Gra­vé dans le bé­ton

Le Journal de Gien - - La Semaine Sucree-salee -

Pas de sprint entre élus gien­nois sa­me­di après-mi­di sur la piste d’ath­lé­tisme du stade

Louis-Boyer, à Gien, bap­ti­sée dé­sor­mais du nom de Jean

Per­re­ra. La course à la dé­cla­ra­tion pour les pro­chaines élec­tions mu­ni­ci­pales at­ten­dra, même si les hommes po­li­tiques étaient nom­breux cet après-mi­di là... Avec hu­mour, le maire de Gien Chris­tian Bou­leau (à gauche ci­contre) a avoué re­gret­té, lors de l’inau­gu­ra­tion de la piste en 2007, ne pas avoir mis la main de Jean Per­re­ra dans le tar­tan pour y lais­ser une trace im­muable dans le temps, à l’ins­tar des étoiles d’Hol­ly­wood Bou­le­vard... Trop tard pour l’ath­lète, mais en­core pos­sible pour qu’un élu im­mor­ta­lise son pas­sage... Et à Gien, ce ne sont pas les chan­tiers du coeur de ville qui manquent pour lais­ser une em­preinte dans le ci­ment !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.