Paillote de rêve

AR­CHI­PEL DES BA­LÉARES. À DEUX PAS DES EAUX TUR­QUOISE QUI OURLENT L’ÎLE DE FOR­MEN­TE­RA, UNE MAI­SON ÉPOUSE LA NA­TURE. BOIS FLOT­TÉ, CO­QUILLAGES ET MA­TIÈRES NA­TU­RELLES. RO­BIN­SON CRU­SOÉ, VOUS AI­MEZ ?

Le Journal de la Maison - - Jlmsommaire -

Le coeur de l’île de For­men­te­ra offre un re­fuge idéal à tous ceux en quête de tran­quilli­té ab­so­lue. C’est jus­te­ment ce à quoi as­pi­rait ce couple de Düs­sel­dorf quand il a dé­cou­vert ce pe­tit bout de terre en­core sau­vage, et dé­ci­dé d’y bâ­tir un havre de paix pour des va­cances au long cours. Le pro­jet a été confié aux ar­chi­tectes Na­cho Alon­so et Bill Wright, avec deux re­com­man­da­tions : res­pec­ter l’âme de For­men­te­ra et ima­gi­ner la mai­son au­tour d’un grand es­pace ou­vert. Ré­sul­tat ? Une pro­prié­té d'une sim­pli­ci­té rare, qui se fond dans le pay­sage. On la dé­couvre presque par ha­sard, au dé­tour d’une route de cam­pagne, per­due au mi­lieu des oli­viers, des aman­diers et des ca­rou­biers. Elle ap­pa­raît comme par ma­gie. Les murs, lé­gè­re­ment in­cli­nés pour mieux épou­ser l’en­vi­ron­ne­ment, et les deux corps de bâ­ti­ment qui la com­posent lui donnent des airs de ferme tra­di­tion­nelle. Les fa­çades réa­li­sées se­lon les mé­thodes an­ces­trales, d’un mé­lange de mor­tier de chaux et de pig­ment cou­leur ar­gile, s’ac­cordent aux to­na­li­tés de la terre alen­tour. Cette nuance ac­com­pagne en dou­ceur la lu­mi­no­si­té in­tense qui règne par­tout. Une par­tie de la construc­tion est ré­ser­vée aux chambres. L’autre ré­pond à la lettre aux sou­haits des pro­prié­taires. Sa­lon et salle à man­ger forment un vaste es­pace ac­cueillant, to­ta­le­ment ou­vert et sans contrainte. Avec la cui­sine bien sûr, rus­tique, convi­viale, et qui sé­duit d’em­blée par ses meubles bas, ses ran­ge­ments simples, comme la longue éta­gère où s’ex­posent pièces de vais­selle et cé­ra­miques pro­ven­çales. Prin­ci­pal atout, l’îlot ha­billé de planches de ré­cu­pé­ra­tion et coif­fé d'ar­doise où l’on peut écrire à la craie la der­nière re­cette à es­sayer. Au-des­sus de la cui­sine, sous la char­pente ty­pique en sa­bine (ge­né­vrier lo­cal), un coin re­pos aux airs de man­sarde a été amé­na­gé, idéal pour re­gar­der la té­lé ou lire au calme. En quête d’au­then­ti­ci­té, les pro­prié­taires ont choi­si un dé­cor simple, un brin mo­deste. Tout est lé­ger, na­tu­rel. Le ci­ment tein­té et po­li des sols, les poutres ap­pa­rentes, le bois brut ou dé­ca­pé, les chants ar­ron­dis et les murs aux couleurs du pay­sage com­posent une at­mo­sphère fraîche et in­tem­po­relle. Les sculp­tures de branches, les as­sem­blages de pierres et de ga­lets trou­vés sur la plage poé­tisent les pièces d'une na­ture qui s’in­vite tout en­tière par les grandes baies cou­lis­santes, de part et d’autre de la mai­son. L'air cir­cule en toute li­ber­té.

Ou­verte sur l'ex­té­rieur

À For­men­te­ra, la dou­ceur du cli­mat pousse à vivre de­hors, la plus grande par­tie de l’an­née. Pour pro­fi­ter plei­ne­ment de cet art de vivre, la construc­tion s’en­toure de ter­rasses ac­cueillantes. La plus grande, abri­tée sous un auvent de poutres de sa­bine et de ca­nisses, pro­longe le coeur de la mai­son. Un coin re­pas avec table et bancs en bois ac­cueille des dé­jeu­ners im­pro­vi­sés, avec vue sur la Mé­di­ter­ra­née et l’île d’Ibiza, si proche. À cô­té, un pe­tit sa­lon pro­té­gé par de grands ri­deaux blancs confec­tion­nés par la pro­prié­taire in­vite à la sieste. À l’ar­rière, une salle à man­ger a été ins­tal­lée dans un pa­tio, à l’ombre d’un fi­let de ca­mou­flage comme on en uti­lise dans le dé­sert. En ex­té­rieur comme en in­té­rieur, le style mi­ni­ma­liste s’est im­po­sé avec, par­tout, des ré­fé­rences à la na­ture en­vi­ron­nante. Le mo­bi­lier nor­dique voi­sine avec les sou­ve­nirs des pro­prié­taires. Les pièces rus­tiques co­ha­bitent avec des ob­jets is­sus du monde in­dus­triel, et l’ar­ti­sa­nat lo­cal est om­ni­pré­sent. Les tis­sus mé­langent le blanc, le gris et le bleu. Les ob­jets chi­nés dans les pe­tits mar­chés de l’île trouvent un écho in­at­ten­du dans les rares créa­tions de­si­gn. Et, quand la fraî­cheur pointe le bout du nez, la mai­son re­gorge de cou­ver­tures tis­sées en laine de bre­bis, ty­piques de For­men­te­ra, pour lut­ter contre les coups de vent ma­rin qui dé­coiffent la cam­pagne. Et sen­tir les em­bruns, as­sis bien au chaud.

Ri­gueur et sy­mé­trie. Vases en verre souf­flé, chan­de­liers et pa­niers tres­sés… Chaque ob­jet est clas­sé par fa­mille, ran­gé, or­don­né.

Comme échoués sur la plage, ga­lets et co­quillages font écho à la Mé­di­ter­ra­née, si proche. Le mi­roir an­cien, sou­ve­nir de fa­mille, semble évo­quer les ves­tiges d'une épave.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.