Deux nou­veaux men­hirs dé­cou­verts ?

Deux nou­veaux blocs de pou­dingue ont été re­pé­rés ces der­nières se­maines sur le ter­ri­toire de Saint-Fir­min­sur-Loire. Et on se prend à rê­ver de men­hirs !

Le Journal de Gien - - La Une - ALAIN BREUZÉ

■ Et si il y avait des men­hirs sur la com­mune de Saint­Firmin ? Pru­dence tou­te­fois : « Pour le mo­ment ce ne sont que des mé­ga­lithes d’un mé­lange de si­lex et de grès, ap­pe­lé ici pou­dingue de Gien », tient à pré­ci­ser Marc La­roche, membre ama­teur de la Fé­dé­ra­tion ar­chéo­lo­gique du Loi­ret, re­layé sur ce point par Phi­lippe Jar­ret, le pré­sident des Amis de l’ar­chéo­lo­gie de Châ­tillon­sur­Loire.

Il fau­dra les ré­sul­tats du son­dage pour sa­voir s’il s’agit bien de deux men­hirs

En ef­fet le pro­ces­sus est long avant une cer­ti­fi­ca­tion of­fi­cielle du sta­tut de « Men­hir ». Après une pre­mière ins­pec­tion vi­suelle qui a eu lieu sa­me­di 27 oc­tobre pour les deux blocs concer­nés, l’ar­chéo­logue ré­dige un rap­port avec l’ac­cord du pro­prié­taire du ter­rain. Ce rap­port se­ra ac­com­pa­gné d’un for­mu­laire de de­mande d’opé­ra­tion de son­dage, le tout trans­mis au ser­vice ré­gio­nal de l’ar­chéo­lo­gie (DRAC Centre).

L’un d’eux a été dé­pla­cé

Après va­li­da­tion par la com­mis­sion, le pro­jet doit être si­gné par la pré­fec­ture. Et ce­la prend du temps, plu­sieurs mois ou an­nées, avant que les son­dages ne soient ef­fec­tués. Il faut donc beau­coup de pa­tience car ce sont ces son­dages qui ap­portent la preuve, par la pré­sence de pierres de ca­lage, que l’on est de­vant un men­hir.

Tout comme ce­lui dé­jà ré­per­to­rié il y a deux ans sur la pro­prié­té de « La Pierre », le bloc re­pé­ré à « La Mar­nière » est dres­sé sur sa base d’une lar­geur de 1,6 m et une hau­teur hors sol de 1,4 m pour une masse es­ti­mée entre 2 et 3 tonnes. En re­vanche, le bloc si­tué à « La Gon­don­ne­rie », d’une di­zaine de tonnes, 2,9 m de lon­gueur et cou­ché, vi­sible de la route, a été dé­pla­cé il y a une di­zaine d’an­nées.

Se­lon l’ex­ploi­tant­pro­prié­taire de la par­celle, seule une in­fime par­tie dé­pas­sait du ter­rain : « ça ac­cro­chait à chaque la­bour, nous l’avons dé­pla­cé avec un trac­to­pelle sur une tren­taine de mètres pour le po­ser à la li­mite du champ avec mon voi­sin ».

Sé­pul­ture ou source

Tout comme ce­lui ré­cem­ment ré­per­to­rié à la Cha­van­nière sur Châ­tillon, les « men­hirs » ont été dé­pla­cés, par­fois sur plu­ sieurs ki­lo­mètres, par l’homme il y a plu­sieurs mil­lé­naires du­rant l’ère néo­li­thique. Ils in­diquent une sé­pul­ture, un lieu d’im­por­tance comme une source ou même pour cer­tains un noeud tel­lu­rique.

En po­si­tion na­tu­relle, le pou­dingue se trouve sur l’em­prise des ter­rasses al­lu­viales près du fleuve. Les deux nou­veaux blocs sont si­tués sur des for­ma­tions géo­lo­giques autres, ce qui est un pre­mier in­dice de men­hir. Pour au­tant, plu­sieurs mo­destes blocs dé­ po­sés sur le champ de foire de la com­mune il y a peu pour ser­vir de plots, ont été pré­le­vés non loin de la Gon­don­ne­rie, ce qui de­mande ré­flexion quant à leur ori­gine.

Les ar­chéo­logues ont de quoi ali­men­ter les échan­ ges de vues : men­hirs ou simples blocs de pou­dingue. Cette ré­gion du Loi­ret est as­sez peu ex­plo­rée ar­chéo­lo­gi­que­ment, la plu­part des men­hirs au­then­ti­fiés, une qua­ran­taine, se si­tuent dans le Gâ­ti­nais.

Des me­sures pré­cises ont été en­re­gis­trées par Marc La­roche, membre ama­teur de la Fé­dé­ra­tion ar­chéo­lo­gique du Loi­ret, et Phi­lippe Jar­ret, le pré­sident des Amis de l’ar­chéo­lo­gie de Châ­tillon-sur-Loire, sur la pierre si­tuée à la Gon­don­ne­rie à Saint-Firmin.

Le bloc de dix tonnes a été ex­trait du champ de la Gon­don­ne­rie à Saint-Firmin et dé­pla­cé il y a 10 ans.

Les trois ar­chéo­logues à la Cha­van­nière l’été der­nier à Châ­tillon-sur-Loire

Phi­lippe Jar­ret, Marc La­roche et Chris­tian Ver­dy au bloc de pou­dingue de la Mar­nière à Saint-Firmin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.