Pas de baisse d’im­pôts en 2018 comme pro­mis

Le Figaro - - L'ÉVÉNEMENT - GUILLAUME GUICHARD @guillau­me_­gui

LES CONTRI­BUABLES ai­sés sont fixés sur leur sort… En 2018, la plu­part d’entre eux de­vront en­core s’ac­quit­ter de l’im­pôt sur la for­tune (ISF). Certes, Édouard Phi­lippe a mar­te­lé que la réforme pro­mise par Em­ma­nuel Ma­cron se­ra bien mise en oeuvre. « L’im­pôt de so­li­da­ri­té sur la for­tune se­ra res­ser­ré au­tour du seul pa­tri­moine im­mo­bi­lier, afin d’en­cou­ra­ger l’in­ves­tis­se­ment dans la crois­sance des en­tre­prises », a as­su­ré le pre­mier mi­nistre. Avant d’ajou­ter que son rem­pla­ce­ment par le fu­tur « im­pôt sur la for­tune im­mo­bi­lière » (IFI, nou­vel acro­nyme à re­te­nir) « en­tre­ra en vi­gueur en 2019 ».

Cette an­nonce a tout d’un re­cul. Alors que le can­di­dat n’a ja­mais don­né d’in­di­ca­tion pré­cise sur l’en­trée en vi­gueur de la me­sure pen­dant la cam­pagne, son en­tou­rage avan­çait en ef­fet la date de 2018. Pour ras­su­rer les in­ves­tis­seurs, et plus lar­ge­ment les contri­buables as­su­jet­tis, « la réforme se­ra vo­tée dès cette an­née, dans la loi de fi­nances pour 2018 », a pré­ci­sé Édouard Phi­lippe.

Une as­su­rance vie po­li­tique pour le fu­tur IFI dont l’ins­crip­tion dans le pre­mier texte fi­nan­cier du quin­quen­nat ren­dra beau­coup plus dif­fi­cile son aban­don par la suite. C’est ce que de­man­dait a mi­ni­ma le pa­tro­nat. Le report au­rait ce­pen­dant pu être plus mar­qué, cer­tains mi­nistres comme Bru­no Le Maire plai­dant pour ins­tau­rer l’IFI dès 2018, quand d’autres pré­fé­raient at­tendre 2020. Le pré­lè­ve­ment for­fai­taire unique de 30 %, qui doit rem­pla­cer le ma­quis de la taxa­tion des re­ve­nus du ca­pi­tal, ne se­ra pas non plus ap­pli­qué dès 2018. Là en­core, le can­di­dat Ma­cron ne s’était pas en­ga­gé sur une date pré­cise de mise en oeuvre.

Le pre­mier mi­nistre a sur­tout lais­sé en­tendre que l’exo­né­ra­tion de taxe d’ha­bi­ta­tion pour 80 % des Fran­çais, qui de­vait mon­ter en puis­sance par tiers entre 2018 et 2020, se­ra re­por­tée. Si l’ob­jec­tif n’a pas chan­gé - il s’agit de « rendre du pou­voir d’achat à l’im­mense ma­jo­ri­té de nos conci­toyens », 10 mil­liards d’eu­ros pré­ci­sé­ment au to­tal -, la réforme in­ter­vien­dra « d’ici la fin du quin­quen­nat ». Of­fi­ciel­le­ment, l’im­pré­ci­sion ca­len­daire vise à ne pas pré­emp­ter les ré­sul­tats de « la concer­ta­tion », qui va être en­ga­gée, avec les col­lec­ti­vi­tés lo­cales et sur­tout les com­munes, dont la taxe d’ha­bi­ta­tion est une des prin­ci­pales res­sources. Il fau­dra par consé­quent at­tendre mi-juillet et la pre­mière des « confé­rences ter­ri­to­riales », voire at­tendre les sui­vantes, pour en sa­voir da­van­tage.

Im­passe bud­gé­taire

Une telle in­cer­ti­tude sur la prin­ci­pale me­sure fis­cale d’Em­ma­nuel Ma­cron, celle qui a le plus mar­qué les Fran­çais, en dit beau­coup sur l’im­passe bud­gé­taire dans la­quelle se trouve l’exé­cu­tif. Ce flou si­gni­fie aus­si que le chef de l’État place l’ur­gence de ra­me­ner le dé­fi­cit sous 3 % du PIB de­vant les baisses d’im­pôts pro­mises. Mais pas avant les hausses, le pre­mier mi­nistre ayant confir­mé le re­lè­ve­ment de 1,7 point de la CSG en 2018 (en contre­par­tie de la sup­pres­sion de 3,15 points de co­ti­sa­tions salariales ma­la­die et chô­mage). Par ailleurs, la trans­for­ma­tion du CICE en baisse de co­ti­sa­tion pa­tro­nale au­ra bien lieu. Mais elle se­ra ef­fec­tive en 2019 et non en 2018, comme an­non­cé pen­dant la cam­pagne…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.