­sible de tout voir et tout faire à Air­Ven­ture, car il s’y passe en moyenne une ving­taine d’évé­ne­ments toutes les heures, en même temps… L’épi­cu­rien, lui, sau­ra prendre le temps d’une dis­cus­sion im­promp­tue sous l’aile d’un A-26 “In­va­der”, ou se lais­se­ra sur­prendre par le dé­col­lage du Boeing 757… tri­mo­teur de la firme Ho­ney­well, pour­tant bien an­non­cé dans le programme du ma­tin, dis­po­nible dans le pe­tit jour­nal im­pri­mé tous les jours et dis­tri­bué gra­tui­te­ment, et sur l’ap­pli­ca­tion pour smart­phone en té­lé­char­ge­ment libre. Peu im­porte… il sa­vou­re­ra le mo­ment pour ce qu’il est : quelques se­condes d’une avia­tion peu com­mune, à contem­pler l’élé­va­tion dans les airs d’une bi­zar­re­rie aé­ro­nau­tique… comme Air­Ven­ture en re­cèle beau­coup !

Ac­cou­ple­ments im­pro­bables

de­meu­re­ra per­plexe en re­gar­dant les évo­lu­tions im­pro­bables d’un ac­cou­ple­ment tout aus­si im­pro­bable de deux Yak-55 au­tour d’un ré­ac­teur Ge­ne­ral Elec­tric CJ610- 6, bap­ti­sé très lo­gi­que­ment Yak-110. La bête a été conçue uni­que­ment pour pro­po­ser sur le mar­ché du spec­tacle aé­rien

quelque chose qui n’avait en­core ja­mais été vu… Pa­ri ga­gné, ou com­ment re­cy­cler de fa­çon spec­ta­cu­laire un avion de vol­tige qui n’a pas connu le suc­cès. L’épi­cu­rien se lais­se­ra en­thou­sias­mer au bord de la piste des ULM, alors que le so­leil vient de se cou­cher, par l’in­croyable dé­col­lage en 20 m du Dra­co, Fran­ken­stein aé­ro­nau­tique conçu par l’Amé­ri­cain Mike Pa­tey sur la base du der­nier PZL-104 “Wil­ga” ja­mais pro­duit dont il a rem­pla­cé le mo­teur en étoile AI-14RA de 260 ch par une tur­bine PT6 de… 680 ch ! Dra­co grimpe lit­té­ra­le­ment aux arbres… et se pose sur pas plus long qu’il ne lui en faut pour dé­col­ler… si on en­clenche la re­verse au bon mo­ment. Et de nuit comme de jour grâce à ses phares à LED de Boeing… Le len­de­main, en voyant évo­luer dans les airs le der­nier S-3B “Vi­king” en­core en état de vol, ex­ploi­té par la fa­meuse Na­sa, il se di­ra que dé­ci­dé­ment, Air­Ven­ture est un fa­bu­leux ca­bi­net de cu­rio­si­tés à ciel ou­vert, un en­droit unique, avec une at­mo­sphère qu’on ne re­trouve nulle part ailleurs…

peine re­mis d’un spec­tacle aé­rien de nuit du­rant le­quel le ciel a été em­bra­sé par un “Su­per Chip­munk” py­ro­tech­nique, un Yak-55 à LED ou une pa­trouille de quatre T- 6 à gros fu­mi­gènes, l’épi­cu­rien s’ex­ta­sie­ra au pe­tit ma­tin de­vant les courbes gra­cieuses du “Spit­fire” ré­cem­ment res­tau­ré de la col­lec­tion Vin­tage Wings of Ca­na­da (Ailes d’époque du Ca­na­da, disent les Qué­bé­cois) du Ca­na­dien Mi­chael Pot­ter, et celles tout aus­si gra­cieuses des pe­tits DHC-1 “Chip­munk” – cen­te­naire de la nais­sance de la RAF oblige. À ce titre, il sa­vou­re­ra de pou­voir faire le tour, dans la lu­mière do­rée et l’air de­ve­nu plus lé­ger du so­leil cou­chant, d’un rare Glos­ter “Me­teor”, au­jourd’hui le plus vieux jet en­core en état de vol, sans qu’au­cune bar­rière ne gâche l’in­ti­mi­té du mo­ment… Il pro­fi­te­ra en­core de cette ab­sence de bar­rières entre hu­mains et avions pour exa­mi­ner sous toutes ses cou­tures, jusque dans la pro­fon­deur de ses en­trailles, un North Ame­ri­can P-51C “Mus­tang” tout juste sor­ti de l’ate­lier de res­tau­ra­tion AirCorps Avia­tion. Et il ap­pren­dra juste avant de quit­ter – à re­gret – Osh­kosh, que ce “Mus­tang” ru­ti­lant a re­çu le tro­phée de Grand Cham­pion de la ca­té-

