Le ter­ri­toire tou­jours à la peine

Au 1er jan­vier 2019, L’IN­SEE vient de pu­blier les chiffres du recensement mil­lé­si­mé 2016. Le Gien­nois et le Cher Nord conti­nuent de perdre des ha­bi­tants.

Le Journal de Gien - - La Une - RÉ­MI BICHON

En perte de po­pu­la­tion de­puis plu­sieurs an­nées, le Gien­nois et le Cher nord n’ar­rivent tou­jours pas à en­rayer cette courbe dé­mo­gra­phique des­cen­dante. Une baisse qui, en cinq ans, dé­passe par­fois les 10 % alors que la grande cou­ronne or­léa­naise conti­nue, elle, de pro­gres­ser.

■ L’IN­SEE pu­blie dé­sor­mais tous les ans les chiffres de la po­pu­la­tion fran­çaise. Au 1er jan­vier 2019, les chiffres de la po­pu­la­tion lé­gale des com­munes qui fe­ront foi se­ront ceux por­tant le mil­lé­sime 2016. Ils sont com­pa­rés aux chiffres de 2011 puisque toutes les com­munes de moins de 10.000 ha­bi­tants sont re­cen­sées dé­sor­mais une fois tous les cinq ans (*).

Si la ré­gion Centre­Val de Loire pro­gresse lé­gè­re­ment avec +0,2 % pour s’éta­blir à 2.577.866 ha­bi­tants, d’im­por­tantes dis­pa­ri­tés existent entre dé­par­te­ments et entre pe­tites ré­gions na­tu­relles. Le Loi­ret ar­rive tou­jours en tête avec 674.330 ha­bi­tants (+0,4 %) de­vant l’Indre­et­Loire à 606.223 (+0,4 %), le Cher per­dant des ha­bi­tants (­0,3 %) à 307.110 ha­bi­tants.

La mé­tro­pole or­léa­naise en hausse, celle de Gien en baisse

Dans le Loi­ret, c’est la mé­tro­pole or­léa­naise qui pro­gresse le plus avec un gain de près de 14.000 ha­bi­tants en cinq ans soit 435.235 ha­bi­tants. En re­vanche l’aire ur­baine de Gien perd des ha­bi­tants en pas­sant de 22.607 ha­bi­tants en 2011 à 21.992 en 2016 (­2,72 %). Celle de Mon­tar­gis croît lé­gè­re­ment à près de 71.000 ha­bi­tants, l’aire ur­baine de Sul­ly­surLoire res­tant su­pé­rieure à celle de Pi­thi­viers (12.572 contre 11.874 ha­bi­tants).

Le grand Gien­nois est tou­jours à la peine avec plu­sieurs chefs­lieux en dé­crois­sance : Gien frôle la barre des 14.000 ha­bi­tants (14.108 (­3,93 %). Dans les an­nées 1990, Gien at­tei­gnait près de 16.500 ha­bi­tants.

La dé­mo­li­tion de 500 lo­ge­ments so­ciaux en dix ans dans les Mon­toires (136 en­core à ve­nir pro­chai­ne­ment), celle de 255 lo­ge­ments dans les Champs­de­la­Ville entre 1997 et 2007 et les 90 lo­ge­ments à dis­pa­raître de la Sau­laie pèsent cer­tai­ne­ment dans cette chute de près de 15 % de la po­pu­la­tion en trente ans et que n’ont pas com­pen­sé les quelques di­zaines de lo­ge­ments re­cons­truits dans ces quar­tiers…

Briare 5.384 (­ 6,12 %), Sul­ly 5.402 (­0,99 %), Ou­zouer­surLoire 2.754 (­0,29 %), seul Châ­tillon­sur­Loire re­dres­sant la tête avec +1,15 % (3.162 ha­bi­tants). D’autres gros bourgs perdent des ha­bi­tants comme Coul­lons, Saint­Bris­son­surLoire, Saint­Mar­tin­sur­Ocre, Ou­zouer­sur­Tré­zée, Bon­ny­sur­Loire, Cer­don, Bois­mo­rand, ou en­core Au­try­le­Châ­tel. Beau­lieu pro­gresse (+2,34 %) à 1.836 ha­bi­tants, tout comme Dam­pierre­enBur­ly qui connait l’un des plus forts taux de crois­sance (+18,54 %) à 1.490 ha­bi­tants, bé­né­fi­ciant sans au­cun doute de l’at­trac­ti­vi­té des cen­trales de Bel­le­ville­sur­Loire et de Dam­pierre, Poilly pro­gres­sant, Saint­Gon­don se main­te­nant.

Châ­teau­neuf bé­né­fice de l’at­trac­ti­vi­té d’Or­léans

Les com­munes qui pro­gressent sont si­tuées dans la grande cou­ronne or­léa­naise comme Châ­teau­neuf­sur­Loire qui a pas­sé la barre des 8.000 ha­bi­tants (+1,64 %) ou les com­munes en­vi­ron­nantes comme F a y ­a u x ­L oges 3.758 (+11,08 %), Jar­geau 4.577 (+2,10 %), Saint­De­nis­del’Hô­tel 3.057 (+4,19 %), SaintM a r t i n ­d ’Ab­bat 1.759 (+5,39 %), Vi­try­aux­Loges

2.122 (+13,17 %).

L’Yonne et la Nièvre perdent aus­si

Tout comme le dé­par­te­ment du Cher, l’en­ti­té du Cher nord pour­suit son lent dé­clin puisque les quatre chefs­lieux d’Au­bi­gny­sur­Nère, Ar­gent­sur­Sauldre, Vailly­sur­Sauldre et Lé­ré connaissent une baisse de dé­mo­gra­phie, sé­rieuse pour Vailly avec ­3,3 %. Su­ry­près­Lé­ré et Bel­le­ville bé­né­fi­cient de la pré­sence de la cen­trale nu­cléaire avec quelques pe­tits vil­lages en­vi­ron­nants.

Dans la Pui­saye de l’Yonne, ça dé­visse to­ta­le­ment avec des pertes de po­pu­la­tion os­cil­lant entre 5 et 10 % en cinq ans. Les vil­lages de la Pui­saye de la Nièvre ré­sistent un peu mieux, bé­né­fi­ciant sans doute aux aus­si de la proxi­mi­té de la cen­trale de Bel­le­ville­sur­Loire. Ils font mieux que le reste de la Nièvre qui a per­du 4,2 % de po­pu­la­tion en cinq ans, la plus forte chute des dé­par­te­ments fran­çais, pour s’éta­blir à 209.161 ha­bi­tants. (*) La po­pu­la­tion des villes de plus de 10.000 ha­bi­tants est es­ti­mée se­lon la mé­thode de l’échan­tillon­nage : un recensement an­nuel par échan­tillon de 8 % de la po­pu­la­tion per­met d’ob­te­nir un échan­tillon­nage de 40 % au terme de cinq ans, ce qui est ju­gé suf­fi­sant par l’IN­SEE pour es­ti­mer la po­pu­la­tion to­tale de ces com­munes.

(PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION : ALEXANDRE GO­DARD)

RÉ­MI BICHON) (PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION :

Le Gien­nois n’ar­rive pas à en­rayer la chute dé­mo­gra­phique de son ter­ri­toire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.