Les lettres d’un poi­lu sur scène

Le Journal de Gien - - Le dossier du Jdg -

■ Il s’ap­pe­lait Hen­ri Mel­lot. Comme beau­coup, ce poi­lu de Subligny est par­ti dès 1914 pour quatre an­nées de sur vie sur un front de­puis le­quel il a adres­sé de nom­breuses lettres à sa fa­mille.

Un siècle après son re­tour de l’en­fer, ses cour­riers se­ront lus en pu­blic sa­me­di, à la salle des fêtes de Subligny, lors d’une veillée com­mé­mo­ra­tive. Les as­so­cia­tions Agad’on et La Ja­cas­se­rie ont uni leurs ef­forts pour pré­pa­rer une soi­rée à la fois théâ­trale (six ré­ci­tants li­ront les lettres) et mu­si­cale, viel­leux à l’ap­pui. « Nous avons re­trou­vé des par­ti­tions de l’époque », dé­taille Gé­rard Gué­raud, du co­mi­té de co­or­di­na­tion du cen­te­naire.

Trente-quatre hommes ne sont ja­mais ren­trés

Un co­mi­té par­ti­cu­liè­re­ment ac­tif avec pas moins de sept ren­dez­vous pro­po­sés du 23 sep­tembre au 18 no­vembre. Après la pièce « Loin de Ver­dun », la jour­née consa­crée à la nour­ri­ture du poi­lu le 28 sep­tembre et les lettres d’un poi­lu, place à l’ins­tal­la­tion de fi­gu­rines de poi­lus dans le village et à une ex­po­si­tion, du 2 au 11 no­vembre. « Nous pro­po­sons celle consa­crée au village, que nous avions dé­jà mon­tré voi­ci dix ans ». Subligny a vé­cu la mo­bi­li­sa­tion de 165 de ses hommes. Tous ont été plus ou moins bles­sés, 34 ne sont pas re­ve­nus vi­vants.

Ren­dez-vous. Veillée com­mé­mo­ra­tive sa­me­di 13 oc­tobre, la Grande Guerre au tra­vers de la cor­res­pon­dance d’un poi­lu de Subligny.

Le sol­dat Hen­ri Mel­lot.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.