Su­per Chip­munk” py­ro­tech­nique et Yak-55 à LED em­brasent la nuit”

go­rie War­birds-Deuxième Guerre mon­diale. Il se di­ra alors que ce titre est mé­ri­té, tant l’avion, bien que neuf, trans­pire l’au­then­ti­ci­té jusque dans ses moindres dé­tails.

Il se­ra alors ga­gné par l’in­quié­tude… Qu’au­ra de plus à of­frir EAA Air­Ven­ture Osh­kosh 2019, qui au­ra lieu du 22 au 28 juillet 2019 ? Il en­ten­dra alors les pa­roles ras­su­rantes de Jack Pel­ton, pa­tron de l’Ex­pe­ri­men­tal Air­craft As­so­cia­tion : “Nous cé­lé­bre­rons notre 50e an­née consé­cu­tive de pré­sence à Osh­kosh, et nous évo­que­rons avec les avions ce de­mi- siècle pas­sé sur Witt­man Re­gio­nal Air­port ; nous sommes dé­jà en contact avec des groupes et des per­sonnes qui ont des idées ori­gi­nales tant pour les avions, que pour les in­no­va­tions, que pour les stands et les évé­ne­ments. Nous avions dé­jà com­men­cé à pla­ni­fier 2019 et nous ne tar­de­rons pas à faire les pre­mières an­nonces”.

Le “Spit­fire” Mk IX ma­tri­cule TE294 de la col­lec­tion Ailes d’époque du Ca­na­da (pre­mier plan), vice-Grand Cham­pion de la ca­té­go­rie War­bird­sDeuxième Guerre mon­diale, ac­com­pa­gné du “Spit­fire” Mk IX MK959 du col­lec­tion­neur texan Bruce Eames.

XA­VIER MÉAL

Lors d’Air­ven­ture, on peut ap­pro­cher au plus près des avions les plus mo­dernes de l’US Air Force, comme ce F-35.

PIERRE-ETIENNE LAN­GEN­FELD

L’un des mul­tiples thèmes d’Air­Ven­ture 2018 était le cen­te­naire de la créa­tion de la Royal Air Force, que n’ont pas man­qué de cé­lé­brer de nom­breux pro­prié­taires de de Ha­villand DHC-1 “Chip­munk”.

XA­VIER MÉAL

L’US Na­vy a ac­quis 360 Beech D-17 aux­quels elle don­na les dé­si­gna­tions de JN-1 (huit exem­plaires), GB-1 (dix) et GB-2 (342). Ce GB-2, tout ré­cem­ment res­tau­ré, est un de ceux qui furent prê­tés à la Royal Na­vy.

VINCENT TRE­LUT

Im­pro­bable ac­cou­ple­ment de deux Yak-55 au­tour d’un ré­ac­teur Ge­ne­ral Elec­tric CJ610-6, le Yak-110 est la nou­velle grande ve­dette du cir­cuit amé­ri­cain des spec­tacles aé­riens.

PIERRE-ETIENNE LAN­GEN­FELD

PIERRE-ETIENNE LAN­GEN­FELD

Cer­tai­ne­ment le plus grand mo­ment d’Air­Ven­ture 2018. Les haut-par­leurs viennent d’an­non­cer le re­port du spec­tacle de nuit en rai­son de la mé­téo ; un bom­bar­dier B-1B dé­colle toute PC al­lu­mée et monte en spi­rale au-des­sus de l’aé­ro­port Witt­man, jus­qu’à dis­pa­raître dans la couche nua­geuse… Ir­réel.

VINCENT TRE­LUT

Dra­ko, le Fran­kein­stein aé­ro­nau­tique : un PZL-104 “Wil­ga” af­fu­blé d’une tur­bine PT6 de 680 ch, de pneus Toun­dra et de phares à LED de Boeing.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.