Quai Joffre en tra­vaux : La Pou­larde ferme ses portes sa­me­di soir

Le Journal de Gien - - Gien - RÉ­MI BICHON

■ « Ce mar­di mi­di, on a fait zé­ro cou­vert et en moyenne on est entre 5 à 10 cou­verts par jour au lieu de 40 de­puis la fer­me­ture du quai Joffre », an­nonce An­tho­ny La­ber­gris, le pa­tron de l’hô­tel­res­tau­rant La Pou­larde, quai de Nice à Gien.

« J’ai l’im­pres­sion d’être au mois de jan­vier alors qu’on de­vrait bos­ser à fond, la sai­son à Gien se fai­sant de mai à no­vembre », ajoute le pa­tron du vieil éta­blis­se­ment gien­nois qu’il a re­pr is en mars 2013 avec Ka­rine, son épouse.

« En se­maine, on tra­vaille énor­mé­ment avec le pas­sage, là avec la fer­me­ture du quai de­puis le 15 mai, c’est fi­ni », ex­pli­ que An­tho­ny La­ber­gris. « Le week­end, on était com­plet alors qu’on fait au­jourd’hui de 12 à 25 cou­verts », pour­suit le jeune pa­tron.

« Nous tra­vaillons avec des pro­duits frais que je jette tous les deux jours, j’ai 50 à 60 % de perte d’ex­ploi­ta­tion par jour, ça suf­fit », confie le res­tau­ra­teur qui em­ploie trois per­sonnes, un cui­si­nier, un ser­veur et une ap­pren­tie.

Cô­té hô­tel, avec neuf chambres, la fer­me­ture du quai se fait moins sen­tir : « Sauf pour les tou­ristes qui râlent parce qu’ils n’ar­rivent pas à ac­cé­der chez nous et qu’ils tournent en rond dans Gien ».

Les res­tau­ra­teurs ont éga­le­ment dé­cou­vert qu’un pan­neau de sta­tion­ne­ment en zone bleue ve­nait d’être ap­po­sé de­vant leur éta­blis­se­ment pour li­mi­ter le sta­tion­ne­ment à une heure et de­mie…

La dé­ci­sion a été dif­fi­cile à prendre pour le couple mais elle est au­jourd’hui ir­ré­mé­diable après un mois de fer­me­ture du quai : « On ar­rête sa­me­di soir ».

Pas ques­tion pour les res­tau­ra­teurs de creu­ser un trou alors que leur si­tua­tion était dé­jà dé­li­cate sur le plan fi­nan­cier et qu’ils at­ten­daient la re­prise es­ti­vale pour re­trou­ver un peu d’oxy­gène.

« Les tra­vaux nous ont condam­nés », as­sène le couple qui res­sasse une pe­tite phrase qu’au­rait pro­non­cée le maire il y a quelques mois lors d’une en­tre­vue : « Il ne fal­lait pas vous mettre là ». « Il a pour­tant lan­cé sa cam­pagne chez nous », se rap­pelle le couple qui de­vrait dé­po­ser le bi­lan dans le cou­rant de la se­maine pro­chaine…

« Les tra­vaux nous ont condam­nés »

L’hô­tel-res­tau­rant La Pou­larde fer­me­ra ses portes sa­me­di soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.