L’ar­bo­re­tum des Barres pour­rait fer­mer ses portes au pu­blic en dé­cembre pro­chain.

Le Journal de Gien - - La Une - CH­RYS­TEL MÉTAIS

L’an­nonce de la fer­me­ture dde l’Ar­bo­re­tum des Barres au pu­blic, pour des rai­sons fi­nan­cières, a eu l’im­pact d’un coup de ton­nerre dans le pay­sage lo­cal. Per­sonne ne veut se ré­soudre à une telle éven­tua­li­té, à com­men­cer par les sé­na­teurs Hugues Sau­ry et Jean-Pierre Sueur qui ont écrit illi­co au mi­nistre de l’Agri­cul­ture. Les élus sont vent de­bout pour dé­fendre ce pa­tri­moine na­tu­rel hé­ri­té de la fa­mille Vil­mo­rin.

■ Si vous ne connais­sez pas en­core l’Ar­bo­re­tum des Barres, pres­sez­vous d’al­ler le vi­si­ter avant le mois de dé­cembre. Après, ce se­ra trop tard ! Ce joyau na­tu­rel com­po­sé de plus de 2.600 es­pèces sur 35 hec­tares, fer­me­ra ses portes à la fin de cette an­née et n’ac­cueille­ra plus de pu­blic.

Hors des points tou­ris­tiques de la ré­gion

C’est l’an­nonce qui a été faite of­fi­ciel­le­ment lun­di par l’Of­fice na­tio­nal des fo­rêts dans un com­mu­ni­qué de presse in­ti­tu­lé « Der­nière sai­son pour l’Ar­bo­re­tum na­tio­nal des Barres », après en avoir aver­ti le per­son­nel du parc bo­ta­nique.

Le site n’est pas condam­né à l’aban­don, loin de là, mais n’au­ra plus vo­ca­tion à ac­cueillir du pu­blic sur ses terres : « Au vu des mis­sions confiées par l’État et des fi­nan­ce­ments as­so­ciés, l’ONF est conduit à re­cen­trer ses mis­sions à la pré­ser­va­tion des col­lec­tions d’arbres. 2018 se­ra donc la der­nière sai­son où le pu­blic se­ra ac­cueilli par notre éta­blis­se­ment », dé­clare Do­mi­nique de Ville­bonne, di­rec­trice de l’agence Val de Loire.

Et de pré­ci­ser : « Force est de consta­ter que le nombre d’en­trées pla­fonne et ne per­met pas des ré­sul­tats fi­nan­ciers équi­li­brés. L’Ar­bo­re­tum pâ­tit d’un pa­tri­moine im­mo­bi­lier vieillis­sant et d’une lo­ca­li­sa­tion hors des points d’at­trac­tion tou­ris­tique de la sai­son ».

Un dé­fi­cit de plus en plus im­por­tant

L’État est d’ailleurs clai­re­ment mis en cause pour jus­ti­fier cette dé­ci­sion, la di­rec­trice Val de Loire ar­guant du manque de fi­nan­ce­ment al­loué et re­gret­tant « un dé­fi­cit de plus en plus im­por­tant à la charge de l’ONF ». À par­tir de 2019, l’ac­tion se li­mi­te­ra donc à l’entretien et au re­nou­vel­le­ment de la col­lec­tion bo­ta­nique. L’ONF s’est par ailleurs en­ga­gé à trou­ver une so­lu­tion pour les per­sonnes qui exer­çaient la mis­sion d’ac­cueil.

L’an­nonce de cette fer­me­ture im­mi­nente a fait bon­dir les élus, qui ont été prompts à ré­agir dans la jour­née.

Un ap­pel à re­con­si­dé­rer cette dé­ci­sion

Les sé­na­teurs Jean­Pierre Sueur (PS) et Hugues Saur y( L R) ont écrit au mi­nistre del’ Agri­cul­ture Sté­phane T ra vert pour dé­non­cer ce choix et ré­cla­mer « des moyens fi­nan­ciers pour main­te­nir l’ou­ver­ture au pu­blic ». Tous deux de­mandent une concer­ta­tion avec l’en­semble des élus des col­lec­ti­vi­tés « afin qu’une so­lu­tion soit trou­vée ».

Dans sa lettre, Hugues Sau­ry plaide la cause de l’Ar­bo­re­tum en avan­çant des ar­gu­ments liés à l’édu­ca­tion . « Je tiens à vous faire part de ma pro­fonde in­com­pré­hen­sion [ …] L’Ar­bo­re­tum ap­porte une contri­bu­tion es­sen­tielle à la connais­sance de notre pa­tri­moine bo­ta­nique […] et par­ti­cipe à la sen­si­bi­li­sa­tion de nos conci­toyens sur la né­ces­si­té de pré­ser­ver notre en­vi­ron­ne­ment ».

Jean­Pierre Sueur in­siste pour sa part sur l’ab­sur­di­té de la si­tua­tion : « Il n’y au­rait au­cun sens à in­ter­rompre l’ac­tion pé­da­go­gique qui a fait ses preuves au­près des vi­si­teurs […] Il se­rait aber­rant de fer­mer au pu­blic ce joyau qui doit au contraire consti­tuer à l’ave­nir un site ma­jeur pour l’at­trac­ti­vi­té du Loi­ret. »

Le combat pour l’ou­ver­ture de l’Ar­bo­re­tum de Nogent est en­ga­gé, sa­chant que là en­core, c’est l’argent qui est le nerf de la guerre.

Le site se­ra fer­mé au pu­blic à la fin de l’an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.