Can­tine im­payée : des éco­liers pri­vés de re­pas

Lun­di 14 mai, onze enfants de 4 à 8 ans ont été exclus de la can­tine sco­laire, à l’heure du dé­jeu­ner. La rai­son avan­cée par le maire ? Les pa­rents n’avaient pas payé la fac­ture.

Le Journal de Gien - - La Une -

■ Du­rant la se­maine du 15 avril, le maire de SaintPère, Patrick Fou­lon, avait fait en­voyer des lettres en re­com­man­dé aux pa­rents en re­tard de paie­ment de la note de can­tine. Ce courrier sti­pu­lait éga­le­ment de pro­duire un jus­ti­fi­ca­tif au­près de la mai­rie, faute de quoi les enfants ne se­raient plus ac­cep­tés à la can­tine.

Le lun­di 14 mai, de re­tour de l’école, cer­tains enfants ex­pliquent à leurs pa­rents avoir été mis à l’écart, et qu’en guise de re­pas on leur a ser­vi un yaourt, deux mor­ceaux de pain et une com­pote.

Une at­ti­tude ré­vol­tante, se­lon les fa­milles

Pour les six fa­milles concer­nées, l’at­ti­tude du maire Patrick Fou­lon est ré­vol­tante et sur­tout trau­ma­ti­sante pour les enfants mon­trés du doigt ce lun­di­l à : « Comment Mon­sieur le maire et ses ad­joints peuvent pu­nir des enfants, dont la faute in­combe aux pa­rents ? Il suf­fi­sait de pas­ser six ap­pels té­lé­pho­niques pour que les onze enfants concer­nés puissent man­ger ce mi­di­là, ce que le maire a re­fu­sé de faire », s’in­surgent les pa­rents par­ti­cu­liè­re­ment re­mon­tés. Cer­tains as­surent qu’ils avaient ré­glé leur re­tard, mais « les nom­breux ponts n’ont pas per­mis au Tré­sor pu­blic de trai­ter et de faire re­mon­ter l’in­for­ma­tion à la mai­rie ».

Autre mo­tif de co­lère, trois enfants de ma­ter­nelle n’ont pas par­lé de cet épi­sode à leurs pa­rents… et ont su­bi le même trai­te­ment le len­de­main mi­di. Les pa­rents dé­noncent « une at­ti­tude lâche de Patrick Fou­lon qui a agi en l’ab­sence du di­rec­teur de l’école ».

Pas de pique-nique à la can­tine !

Dans une lettre adres­sée à Patrick Fou­lon, les plai­gnants de­mandent que le maire s’ex­cuse au­près des enfants de­vant la gra­vi­té d’un tel acte.

Mais l’af­faire ne s’ar­rête pas là. Une mère de fa­ mille ne pou­vant ré­gler la note a de­man­dé à pou­voir four­nir des pique­niques à ses enfants et qu’ils puissent les prendre au sein du res­tau­rant sco­laire. Ven­dre­di 1er juin, Patrick Fou­lon a fait ir­rup­tion à la can­tine, priant les quatre élèves de quit­ter la salle à man­ger.

L’am­biance est élec­trique à la can­tine de Saint­Père, d’au­tant que Patrick Fou­lon campe sur ses po­si­tions (lire in­ter­view) et n’ e n t e n d p a s p a s s e r l’éponge, ni pré­sen­ter d’ex­cuse. À suivre…

C’est dans ces lo­caux que Patrick Fou­lon est in­ter­ve­nu afin d’écar­ter les enfants dont les pa­rents n’avaient pas ré­glé la can­tine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.